Fukushima abrite désormais des hybrides sanglier-cochon radioactifs - Scandal
Environnement & Alimentation

Fukushima abrite désormais des hybrides sanglier-cochon radioactifs


Lorsque les éleveurs de porcs ont fui la région il y a plus de dix ans, leur bétail abandonné a commencé à se reproduire avec les sangliers locaux.

Un peu plus d’une décennie s’est écoulée depuis qu’un violent séisme de magnitude 9 a déclenché un tsunami qui a provoqué la fusion d’un réacteur nucléaire dans la région de Fukushima, au Japon.

L’évacuation qui s’en est suivie a permis aux espèces végétales et animales locales de prospérer, retrouvant la nature en l’absence de l’homme. Parmi cette faune florissante, on trouve des cochons domestiques qui se sont croisés avec des sangliers pour créer de nouveaux hybrides, comme le rapporte Inverse.

Plus étrange encore, certains des sangliers présents dans la zone pourraient être « relativement » radioactifs, selon une étude de juin 2020, et sont désormais chassés pour permettre aux résidents de rentrer éventuellement chez eux.

C’est une illustration vivante de ce qui se passe lorsque les humains sont contraints de fuir à la suite d’une catastrophe naturelle, permettant aux animaux de s’adapter à leur nouvel environnement hospitalier.


« Alors que les humains ne peuvent pas revenir, la faune est revenue et a même prospéré dans ce paysage abandonné par les humains », a déclaré à Inverse Donovan Anderson, doctorant à l’université de Fukushima et coauteur d’une nouvelle étude sur l’émergence d’hybrides sanglier-porc dans la région de Fukushima.

Selon l’analyse d’Anderson et de ses collègues – l’équipe a étudié les échantillons musculaires de 243 sangliers, porcs et hybrides sanglier-porc – 16 % des sangliers locaux de la zone évacuée étaient des hybrides après que les populations locales se soient accouplées avec des porcs domestiques abandonnés.


« Le plus grand nombre d’hybrides détectés, soit relativement 75 % de tous les hybrides, se trouvaient dans la zone d’évacuation initiale d’un rayon de 20 km », peut-on lire dans le document.

Les hybrides ne sont pas susceptibles de rester des hybrides à long terme. Les hybrides ne contenaient que 8 % d’ADN de porc en moyenne, ce qui indique que les gènes de porc ne perdurent pas d’une génération à l’autre.


« Dans le cas des espèces invasives – les porcs qui ont été libérés de l’événement [Fukushima] – nous pensons qu’ils avaient de mauvaises caractéristiques d’adaptation ou de survie dans la nature », a déclaré Anderson à Inverse. « Nous ne nous attendons pas à ce que ces changements d’adaptation chez le sanglier, probablement causés par l’absence d’humains, se maintiennent dans les populations, en particulier lorsque les perturbations [humaines] reviennent », a déclaré Anderson à Inverse.

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021