Il y a plus sur BlackRock que vous ne pouvez l’imaginer - 1 Scandal
A ne pas manquer Social & Finance

Il y a plus sur BlackRock que vous ne pouvez l’imaginer


par F. William Engdahl.

Une société d’investissement pratiquement non réglementée exerce aujourd’hui plus d’influence politique et financière que la Réserve fédérale et la plupart des gouvernements de cette planète.

Cette société, BlackRock Inc, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, investit les fonds de ses clients à hauteur de 9 000 milliards de dollars dans le monde entier, une somme qui représente plus du double du PIB annuel de la République fédérale d’Allemagne.

Ce colosse trône au sommet de la pyramide des entreprises mondiales, y compris en Chine tout récemment.

Depuis 1988, la société s’est mise en position de contrôler de facto la Réserve fédérale, la plupart des mégabanques de Wall Street, dont Goldman Sachs, la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial de Davos, l’administration Biden et, si rien n’est fait, l’avenir économique de notre monde. BlackRock est l’exemple même de ce que Mussolini appelait le corporatisme, où une élite d’entreprises non élue dicte sa loi à la population.


La façon dont la plus grande « banque de l’ombre » du monde exerce cet énorme pouvoir sur le monde devrait nous préoccuper.

BlackRock, depuis sa création par Larry Fink en 1988, a réussi à réunir des logiciels financiers et des actifs uniques qu’aucune autre entité ne possède. Le système de gestion des risques Aladdin de BlackRock, un logiciel capable de suivre et d’analyser les transactions, surveille plus de 18 000 milliards de dollars d’actifs pour 200 sociétés financières, dont la Réserve fédérale et les banques centrales européennes. On peut imaginer que celui qui « surveille » sait également.

BlackRock a été qualifiée de « couteau suisse » financier – investisseur institutionnel, gestionnaire de fonds, société de capital-investissement et partenaire gouvernemental mondial réunis en une seule entité. Pourtant, les médias grand public traitent l’entreprise comme une simple société financière de Wall Street.

Il existe une interface transparente qui relie l’Agenda 2030 des Nations unies à la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial de Davos et aux politiques économiques naissantes de l’administration Biden. Cette interface est BlackRock.

L’équipe Biden et BlackRock

Il devrait maintenant être clair pour quiconque prend la peine de regarder, que la personne qui prétend être le président des États-Unis, Joe Biden, 78 ans, ne prend aucune décision. Il a même du mal à lire un téléprompteur ou à répondre à des questions préparées par des médias amis sans confondre la Syrie et la Libye ou même s’il est président.


Il est micro-managé par un groupe d’assistants pour maintenir une « image » scénarisée d’un président, tandis que la politique est élaborée en coulisses par d’autres personnes. Cela rappelle étrangement le personnage de Peter Sellers de 1979, Chauncey Gardiner, dans « Bienvenue, mister Chance ».

Ce qui est moins public, ce sont les principaux responsables de la politique économique de Biden Inc. On les appelle tout simplement BlackRock.

Tout comme Goldman Sachs a dirigé la politique économique sous Obama et aussi sous Trump, aujourd’hui BlackRock remplit ce rôle clé. L’accord a apparemment été scellé en janvier 2019, lorsque Joe Biden, alors candidat et chance de battre Trump, est allé rencontrer Larry Fink à New York, qui aurait dit à « Joe la classe ouvrière » : « Je suis là pour aider ».

Maintenant, en tant que président, dans l’une de ses premières nominations, Biden a nommé Brian Deese au poste de directeur du Conseil économique national, le principal conseiller du président en matière de politique économique.

L’un des premiers décrets présidentiels porte sur l’économie et la politique climatique. Ce n’est pas surprenant, car Deese vient de BlackRock, où il était responsable mondial de l’investissement durable.

Avant de rejoindre BlackRock, Deese a occupé des postes économiques de haut niveau sous Obama, notamment en remplaçant John Podesta en tant que conseiller principal du président, où il a travaillé aux côtés de Valerie Jarrett. Sous Obama, Deese a joué un rôle clé dans la négociation des accords de Paris sur le réchauffement climatique.

Au poste clé de secrétaire adjoint au Trésor, sous la direction de Janet Yellen, on trouve Adewale « Wally » Adeyemo, d’origine nigériane. Adeyemo vient également de BlackRock où, de 2017 à 2019, il était conseiller principal et chef de cabinet du PDG de BlackRock, Larry Fink, après avoir quitté l’administration Obama. Ses liens personnels avec Obama sont forts, puisque ce dernier l’a nommé premier président de la Fondation Obama en 2019.

