Guerre contre l’argent liquide : la phase suivante commence - 1 Scandal
Social & Finance

Guerre contre l’argent liquide : la phase suivante commence


Avec tant de nouvelles sur la reprise économique, la crise frontalière, les dépenses publiques massives et l’explosion des déficits, il est facile de négliger la guerre actuelle contre l’argent liquide.

C’est une erreur, car cela a de graves conséquences non seulement pour votre argent, mais aussi pour votre vie privée et votre liberté personnelle, comme vous allez le voir aujourd’hui.

Les liquidités empêchent les banques centrales d’imposer des taux d’intérêt négatifs, car si elles le faisaient, les gens retireraient leurs liquidités du système bancaire.

S’ils fourrent leur argent sous un matelas, ils n’en tirent aucun revenu, c’est vrai. Mais au moins, ils ne perdent rien.

Une fois que tout l’argent sera numérique, vous n’aurez plus la possibilité de retirer votre argent et d’éviter les taux négatifs. Vous serez piégé dans un enclos numérique sans possibilité d’en sortir.


Et si vous transfériez votre argent dans des crypto-monnaies comme le bitcoin?

Les gouvernements ne renonceront pas à leur monopole sur la monnaie

Il faut d’abord comprendre que les gouvernements jouissent d’un monopole sur la création monétaire, et qu’ils ne sont pas prêts à l’abandonner au profit de monnaies numériques comme le bitcoin.

Les partisans libertariens des cryptomonnaies célèbrent leur nature décentralisée et l’absence de contrôle gouvernemental. Pourtant, leur croyance en la durabilité de systèmes puissants hors du contrôle du gouvernement est naïve.

La blockchain n’existe pas dans l’éther (malgré le nom d’une crypto-monnaie), et elle ne réside pas sur Mars.


La blockchain dépend d’infrastructures critiques, notamment les serveurs, les réseaux de télécommunications, le système bancaire et le réseau électrique, qui sont tous soumis au contrôle des gouvernements.

Mais les gouvernements savent qu’ils ne peuvent pas arrêter les plateformes technologiques sur lesquelles reposent les crypto-monnaies.

La technologie est allée trop loin pour faire marche arrière maintenant.

Les gouvernements centraux ne veulent donc pas tuer la technologie du grand livre distribué qui sous-tend les crypto-monnaies. Ils ont patiemment observé le développement et la croissance de cette technologie, afin de pouvoir finalement la contrôler.

Quiconque contrôle l’argent contrôle le pouvoir politique, l’économie et la vie des gens.

C’est là qu’intervient la monnaie numérique de la banque centrale, connue sous le nom de CBDC…

Pas exactement des crypto-monnaies

Les CBCD utilisent la même technologie de registre distribué que les crypto-monnaies. Mais elles sont différentes des crypto-monnaies comme le bitcoin, bien que les différences soient souvent négligées par les adeptes des crypto-monnaies.

Contrairement aux crypto-monnaies, les CBCD ne sont pas de nouvelles monnaies. Elles seront toujours des dollars, des euros, des yens ou des yuans, comme aujourd’hui. Mais ces monnaies seront uniquement numériques ; aucun papier-monnaie ou argent liquide ne sera autorisé. Seuls le format et les canaux de paiement changeront.

Les soldes pourront être conservés dans des portefeuilles numériques ou des coffres-forts numériques sans passer par les banques traditionnelles. Une blockchain n’est pas nécessaire ; le registre distribué d’une CBDC peut être tenu à jour sous forme cryptée par la banque centrale elle-même sans qu’il soit nécessaire de recourir à des comptes bancaires ou à des fonds du marché monétaire.

Leur plus grand attrait est leur commodité et l’absence de frais de transaction par carte de crédit. Les paiements peuvent être effectués à l’aide d’un iPhone ou d’un autre appareil, sans carte de crédit ni virement bancaire coûteux.

Qui a besoin de comptes bancaires, de chèques, de relevés de compte, de bordereaux de dépôt et des autres caractéristiques encombrantes d’une relation bancaire lorsque vous pouvez passer au tout numérique avec la Fed ?

