Ils veulent passer du "confinement sanitaire" au "confinement climatique" - 1 Scandal
Politique

Ils veulent passer du « confinement sanitaire » au « confinement climatique »


Quand les pouvoirs en place décideront d’abandonner leur discours sur la pandémie, les confinements ne disparaîtront pas. Au lieu de cela, il semble qu’ils seront rebaptisés « confinement climatique » et qu’ils seront soit appliqués, soit simplement maintenus au-dessus de la tête du public de manière menaçante.

Du moins, selon un article rédigé par un employé de l’OMS et publié par un groupe de réflexion méga-corporatiste.

Plongeons dans le vif du sujet.

L’AUTEUR ET LES COMMANDITAIRES DU RAPPORT

Le rapport, intitulé « Éviter un confinement climatique », a été rédigé par Mariana Mazzucato, professeur d’économie à l’University College London, et responsable de quelque chose appelé le Conseil sur l’économie de la santé pour tous, une division de l’Organisation mondiale de la santé.

Il a été publié pour la première fois en octobre 2020 par Project Syndicate, une organisation médiatique à but non lucratif qui est (comme on peut s’y attendre) financée par des subventions de l’Open society Foundation, de la Bill & Melinda Gates Foundation et de beaucoup d’autres.


Après cela, il a été repris et republié par le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD), qui se décrit comme « une organisation mondiale, dirigée par des PDG, de plus de 200 entreprises de premier plan travaillant ensemble pour accélérer la transition vers un monde durable ».

Les membres du WBCSD sont essentiellement toutes les grandes entreprises du monde, dont Chevron, BP, Bayer, Walmart, Google et Microsoft. Plus de 200 membres totalisant bien plus de 8 000 milliards de dollars de revenus annuels.

En bref : un économiste qui travaille pour l’OMS a rédigé un rapport sur les « confinements climatiques », qui a été publié à la fois par une ONG soutenue par Gates+Soros ET par un groupe représentant la quasi-totalité des banques, des compagnies pétrolières et des géants de la technologie de la planète.

Quoi qu’il en dise, il a manifestement l’approbation des personnes qui dirigent le monde.

QUE DIT-IL?

Le texte du rapport lui-même est en fait assez habilement construit. Il ne plaide pas franchement en faveur d’un confinement climatique, mais évoque plutôt les moyens que « nous » pouvons utiliser pour l’éviter.


Au fur et à mesure que le COVID-19 se propageait […], les gouvernements ont mis en place des mesures de confinement afin d’éviter qu’une urgence de santé publique ne devienne incontrôlable. Dans un avenir proche, le monde pourrait avoir besoin de recourir à nouveau à des fermetures – cette fois pour faire face à une urgence climatique […] Pour éviter un tel scénario, nous devons revoir nos structures économiques et faire du capitalisme autrement.

Cela crée habilement un vernis d’argument contre eux, tout en poussant en fait les hypothèses a priori que tout soi-disant « confinement climatique » serait a) nécessaire et b) efficace. Aucune de ces deux hypothèses n’a jamais été établie.

Une autre chose que le rapport suppose est une sorte de lien de causalité entre l’environnement et la « pandémie » :

Le COVID-19 est lui-même une conséquence de la dégradation de l’environnement.

En avril dernier, j’ai écrit un article sur les tentatives persistantes des médias de lier la « pandémie » de COVID-19 au changement climatique. Du Guardian à la Harvard School of Public Health, tout le monde adopte la même position : « La cause première des pandémies est la destruction de la nature » :

Le déboisement et la chasse à la faune sauvage mettent de plus en plus les animaux et les microbes qu’ils abritent en contact avec l’homme et le bétail.

Aucune preuve scientifique n’est jamais citée à l’appui de cette position.

Il s’agit plutôt d’un discours alarmiste dénué de faits, utilisé pour tenter de forcer le public à établir un lien mental entre l’instinct de conservation viscéral (peur de la maladie) et le souci de l’environnement. C’est aussi transparent que faible.

« CONFINEMENTS CLIMATIQUES »

Alors, qu’est-ce qu’un « confinement climatique » ? Et qu’est-ce que cela impliquerait ?

L’auteur est assez clair :

Dans le cadre d’un « confinement climatique », les gouvernements limiteraient l’utilisation des véhicules privés, interdiraient la consommation de viande rouge et imposeraient des mesures d’économie d’énergie extrêmes, tandis que les compagnies d’énergie fossile devraient arrêter le forage.

Voilà qui est clair. Un « confinement climatique » signifie qu’il n’y aura plus de viande rouge, que le gouvernement limitera l’utilisation des véhicules privés et imposera des « mesures d’économie d’énergie extrêmes » (non précisées). Il est probable qu’elle inclue également l’interdiction des voyages en avion, déjà suggérée.

