Interdiction de remuer les lèvres sur le Mont du Temple sous peine de recevoir une pluie de roquettes - Scandal
Politique

Interdiction de remuer les lèvres sur le Mont du Temple sous peine de recevoir une pluie de roquettes


La folie est à son comble. Il est interdit aux juifs de remuer les lèvres lorsqu’ils visitent le Mont du temple. A partir du moment où on accepte ce genre d’ineptie, ne soyez pas étonnés qu’on vous impose des restrictions de fous pour un virus qui n’est en réalité qu’une mauvaise grippe.

Aujourd’hui, on en est toujours au même point, et la sphère médiatique internationale trouve normal que le Hamas appelle aux violences suite à l’autorisation d’une prière silencieuse pour les juifs au Mont du Temple

La décision du tribunal de district de Jérusalem d’annuler l’interdiction de 15 jours imposée à Arya Lipo de visiter le mont du Temple a provoqué la colère de la Jordanie et de la WAKF, qui gère le site.

L’interdiction a été imposée après que Lipo a été trouvé en train de prier à cet endroit.

Selon le traité après l’occupation par Israël du Mont du Temple en 1967, les Juifs peuvent visiter le Mont du Temple, mais ne peuvent pas y prier.


On se demande comment ce traité ridicule a bien pu existé…!

Israël assure la sécurité de l’installation et le WAKF est en charge des affaires religieuses.

Dans le même temps, il n’est pas permis de prier non seulement « à haute voix », mais aussi de bouger les lèvres.

Bah voyons…!


Arye Lipo a été arrêté par la police israélienne – il priait dans un coin isolé. Le tribunal a décidé qu’il priait tranquillement et à voix basse, et qu’il n’y avait pas foule autour de lui.

« Cet homme, comme beaucoup d’autres, prie ainsi tous les jours sur le mont du Temple », dit le décret.

Cette décision, associée à la fréquence accrue des visites massives du site par des groupes juifs, fait craindre la Jordanie, qui craint qu’Israël ne veuille éventuellement diviser le site en sites saints à Hébron. La WAKF a qualifié cela de provocation et d’acte flagrant.

Les prières provoquent des incidents avec les fidèles musulmans après que les visiteurs entrent en simples visiteurs – il s’agit parfois de nationalistes israéliens tenants d’une ligne radicale.


« Il n’y a pas de raison que les Juifs ne soient pas autorisés à prier même en silence comme s’ils étaient étrangers à ce lieu saint », a déclaré l’avocat du rabbin, Me Moché Polsky. Il a salué une décision de justice « qui autorise de facto ce qui se passe depuis un an sur le mont du Temple », à savoir des Juifs qui s’y rendent pour prier en silence.

Le directeur de la mosquée al-Aqsa, cheikh Omar al-Kiswani, a fustigé la décision de justice israélienne.

« Ces prières sont des provocations et une violation du caractère sacré d’Al-Aqsa », a-t-il déclaré à l’AFP. « La décision n’a aucune légitimité, car nous ne reconnaissons pas les lois israéliennes sur Al-Aqsa. »

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP) Mohammed Shtayyeh a appelé Israël à ne pas imposer un « nouveau fait accompli » sur le site et exhorté les États-Unis à « respecter son engagement à maintenir le statu quo » sur les Lieux saints de Jérusalem.

Les Juifs peuvent-ils prier sur le mont du Temple – aussi appelé l’esplanade des Mosquées ou Haram al-Sharif par les musulmans ? Oui, mais en « silence », a décrété cette semaine un tribunal israélien, remettant en cause des décennies de statu quo sur ce lieu emblématique de Jérusalem.

L’Organisation de la coopération islamique (OCI), basée en Arabie saoudite et qui représente plus de 1,5 milliard de musulmans dans le monde, a elle dénoncé un « assaut sans précédent sur les droits inaliénables des musulmans ».

L’Egypte y a vu une « violation » qui aurait des répercussions sur « la sécurité et la stabilité de la région ». Et la Jordanie s’est engagée à s’opposer « fermement » à tout jugement israélien visant les « lieux sacrés » à Jérusalem.

Fait révélateur, la décision du tribunal a également été portée en appel par la police israélienne, qui estime que l’acte de Lipo est « un comportement inapproprié dans la sphère publique ».

Dans une décision rendue plus tôt cette année suite à une pétition exigeant un droit de prière juive sur le mont du Temple, la Cour suprême d’Israël avait conclu que « chaque Juif avait le droit de prier sur le mont du Temple, dans le cadre de la liberté de religion et d’expression ».


Néanmoins, « dans le même temps, ces droits ne sont pas absolus et peuvent être limités afin de tenir compte de l’intérêt public », était-il ajouté.

Il suffit d’exercer une petite pression pour que les droits de l’homme n’aient plus cours…!


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021