Grand Reset III - Le capitalisme aux caractéristiques chinoises - 1 Scandal
Opinion

Grand Reset III – Le capitalisme aux caractéristiques chinoises


Il y a plusieurs décennies, lorsque la dépendance croissante de la Chine à l’égard des secteurs à but lucratif de son économie ne pouvait plus être niée de manière crédible par le PCC, ses dirigeants ont approuvé le slogan « le socialisme aux caractéristiques chinoises » pour décrire le système économique chinois.

Formulée par Deng Xiaoping, cette phrase est devenue une composante essentielle de la tentative du PCC de rationaliser le développement capitaliste chinois dans le cadre d’un système politique socialiste-communiste.

Selon le parti, la privatisation croissante de l’économie chinoise devait être une phase temporaire – pouvant durer jusqu’à cent ans selon certains dirigeants du parti – sur la voie d’une société sans classes et d’un socialisme-communisme intégral.

Les dirigeants du parti ont affirmé, et maintiennent toujours, que le socialisme aux caractéristiques chinoises était nécessaire dans le cas de la Chine parce que la Chine était un pays agraire « arriéré » lorsque le communisme a été introduit – trop tôt, a-t-on suggéré. La Chine avait besoin d’un coup de pouce capitaliste.

Avec ce slogan, le parti a pu faire valoir que la Chine avait été une exception à la position marxiste orthodoxe selon laquelle le socialisme n’arrive qu’après le développement du capitalisme – bien que Marx lui-même se soit écarté de sa propre formule sur le tard.


En même temps, le slogan a permis au PCC de confirmer la position marxiste orthodoxe. La révolution communiste chinoise était arrivée avant le développement du capitalisme industriel, une exception au marxisme orthodoxe. Le capitalisme a donc été introduit plus tard dans le système économique chinois – une confirmation du marxisme orthodoxe.

Dépouillé de ses prétentions idéologiques socialistes, le socialisme avec des caractéristiques chinoises, ou le système chinois lui-même, équivaut à un État socialiste-communiste de plus en plus financé par le développement économique capitaliste.

La différence entre l’ancienne Union soviétique et la Chine contemporaine est que lorsqu’il est devenu évident qu’une économie socialiste-communiste avait échoué, la première a abandonné ses prétentions économiques socialistes-communistes, alors que la seconde ne l’a pas fait.

Que les dirigeants du PCC croient ou non à leur propre rhétorique, la gymnastique idéologique exposée est néanmoins spectaculaire. À première vue, le slogan intègre et passe sous silence une contradiction apparemment évidente dans une tentative de sanctifier ou de « réunifier » le développement capitaliste chinois comme condition préalable à un socialisme-communisme complet.


Cependant, le slogan chinois capture une vérité essentielle sur le communisme, une vérité qui est soit non reconnue, soit non reconnue par le PCC et niée par les marxistes occidentaux.

Contrairement aux affirmations des dirigeants et des partisans communistes, et même contrairement aux affirmations de nombreux opposants, le socialisme-communisme n’est pas essentiellement un système économique mais plutôt politique.

Une fois au pouvoir, les dirigeants socialistes-communistes reconnaissent qu’étant donné leur contrôle sur les ressources, ils sont effectivement devenus les nouveaux propriétaires des moyens de production (alors que, comme Ludwig von Mises l’a suggéré, les consommateurs détiennent effectivement le pouvoir de disposition économique dans les marchés libres).

En essayant de mettre en place une économie socialiste-communiste, ils reconnaissent que, en l’absence de prix, la production industrielle à grande échelle nécessite une prise de décision supervisée. De même, la prise de décision n’est pas démocratique au sens promis par les idéologues socialistes-communistes.

La prise de décision doit être centralisée, ou du moins largement bureaucratisée. La prise de décision démocratique est empêchée par la production et la distribution détenues et contrôlées par l’État.

Le socialisme-communisme est un système politique dans lequel l’allocation des ressources est commandée par l’État et donc effectivement contrôlée par les dirigeants de l’État, la véritable classe dirigeante. Ces derniers conservent le contrôle par l’idéologie et la force.