Et une troisième personne senior de BlackRock qui dirige la politique économique dans l’administration maintenant est également inhabituelle à plusieurs égards. Michael Pyle est le conseiller économique principal de la vice-présidente Kamala Harris. Il est arrivé à Washington après avoir occupé le poste de Global Chief Investment Strategist chez BlackRock, où il supervisait la stratégie d’investissement de quelque 9 000 milliards de dollars de fonds. Avant de rejoindre BlackRock au plus haut niveau, il avait également fait partie de l’administration Obama en tant que conseiller principal du sous-secrétaire au Trésor pour les Affaires internationales, et était devenu en 2015 un conseiller de la candidature d’Hillary Clinton à la présidence.

Le fait que trois des personnes nommées à des postes économiques les plus influents de l’administration Biden viennent de BlackRock, et avant cela, toutes de l’administration Obama, mérite d’être souligné.

Il s’agit d’un schéma précis qui suggère que le rôle de BlackRock à Washington est bien plus important que ce que l’on nous dit.

Qu’est-ce que BlackRock?

Jamais auparavant une société financière ayant une telle influence sur les marchés mondiaux n’avait été autant soustraite à l’examen du public. Ce n’est pas un hasard. Comme il ne s’agit techniquement pas d’une banque qui accorde des prêts bancaires ou accepte des dépôts, elle échappe à la surveillance réglementaire de la Réserve fédérale, même si elle fait ce que font la plupart des mégabanques comme HSBC ou JP MorganChase : acheter et vendre des titres à des fins lucratives.

Lorsque le Congrès a fait pression pour inclure les gestionnaires d’actifs tels que les Fonds BlackRock et Vanguard dans la loi Dodd-Frank post-2008 en tant qu’ « institutions financières d’importance systémique », un énorme lobbying de BlackRock a mis fin à la menace.

BlackRock est pratiquement une loi en soi.

Et en effet, elle est « systémiquement importante » comme aucune autre, à l’exception peut-être de Vanguard, qui serait également un actionnaire important de BlackRock.

Le fondateur et PDG de BlackRock, Larry Fink, est clairement intéressé par l’achat d’influence au niveau mondial. Il a nommé l’ancien député allemand de la CDU Friederich Merz à la tête de BlackRock Allemagne lorsqu’il semblait qu’il pourrait succéder à la chancelière Merkel, et l’ancien chancelier de l’Échiquier britannique George Osborne comme « consultant politique ».

Fink a nommé l’ancienne chef de cabinet d’Hillary Clinton, Cheryl Mills, au conseil d’administration de BlackRock lorsqu’il semblait certain qu’Hillary serait bientôt à la Maison Blanche.

Il a nommé d’anciens banquiers centraux à son conseil d’administration et a ensuite obtenu des contrats lucratifs avec leurs anciennes institutions.

Stanley Fisher, ancien directeur de la Banque d’Israël, puis vice-président de la Réserve fédérale, est désormais conseiller principal chez BlackRock.

Philipp Hildebrand, ancien président de la Banque nationale suisse, est vice-président de BlackRock, où il supervise le BlackRock Investment Institute.

Jean Boivin, ancien gouverneur adjoint de la Banque du Canada, est le responsable mondial de la recherche à l’institut d’investissement de BlackRock.

BlackRock et la Fed

C’est cette équipe de l’ex-banque centrale à BlackRock qui a élaboré un plan de renflouement « d’urgence » pour le président de la Fed, Powell, en mars 2019, alors que les marchés financiers semblaient au bord d’un nouvel effondrement de type « crise Lehman » de 2008.

En guise de « remerciement », le président de la Fed Jerome Powell a nommé BlackRock dans un rôle sans appel d’offres pour gérer tous les programmes d’achat d’obligations d’entreprises de la Fed, notamment les obligations où BlackRock lui-même investit. Conflit d’intérêts ? Un groupe d’une trentaine d’ONG a écrit au président de la Fed, Jerome Powell :

« En donnant à BlackRock le contrôle total de ce programme de rachat de dettes, la Fed… rend BlackRock encore plus important sur le plan systémique pour le système financier. Pourtant, BlackRock n’est pas soumis à l’examen réglementaire d’institutions financières d’importance systémique encore plus petites ».

Dans un rapport détaillé publié en 2019, un groupe de recherche à but non lucratif de Washington, Campaign for Accountability, a noté que « BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a mis en œuvre une stratégie de lobbying, de contributions aux campagnes électorales et d’embauches à tour de bras pour lutter contre la réglementation gouvernementale et s’imposer comme l’une des sociétés financières les plus puissantes au monde ».

La Fed de New York a engagé BlackRock en mars 2019 pour gérer son programme de titres adossés à des créances hypothécaires commerciales et ses achats primaires et secondaires d’obligations d’entreprises et de Fonds négocié en Bourse (FNB) pour un montant de 750 milliards de dollars dans le cadre de contrats sans appel d’offres.