Dans l’ensemble, il s’agit d’une mesure potentiellement beaucoup plus stricte que la « politique de santé publique » que nous avons tous endurée l’année dernière.


Quant à l’idée de forcer les entreprises de combustibles fossiles à cesser de forer, elle est imprégnée de l’ignorance de l’aspect pratique qui n’existe que dans le monde universitaire. En supposant que nous puissions passer à une énergie entièrement basée sur les énergies renouvelables, nous ne pourrions toujours pas arrêter le forage de combustibles fossiles.

Le pétrole n’est pas seulement utilisé comme carburant, il est également nécessaire pour lubrifier les moteurs et fabriquer des produits chimiques et des plastiques. Des plastiques utilisés dans la fabrication d’éoliennes et de panneaux solaires, par exemple.

Le charbon n’est pas seulement nécessaire aux centrales électriques, mais aussi à la fabrication de l’acier. Un acier qui est vital pour à peu près tout ce que l’homme fait dans le monde moderne.

Cela me rappelle un sketch de Victoria Wood des années 1980, dans lequel une femme de la classe moyenne supérieure remarque, en rencontrant un mineur de charbon, « Je suppose que nous n’avons pas vraiment besoin de charbon, maintenant que nous avons de l’électricité ».

Beaucoup d’idées utopiques post-fossiles sont vendues de cette façon, à des personnes qui sont confortablement éloignées de la façon dont le monde fonctionne réellement. Cela reflète la supposée « récupération » de l’environnement pendant l’isolement, une création mythique vendant un aspect positif de l’assignation à résidence à des gens qui pensent que, parce qu’ils ont leurs réunions budgétaires annuelles sur Zoom, la Chine a cessé de fabriquer 900 millions de tonnes d’acier par an et que l’armée américaine ne produit pas plus de pollution que 140 pays différents réunis.

La question, en réalité, est de savoir pourquoi une ONG soutenue, entre autres, par Shell, BP et Chevron, voudrait suggérer une interdiction du forage de combustibles fossiles. Mais c’est une discussion pour une autre fois.

ÉVITER UN « CONFINEMENT CLIMATIQUE »

Le « confinement climatique » est donc un mélange de contrôle social dystopique et d’absurdités peu pratiques, probablement conçues pour vendre un programme. Mais ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas obligés de faire cela. Il existe un moyen d’éviter ces mesures extrêmes, c’est l’auteur qui le dit :

Pour éviter un tel scénario, nous devons remanier nos structures économiques et faire du capitalisme différemment […] Pour faire face à cette triple crise, il faut réorienter la gouvernance des entreprises, la finance, la politique et les systèmes énergétiques vers une transformation économique verte […] Il faut aller beaucoup plus loin pour parvenir à une reprise verte et durable […] nous voulons transformer l’avenir du travail, des transports en commun et de la consommation d’énergie « .

« Refonte » ? « réorientation » ? « transformation » ?

Il semble que nous soyons en train d’envisager une nouvelle construction de la société. Une « réinitialisation », si vous voulez, et étant donné l’ampleur souhaitée, on pourrait même parler de « Grand Reset », je suppose.

Sauf, bien sûr, que le grand reset n’est qu’une folle « théorie du complot ». L’élite ne veut pas d’un grand reset, même si elle continue à dire le contraire…

…ils veulent juste une « transformation » massive de nos secteurs social, financier, gouvernemental et énergétique.

Ils veulent que vous ne possédiez rien et que vous soyez heureux. Ou bien.

Car c’est ce qu’il y a de plus étrange dans cet article : alors que la plupart des émissions publiques d’épouvante tentent au moins de faire preuve de subtilité, le ton de cet article est ouvertement menaçant [c’est nous qui soulignons] :

nous approchons d’un point de basculement en matière de changement climatique, lorsque la protection de l’avenir de la civilisation exigera des interventions spectaculaires […] D’une manière ou d’une autre, un changement radical est inévitable ; notre tâche consiste à faire en sorte que nous obtenions le changement que nous voulons – tant que nous avons encore le choix.

L’ensemble de l’article n’est pas tant un argument qu’un ultimatum.


Un pistolet pointé sur la tête collective du public. « Il est évident que nous ne voulons pas vous enfermer chez vous, vous forcer à manger des cubes de soja transformés et vous retirer vos voitures », nous disent-ils, « mais nous pourrions y être obligés si vous ne suivez pas nos conseils ».

Y aura-t-il des « confinements climatiques » à l’avenir ? Je ne serais pas surpris. Mais pour l’instant – plutôt que d’être sérieusement évoqués – ils remplissent un rôle différent. Une hypothèse effrayante – une menace utilisée pour intimider le public afin qu’il accepte les réformes mondialistes dures qui constituent le « grand reset ».

Traduction de Off-Guardian par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021