Ghislaine Maxwell est enfin jugée. N’attendez pas grand-chose – la dissimulation a déjà commencé - 1 Scandal
A ne pas manquer Politique

Ghislaine Maxwell est enfin jugée. N’attendez pas grand-chose – la dissimulation a déjà commencé


La proxénète de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, est enfin devant le tribunal pour la sélection des jurés et l’ouverture des débats après un séjour de 17 mois au Metropolitan Detention Center de Brooklyn.

Étant donné le départ quelque peu suspect d’Epstein de cette terre dans ce qui pourrait être un meurtre plutôt qu’un suicide, Maxwell a été emprisonnée sous un régime un peu plus intrusif, avec une surveillance constante et une capacité limitée à faire autre chose que de s’asseoir sur sa couchette en béton et de contempler son avenir.

Elle s’est souvent plainte de son isolement, des mauvais traitements infligés par ses geôliers et de la mauvaise nourriture. Elle avait sans doute raison au sujet de la nourriture. Son offre de 28 millions de dollars de caution en échange de sa liberté en attendant le procès a été rejetée par la juge qui a observé que Maxwell avait plus de quinze comptes bancaires ou d’investissement séparés ainsi que de multiples passeports.

Elle a suggéré que Ghislaine pourrait avoir beaucoup plus d’argent et d’autres biens cachés en dehors des États-Unis, ce qui fait d’elle un risque de fuite, probablement vers Israël qui n’a pas d’accord d’extradition avec les États-Unis.

La saga de Ghislaine Maxwell/Jeffrey Epstein a un passé important à prendre en compte. Le soupçon qu’Epstein travaillait pour le Mossad, l’agence de renseignements extérieurs israélienne, ou pour son homologue des renseignements militaires, repose sur des preuves considérables et le fait qu’il était « protégé » semble également avoir été confirmé par des sources israéliennes et américaines.


En effet, il existe déjà des preuves qu’Epstein a bénéficié d’une clémence inhabituelle lorsqu’il a été reconnu coupable en Floride de crimes sexuels en 2008 impliquant 19 jeunes filles mineures et qu’il a reçu une peine qui n’était guère plus qu’une tape sur la main.

Après coup, le procureur des États-Unis pour Miami Alexander Acosta, qui était impliqué dans l’affaire, a déclaré que l’arrestation et la condamnation étaient au-dessus de ses compétences, qu’on lui avait dit qu’Epstein « appartenait aux services de renseignements » et qu’il fallait le laisser tranquille, un commentaire qui n’a apparemment jamais été retenu par les enquêteurs.

De plus, un livre récent intitulé « Epstein : Les morts ne racontent pas d’histoires », écrit par Ari Ben-Menashe, l’ancien officier de renseignement israélien qui prétend avoir dirigé l’opération Epstein, décrit notamment comment Epstein faisait chanter des politiciens de premier plan pour le compte des services de renseignement israéliens.

Epstein travaillait directement pour le gouvernement israélien depuis les années 1980 et son opération, qui était financée par Israël et par d’éminents juifs américains, était un « piège à miel » classique qui utilisait des jeunes filles mineures comme appât pour attirer des hommes politiques de renom du monde entier, dont le Prince Andrew et Bill Clinton. Clinton aurait volé au moins 26 fois sur le 727 privé d’Epstein, le « Lolita Express », vers un manoir en Floride ainsi que vers une île privée appartenant à Epstein dans les Caraïbes.


Les habitants de l’île l’appelaient « l’île aux pédophiles ». Les politiciens étaient photographiés et filmés lorsqu’ils étaient au lit avec des filles. Ensuite, ils étaient approchés et invités à rendre des faveurs à Israël.

Ghislaine Maxwell est en fait la fille du grand espion israélien Robert Maxwell, qui a eu droit à des funérailles nationales en Israël après sa mort mystérieuse en 1991, auxquelles ont assisté le premier ministre ainsi que tous les chefs anciens et actuels des services de renseignement de ce pays. Ghislaine est présumée avoir participé activement à l’opération Epstein en tant que proxénète de jeunes filles et a laissé entendre à au moins une occasion qu’elle savait où étaient cachés les films pornographiques réalisés par Epstein.

Elle a également affirmé que les enregistrements mettaient en scène Bill Clinton et Donald Trump.

Il ne faut pas grand-chose pour rassembler ce qui est déjà connu et poser la question suivante : « Qui, parmi les célébrités et les politiciens de haut niveau qu’Epstein a cultivés, étaient en fait des espions israéliens ? »

Et, bien sûr, il y a une intrigue secondaire.

En supposant qu’Epstein était en fait impliqué dans le recrutement et/ou la gestion d’agents américains de haut niveau dans une « opération d’influence » qui aurait pu impliquer du chantage, il est plausible d’arriver à la conclusion qu’il ait été tué en prison et que l’histoire du suicide n’était qu’une couverture pratique.


