Gavin Newsom met tout sur le dos de Pelosi lors de son interrogatoire au Gitmo - 1 Scandal
Politique

Gavin Newsom met tout sur le dos de Pelosi lors de son interrogatoire au Gitmo


Gavin Newsom s’est remis d’un coma provoqué par un vaccin qui l’a laissé alité et intubé pendant deux semaines, et il est en train de dire aux enquêteurs du Corps des Juges-Avocats Généraux qu’il devrait être exempté de poursuites parce qu’il n’a fait que suivre les instructions de Nancy Pelosi, a déclaré une source du JAG sous couvert d’anonymat.

Lundi, les enquêteurs ont recueilli la déposition de M. Newsom, qui semblait plus préoccupé par sa récente maladie que par les remords qu’il éprouvait pour les crimes qu’il est accusé d’avoir commis contre l’État de Californie et la nation.

Il a affirmé qu’il n’aurait pas dû tomber malade, car il n’a jamais eu l’intention de prendre un vaccin Covid-19 légitime, mais un placebo.

Il a dit aux enquêteurs que quelqu’un avait fait “le vieux truc de la substitution” et qu’il soupçonnait Nancy Pelosi.

Selon notre source, les enquêteurs du JAG sont restés bouche bée devant la raison pour laquelle Newsom a accusé son amie de toujours et sa camarade de crime au lieu d’essayer d’impliquer ses ennemis conservateurs.


Lorsqu’on lui a dit qu’il allait bientôt passer devant un tribunal militaire, Newsom a déclaré aux enquêteurs que la personne qu’ils voulaient vraiment était Nancy Pelosi, pas lui.

Il a imploré ses interrogateurs et dit qu’il s’était personnellement opposé aux lockdowns, à la mise en faillite des entreprises, aux masques et aux mandats de vaccination.

Pour cristalliser sa position sur les mandats, Newsom a raconté un incident au cours duquel lui et sa famille avaient dîné sans masque dans un restaurant chic, le French Laundry, et a déclaré aux enquêteurs qu’il ne serait jamais entré dans le restaurant sans masque s’il était vraiment en faveur des mandats. Dans le même temps, M. Newsom a tenté d’imposer des amendes et des peines de prison aux citoyens qui suivaient son comportement.

“Des règles pour toi, mais pas pour moi”, a dit un enquêteur du JAG à Newsom. “C’est ce que disent vos électeurs. Vous vous retrouverez devant un tribunal militaire – c’est une certitude divine maintenant. On vous donne l’occasion de dire la vérité et peut-être d’éviter une condamnation à mort.”


Mais Newsom a maintenu son innocence. Il a décrié l’interrogatoire et a affirmé que Pelosi avait menacé de suspendre le financement de l’État et de nuire à sa campagne de réélection s’il ne se pliait pas à ses exigences – verrouiller l’État et criminaliser pour le non-respect du masque.


“J’avais une peur bleue de cette garce. Elle menaçait de me couler si je ne suivais pas ses plans. Nous devions tous obéir ; ce n’était pas seulement moi. J’ai suivi la ligne pour protéger ma famille et mon Etat. Vous devriez me laisser tranquille et aller la chercher”, aurait dit Newsom aux enquêteurs.

Mais le JAG, selon notre source, n’a pas été influencé par le manque de sincérité de Newsom. Visiblement secoué et effrayé, Newsom a essayé sans succès d’arracher aux enquêteurs les preuves que l’armée avait contre lui.

“Nous n’avons aucune obligation de vous divulguer quoi que ce soit. Mais nous savons que vous n’êtes pas sincère avec nous. Je suppose que Pelosi a également mis un cabinet secret de pornographie enfantine dans votre sous-sol et vous a fait violer des jeunes filles”, a déclaré un enquêteur.

Newsom, ajoute notre source, a semblé feindre un choc face à cette accusation. Il a affirmé que toute preuve à cet effet avait été fabriquée par Pelosi, l’armée ou Donald Trump.

Lorsqu’on lui a dit que le JAG était en possession d’un clip vidéo montrant ce qui semblait être une pré-adolescente en train de lui faire une fellation, Newsom a soudainement changé de discours, affirmant que toutes les liaisons extra-conjugales qu’il “a pu avoir ou non” étaient avec des femmes adultes avaient simplement l’air jeunes, car c’était ce qu’il préférait.

Les enquêteurs du JAG ont déclaré avoir identifié la jeune fille et établi qu’elle avait 14 ans lorsque la vidéo a été tournée.


“Nous vous avons donné une chance d’être honnête. Vous ne l’avez pas saisie. Dans un peu plus d’une semaine, vous serez assis en face d’une commission militaire et du contre-amiral Crandall. Bonne chance”, ont dit les enquêteurs.

“Pelosi m’a piégé !” a crié Newsom  alors que la sécurité de GITMO l’escortait vers sa cellule de Camp Delta.

Real Raw News


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021