Pam et Russ Martens, journalistes financiers américains, ont critiqué ce sombre renflouement de Wall Street par la Fed en 2019 et ont fait remarquer que « pour la première fois dans l’histoire, la Fed a engagé BlackRock pour « être directe » et acheter 750 milliards de dollars d’obligations d’entreprises et de FNB primaires et secondaires, un produit dont BlackRock est l’un des plus grands fournisseurs au monde ». Ils poursuivent : « Pour ajouter à l’indignation, le programme géré par BlackRock recevra 75 milliards de dollars sur les 454 milliards de dollars d’argent des contribuables pour éponger les pertes sur ses achats d’obligations d’entreprises, qui comprendront ses propres FNB, que la Fed l’autorise à acheter… »

Le chef de la Fed, Jerome Powell, et Larry Fink se connaissent bien, apparemment.

Même après que Powell a donné à BlackRock l’accord extrêmement lucratif sans appel d’offres, Powell a continué à faire gérer par le même BlackRock environ 25 millions de dollars d’investissements privés en valeurs mobilières de Powell.


Les archives publiques montrent qu’au cours de cette période, Powell a eu des entretiens téléphoniques directs et confidentiels avec le PDG de BlackRock, Fink. Selon les informations financières requises, BlackRock a réussi à doubler la valeur des investissements de Powell par rapport à l’année précédente ! Aucun conflit d’intérêts ?

Un BlackRock très présent au Mexique

L’histoire trouble de BlackRock au Mexique montre que les conflits d’intérêts et les jeux d’influence avec les principaux organismes gouvernementaux ne se limitent pas aux États-Unis. Peña Nieto, candidat présidentiel du PRI, s’est rendu à Wall Street pendant sa campagne en novembre 2011. Il y a rencontré Larry Fink. Ce qui a suivi la victoire de Nieto en 2012 a été une relation étroite entre Fink et Nieto, criblée de conflits d’intérêts, de copinage et de corruption.

Très probablement pour s’assurer que BlackRock était du côté des gagnants du nouveau régime corrompu de Nieto, Fink a nommé Marcos Antonio Slim Domit, 52 ans, fils milliardaire de l’homme le plus riche et sans doute le plus corrompu du Mexique, Carlos Slim, au conseil d’administration de BlackRock.

Marcos Antonio, ainsi que son frère Carlos Slim Domit, dirigent aujourd’hui l’immense empire commercial de leur père. Carlos Slim Domit, le fils aîné, a été coprésident du Forum économique mondial Amérique latine en 2015, et est actuellement président du conseil d’administration d’America Movil, où BlackRock est un investisseur important. Petit monde douillet.

Le père, Carlos Slim, à l’époque désigné par Forbes comme la personne la plus riche du monde, a construit un empire autour de son acquisition en douceur de Telemex (plus tard America Movil). Le président de l’époque, Carlos Salinas de Gortari, a en fait fait don de l’empire des télécommunications à Slim en 1989. Salinas a ensuite fui le Mexique, accusé d’avoir volé plus de 10 milliards de dollars dans les caisses de l’État.

Comme pour beaucoup de choses au Mexique depuis les années 1980, l’argent de la drogue a apparemment joué un rôle énorme avec l’aîné Carlos Slim, père du directeur de BlackRock, Marcos Slim.

En 2015, WikiLeaks a publié des courriels internes de la société de renseignement privée Stratfor. Stratfor écrit dans un courriel d’avril 2011, au moment où BlackRock établit ses plans pour le Mexique, qu’un agent spécial de la DEA américaine, William F. Dionne, confirme les liens de Carlos Slim avec les cartels de la drogue mexicains.

Stratfor demande à Dionne : « Billy, le milliardaire MX (mexicain) Carlos Slim est-il lié aux narcos ? ».

Dionne répond : « En ce qui concerne votre question, le milliardaire des télécommunications MX l’est ». Dans un pays où 44% de la population vit dans la pauvreté, on ne devient pas l’homme le plus riche du monde en seulement deux décennies en vendant des biscuits de scouts.

Fink et le PPP mexicain

Avec Marcos Slim au conseil d’administration de BlackRock et le nouveau président Enrique Peña Nieto, le partenaire mexicain de Larry Fink dans l’alliance PublicPrivatePartnership (PPP) de 590 milliards de dollars de Peña Nieto, BlackRock, était prêt à récolter la moisson.

Pour peaufiner ses nouvelles opérations mexicaines, Fink a nommé l’ancien sous-secrétaire mexicain aux finances Gerardo Rodriguez Regordosa pour diriger la stratégie des marchés émergents de BlackRock en 2013.