L’affaire Epstein reste techniquement « ouverte » et fait l’objet d’une enquête, bien qu’il ne semble pas que quelque chose se passe réellement, signe certain que quelqu’un de puissant dans l’Establishment s’assure que rien d’incriminant ne fasse surface. C’est ce qu’on appelle parfois une dissimulation gouvernementale.

Ainsi, étant donné tout le drame et les possibilités, on pourrait plausiblement se demander pourquoi la couverture médiatique de Maxwell, pour tout son attrait de sexe déviant combiné à un possible espionnage, est tellement moins sous les projecteurs des médias que ne l’étaient les récents procès Rittenhouse et Arbery?

Et encore moins que le procès en cours d’Elizabeth Holmes. La réponse est en fait assez simple, même si l’on fait abstraction du désir des médias libéraux d’attiser les passions raciales chaque fois que cela est possible. Nous sommes dans une ère de contrôle gouvernemental de l’information et nous assistons à une gestion sélective de ce dont Maxwell est accusé afin d’éliminer tout dommage possible aux politiciens américains de haut rang ou à Israël.

En dépit des drames judiciaires télévisés, le fait est que les gens ne sont jugés au tribunal qu’après avoir été accusés à l’avance de crimes spécifiques. Et les crimes dont ils sont accusés dépendent de ce qui ressort de l’enquête de la police et des autres services répressifs.

Le résultat est ensuite transmis à un procureur de district, souvent politiquement partial, qui, s’il reconnaît l’existence d’une affaire, la transmet à un juge élu ou politiquement nommé pour le procès. Dans la pratique, cela signifie que les procès devant jury sont soumis à un processus de triage avant d’atteindre la salle d’audience et que ce qui en ressort n’est souvent que ce que le système de justice pénale considère comme « gagnable » ou souhaitable en termes de points de vue politiques dominants.

Ou, pour le dire autrement, en ce qui concerne Maxwell et Epstein, malgré les preuves considérables suggérant l’espionnage, il n’y a absolument aucune suggestion que la police de la ville de New York ou le Bureau fédéral d’Investigation ait jamais sérieusement interrogé l’une ou l’autre des parties sur leurs relations avec Israël et avec les services secrets israéliens.

Rien n’indique non plus que des « célébrités » qui auraient pu être visées, comme Bill Clinton, aient été interrogées. Ce n’est pas une coïncidence, car Israël évite presque toujours tout examen minutieux. En effet, il est peu probable qu’Israël, en dépit de son histoire démontrée et bien documentée d’espionnage massif aux États-Unis, soit un jour confronté à un tribunal, car il existe un consensus bipartisan selon lequel un tel embarras pour la plus grande amitié du monde entre Jérusalem et Washington ne devrait jamais être soumis à un examen sérieux.

C’est pourquoi Maxwell n’a été accusée que d’avoir aidé le prédateur sexuel Epstein à trafiquer et à abuser sexuellement de quatre femmes, dont trois étaient mineures, ainsi que d’avoir menti dans un procès civil. Elle a nié les accusations et est très bien préparée par ses avocats pour assurer sa défense, qui consistera probablement à démystifier la nature et l’étroitesse de sa relation avec Epstein. Une négociation de plaidoyer appropriée après quelques semaines de joutes judiciaires est une issue probable.

L’acte d’accusation de Maxwell, qui contient huit chefs d’accusation, a été émis le 29 mars. Si sa défense n’est pas convaincante et qu’elle est condamnée pour tous les chefs d’accusation, qui concernent le trafic sexuel et la conspiration de trafic sexuel, Maxwell pourrait recevoir une peine de 80 ans de prison. De même, Epstein n’a été arrêté et inculpé que de trafic sexuel et d’abus sur mineurs lorsqu’il est mort dans l’attente de son procès, et non d’avoir été impliqué avec un pays étranger dans des activités d’espionnage dirigées contre les États-Unis et d’autres nations.

Il existe d’ailleurs des lois contre ce type d’activité, notamment l’Espionage Act de 1918 et le Foreign Agents Registration Act (FARA) de 1938, ce dernier ayant récemment été appliqué contre des médias russes. Si quelqu’un s’attend à ce que l’angle de l’espionnage apparaisse, même implicitement, au cours du procès Maxwell, il sera terriblement déçu car Alison Nathan, la juge nommée par Obama à la Cour de district des États-Unis pour le district sud de New York et, comme il se doit, lesbienne, ne le permettra pas, le procureur ne le demandera pas et les avocats de la défense ne l’utiliseront pas dans leurs arguments.


Ne vous attendez donc pas à ce que quelque chose de spectaculaire se produise dans le tribunal de New York. On peut penser que l’histoire du Mossad, qui dirige un important réseau d’espionnage aux États-Unis en faisant appel à un pédophile et à des jeunes filles, est trop dure à tolérer pour certaines personnes au pouvoir, qui ont fait en sorte que cet aspect de l’histoire ne voie jamais la lumière du jour. C’est la véritable histoire qui est commodément dissimulée. Une fois de plus, Israël espionne et Washington nie.

source : https://www.unz.com
traduit par Réseau International


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021