Par opposition à un système économique pleinement mis en œuvre, le socialisme-communisme n’est toujours qu’un arrangement politique. C’est pourquoi le socialisme-communisme peut être combiné avec le « capitalisme » sous des formes telles que le « capitalisme d’État » ou le socialisme d’entreprise.

Ses prétentions économiques seront abandonnées au fur et à mesure de l’introduction du développement capitaliste et de sa rationalisation intelligente, comme en Chine. Si de telles prétentions sont maintenues longtemps, elles ruineront la société, comme dans l’ex-Union soviétique. Dans les deux cas, les dirigeants socialistes-communistes apprendront que la production de richesses nécessite l’accumulation de capital privé, qu’ils comprennent ou non pourquoi.


Entrer dans le socialisme d’entreprise

Une suite socialiste-communiste arrive dans un théâtre près de chez vous. Certains des mêmes anciens personnages réapparaissent, tandis que de nouveaux ont rejoint la distribution. Si l’idéologie et la rhétorique sont presque les mêmes, elles ont des fins légèrement différentes. Cette fois-ci, ce sont les vieux bromure et promesses qui sont en jeu, et un appât et un interrupteur similaires mais non identiques sont proposés.

Le socialisme promet la protection des personnes assiégées contre le « mal » économique et politique, la promotion des intérêts économiques de la classe inférieure, l’interdiction bienveillante des personnes « dangereuses » dans les forums publics et la vie civique, et une préoccupation première ou exclusive pour « le bien commun ».

L’initiative chinoise « Une ceinture, une route » risque de pendre les preneurs en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une variété différente est à l’ordre du jour dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

La variante contemporaine est le socialisme d’entreprise, ou un système à deux niveaux de « socialisme réellement existant » sur le terrain, couplé à un ensemble parallèle de monopoles d’entreprise ou de monopoles potentiels au sommet.

La différence entre le socialisme d’État et le socialisme d’entreprise réside simplement dans le fait qu’un groupe différent contrôle effectivement les moyens de production. Mais tous deux dépendent du monopole – l’un étant l’État et l’autre la monopolisation de l’économie par les entreprises. Et tous deux dépendent de l’idéologie communiste-socialiste du socialisme démocratique, ou, dans une variante récente, de l’idéologie de la « justice sociale » ou du « réveil ». Le socialisme d’entreprise est la fin recherchée, tandis que le socialisme démocratique et le capitalisme éveillé sont parmi les moyens.

La Chine est le modèle du système économique et politique promu en Occident, et le Grand Reset est l’articulation la plus directe de ce système – bien que son articulation soit tout sauf parfaitement directe.

Le Grand Reset représente le développement du système chinois en Occident, mais seulement à l’inverse. Alors que l’élite politique chinoise a commencé avec un système politique socialiste-communiste et a mis en œuvre le « capitalisme » plus tard, l’élite en Occident a commencé avec le « capitalisme » et vise à mettre en œuvre un système politique socialiste-communiste maintenant. C’est comme si l’oligarchie occidentale se penchait sur le « socialisme » exposé en Chine et disait « oui, nous le voulons ».

Cela explique de nombreuses contradictions apparentes, dont la moindre n’est pas l’autoritarisme de gauche du secteur Big Tech. La Big Tech, et en particulier le Big Digital, est l’appareil de communication idéologique pour l’avancement du socialisme d’entreprise, ou capitalisme avec des caractéristiques chinoises.

Les caractéristiques chinoises que le Grand Reset vise à reproduire en relation avec le capitalisme occidental ressembleraient au totalitarisme du PCC. Il faudrait pour cela réduire considérablement les droits individuels, notamment les droits de propriété, la liberté d’expression, la liberté de mouvement, la liberté d’association, la liberté de religion et le système de libre entreprise tel que nous le concevons.

Le Grand Reset mettrait en œuvre le système politique de la même manière que la Chine l’a fait – avec une surveillance intelligente des villes par le biais de la 5G, l’équivalent des scores de crédit social, des passeports médicaux, de l’emprisonnement politique et d’autres moyens de répression et de contrôle sociaux et politiques.

En fin de compte, le socialisme avec des caractéristiques chinoises et le capitalisme avec des caractéristiques chinoises reviendraient au même.

Aller vers :
Grand Reset I
Grand Reset II


Source : The Mises Institute – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021