Puis en 2016, Peña Nieto a nommé Isaac Volin, alors à la tête de BlackRock Mexico pour être le numéro 2 de PEMEX où il a présidé à la corruption, aux scandales et à la plus grande perte de l’histoire de PEMEX, 38 milliards de dollars.

Peña Nieto avait ouvert l’énorme monopole d’État du pétrole, PEMEX, aux investisseurs privés pour la première fois depuis sa nationalisation dans les années 1930. Le premier à en profiter a été BlackRock de Fink. En sept mois, BlackRock a obtenu 1 milliard de dollars dans des projets énergétiques de PEMEX, souvent en tant que seul soumissionnaire.

Pendant le mandat de Peña Nieto, l’un des présidents les plus controversés et les moins populaires, BlackRock a prospéré grâce à ces liens étroits. Elle s’est rapidement engagée dans des projets d’infrastructure très rentables (et corrompus) sous Peña Nieto, comprenant non seulement des puits et des oléoducs et des gazoducs, mais aussi des routes à péage, des hôpitaux et même des prisons.

Notamment, « l’ami » mexicain de BlackRock, Peña Nieto, était également « ami » non seulement avec Carlos Slim, mais aussi avec le chef du célèbre cartel de Sinaloa, « El Chapo » Guzman.

Lors d’un témoignage au tribunal en 2019 à New York, Alex Cifuentes, un baron de la drogue colombien qui s’est décrit comme le « bras droit » d’El Chapo, a déclaré que juste après son élection en 2012, Peña Nieto avait demandé 250 millions de dollars au cartel de Sinaloa avant de se contenter de 100 millions de dollars. On ne peut que deviner pour quoi faire.

Larry Fink et la Grande Réinitialisation du FEM

En 2019, Larry Fink a rejoint le conseil d’administration du Forum économique mondial de Davos, l’organisation basée en Suisse qui, depuis une quarantaine d’années, fait progresser la mondialisation économique. Fink, qui est proche du chef technocrate du FEM, Klaus Schwab, connu pour sa Grande Réinitialisation, est maintenant en position d’utiliser le poids énorme de BlackRock pour créer ce qui est potentiellement, s’il ne s’effondre pas avant, la plus grande arnaque de Ponzi du monde, l’investissement ESG des entreprises.

Fink, avec un effet de levier de 9 000 milliards de dollars, pousse le plus grand déplacement de capitaux de l’histoire vers une escroquerie connue sous le nom d’investissement ESG. L’agenda de « l’économie durable » des Nations unies est en train d’être réalisé discrètement par les mêmes banques mondiales qui ont créé les crises financières de 2008.

Cette fois-ci, elles préparent la Grande Réinitialisation du FEM de Klaus Schwab en dirigeant des centaines de milliards et bientôt des milliers de milliards d’investissements vers leurs entreprises « réveillées » triées sur le volet, et loin de celles qui ne le sont pas, comme les entreprises pétrolières et gazières ou le charbon.

Depuis 2018, BlackRock est à l’avant-garde de la création d’une nouvelle infrastructure d’investissement qui sélectionne les « gagnants » ou les « perdants » des investissements en fonction du sérieux de l’entreprise en matière d’ESG (environnement, valeurs sociales et gouvernance).

Par exemple, une entreprise obtient des notes positives pour le sérieux avec lequel elle embauche des cadres et des employés de sexe différent, ou prend des mesures pour éliminer son « empreinte » carbone en rendant ses sources d’énergie vertes ou durables pour utiliser le terme de l’ONU.

La façon dont les entreprises contribuent à une gouvernance mondiale durable est la plus vague des ESG, et pourrait inclure n’importe quoi, des dons d’entreprises à Black Lives Matter au soutien d’agences de l’ONU comme l’OMS.

Les compagnies pétrolières comme ExxonMobil ou les compagnies charbonnières, aussi prospères soient-elles, sont condamnées car Fink et ses amis promeuvent désormais leur Grande Réinitialisation financière ou leur Green New Deal. C’est pourquoi il a passé un accord avec la présidence de Biden en 2019.

Suivez l’argent.

Et nous pouvons nous attendre à ce que le New York Times encourage BlackRock dans sa destruction des structures financières mondiales.

Depuis 2017, BlackRock est le premier actionnaire du journal. Carlos Slim était le deuxième plus important.

Même Carl Icahn, un impitoyable dépouilleur d’actifs de Wall Street, a un jour qualifié BlackRock de « société extrêmement dangereuse… J’avais l’habitude de dire, vous savez, que la mafia a un meilleur code d’éthique que vous les gars ».

source : https://journal-neo.org


traduit par Réseau International


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021