Environnement & Alimentation

Il a fallu la guerre russe en Ukraine pour révéler l’arnaque de l’énergie « verte ».

La transition forcée de l’Occident d’une énergie fossile fiable vers des alternatives énergétiques «vertes» s’est avérée désastreuse. Et grâce à la guerre en Ukraine, les économies occidentales prennent enfin conscience de ce fait.

Comme nous l’avons signalé, l’Union européenne (UE) devrait intégrer la production de pétrole et de gaz dans le giron de l’énergie verte – quelque chose qui, il y a à peine un an, aurait été du jamais vu.

La décision du président russe Vladimir Poutine d’empêcher l’État profond d’utiliser l’Ukraine comme une nation mandataire pour commettre des atrocités a entraîné des sanctions, qui ont conduit à des pénuries d’énergie. Ces pénuries ont amené l’Europe occidentale à réaliser que si elle ne revient pas à l’utilisation de combustibles fossiles, il n’y aura bientôt plus de lumière.

Même les médias contrôlés par les grandes entreprises, qui ont longtemps fait l’éloge de l’énergie verte, admettent maintenant que nous ferions mieux de faire démarrer les pompes à pétrole et les opérations de forage, sinon nous pouvons tous nous attendre à un effondrement de type tiers-mondiste cet hiver.

« … un monde en manque d’énergie se tourne vers le charbon alors que les pénuries de gaz naturel et de pétrole, exacerbées par la guerre de la Russie contre l’Ukraine, ramènent les pays vers le combustible fossile le plus sale », rapporte le Journal.

Devenir «vert» signifie détruire votre économie et entrer dans la PAUVRETÉ

Il s’avère que les combustibles fossiles ne sont pas nécessairement les sources d’énergie « sales » que les écologistes ont longtemps prétendu être. Il existe des moyens propres, sûrs et efficaces d’extraire les combustibles fossiles de la terre et de les utiliser pour alimenter les entreprises, les foyers, les véhicules et bien d’autres choses encore, sans détruire la planète.

L’UE prévoit de maintenir les politiques en place pour garantir que les combustibles fossiles sont produits de manière propre et responsable, mais ils ne feront plus l’objet d’une élimination progressive et d’une interdiction totale comme auparavant.

Même le « charbon propre » fait un retour en force, car il est nécessaire, avec les autres, pour faire fonctionner les appareils de chauffage, faire croître les usines et faire tourner l’économie mondiale. L’éolien, le solaire et les vœux pieux ne sont tout simplement pas suffisants pour garder les lumières allumées.

« … des États-Unis à l’Europe en passant par la Chine, bon nombre des plus grandes économies du monde augmentent leurs achats de charbon à court terme pour garantir un approvisionnement suffisant en électricité, malgré les engagements préalables de nombreux pays à réduire leur consommation de charbon pour lutter contre le changement climatique », explique un autre rapport.

En fait, la demande de charbon est telle que les prix sur le marché mondial s’envolent de façon spectaculaire – c’est du moins la raison que l’on nous donne pour expliquer le bond massif des graphiques observé depuis le début de 2021.

Les prix de référence du charbon ont atteint de nouveaux records cette année, comme par exemple les prix spot du charbon au port de Newcastle en Australie, un fournisseur clé de l’Asie. Là-bas, le pétrole a dépassé les 400 dollars la tonne pour la toute première fois le mois dernier.

« De façon hilarante, la poussée pour le charbon est menée par l’Europe, point zéro du ‘mouvement vert’ qui a finalement réalisé qu’on ne peut pas brûler de la fausse vertu ou fondre en posant devant une caméra en hiver pour se réchauffer, et qui augmente ses achats de charbon pour s’assurer de pouvoir continuer à alimenter les foyers et les usines en électricité après que la Russie ait coupé les approvisionnements en gaz sur le continent », rapporte Zero Hedge..

L’Allemagne, qui a promis il n’y a pas si longtemps d’éliminer le charbon comme source d’énergie d’ici 2030, fait partie des nations qui en importent désormais davantage. »

Au lieu d’éliminer complètement le charbon d’ici 2030, l’Allemagne pourrait en être plus dépendante que jamais d’ici là. Il en va de même pour ses centrales nucléaires, qui devaient être fermées, mais qui vont maintenant être ressuscitées et remises en service afin d’éviter un effondrement économique total.

Les sources de cet article incluent :
ZeroHedge.com
NaturalNews.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.