Un compte individuel de la Fed sur votre téléphone portable pourrait également éliminer les frais de 2,5 % que les acquéreurs commerciaux facturent aux détaillants pour traiter les transactions par carte de crédit. Les paiements, en général, seraient plus rapides, moins chers, plus faciles et plus sûrs qu’ils ne le sont aujourd’hui.

La Réserve fédérale a travaillé avec des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology pour développer une forme de CBDC en dollars.


Attention aux grandes banques

Le déploiement de ce nouveau dollar numérique n’aura peut-être pas lieu avant quelques années, mais ses implications sont énormes. L’enjeu dépasse la simple commodité pour le client.

Les chemins de fer étaient l’un des secteurs les plus importants de l’économie entre 1870 et 1930, mais ils étaient pour la plupart en faillite dans les années 1970. General Motors a été sauvée de la faillite plus d’une fois par le gouvernement américain.

General Electric, autrefois un géant industriel, n’est plus que la coquille de ce qu’elle était autrefois. Les cours des actions des compagnies pétrolières ont été malmenés par les menaces du New Deal vert. Les choses changent.

Aujourd’hui, les banques et autres institutions financières dominent les valorisations boursières aux côtés du secteur technologique. Les CBDC pourraient bien s’en prendre aux banques.

Une réaction au changement proposé a déjà commencé. Les grandes banques craignent d’être complètement exclues du système de paiement. MasterCard et VISA craignent également que leurs canaux de paiement ne deviennent superflus.

Des trillions de dollars de richesse sous forme de cours boursiers des institutions financières pour JPMorgan, Citi, MasterCard et VISA pourraient être anéantis à mesure que la nouvelle technologie de paiements numériques s’installe.

Adieu, vie privée

Vous n’avez peut-être pas beaucoup de sympathie pour JPMorgan, Citi, MasterCard et VISA, mais que pensez-vous qu’il arriverait au marché boursier s’ils s’effondraient ?

Ce n’est pas la seule retombée potentielle des CBCD. Il y a un côté sombre. S’il n’y a pas d’argent liquide, il n’y a pas d’anonymat.

Les gouvernements sauront à tout moment où vous vous trouvez et quelles sont vos habitudes, simplement en suivant votre utilisation des fonds par le biais du système de paiement des CBDC.

Cela peut déjà être fait, dans une certaine mesure, en suivant les transactions par carte de crédit, mais le système des CBDC rendra la surveillance de l’État plus omniprésente.

La Chine ouvre la voie avec les CBDC. Et ce type de surveillance est la véritable force motrice de la CBDC chinoise.

La Chine utilise déjà des logiciels de reconnaissance faciale, le suivi GPS des téléphones portables et l’achat de billets d’avion ou de train pour suivre ses citoyens. Cette surveillance peut être utilisée pour détecter les activités anti-étatiques et pour arrêter les dissidents ou toute personne qui ne suit pas strictement les ordres du gouvernement.

Un contrôle mondial

La Chine veut maintenant faire de ses règles sur les CBDC la norme mondiale.

Même si les États-Unis et l’Europe ne sont pas d’accord, il est probable que de nombreux pays asiatiques et africains accepteront en échange de l’aide de la Chine. Cette aide peut prendre la forme d’un accès aux rares vaccins contre le COVID, par exemple.

Une fois que le logiciel de surveillance totalitaire de la Chine sera au point, elle pourra en faire la norme pour une grande partie du monde et faciliter la surveillance intrusive 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par tous les dictateurs et dirigeants autocratiques du monde.

Il ne fait aucun doute que la Chine s’arrangera pour avoir accès aux mêmes informations de surveillance qu’elle fournit à ses États clients. Le jeu final ressemblerait beaucoup au roman dystopique de George Orwell, 1984.

Si l’argent liquide disparaît, il n’y a qu’un seul moyen d’échapper à la surveillance numérique de la richesse : l’or physique.


Traduction du Daily Reckoning par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021