États-Unis: Les soldats non vaccinés sont FORCÉS DE SORTIR des forces armées - 1 Scandal
A ne pas manquer Social & Finance

États-Unis: Les soldats non vaccinés sont FORCÉS DE SORTIR des forces armées


Les membres des forces armées des États-Unis qui refusent de se faire vacciner contre le COVID seront bientôt forcés de quitter le service.

Selon une note de service du 16 novembre signée par la secrétaire de l’Armée Christine Wormuth, les états de service des troupes d’active et des réservistes seront signalés le jour où ils refuseront définitivement le vaccin, qui fait suite à une réunion avec un professionnel de la santé et un deuxième afin de se faire vacciner.

Cette marque sur leur dossier empêchera les soldats de se réengager, d’être promus, de recevoir de futures primes d’enrôlement, de fréquenter des écoles liées au service ou de recevoir une aide pour les frais de scolarité.

« J’autorise les commandants à imposer des interdictions de service à tous les soldats qui refusent l’ordre de vaccination obligatoire sans une exemption approuvée ou une demande d’exemption en attente », a écrit Wormuth. “Les soldats resteront signalés jusqu’à ce qu’ils soient complètement vaccinés, reçoivent une exemption médicale ou administrative approuvée, ou soient séparés de l’armée.”

L’ordre s’applique également aux troupes de la Garde nationale, même à celles qui servent dans les États dont les gouverneurs n’ont pas besoin du vaccin. Une telle marque sur leur dossier mettrait effectivement fin à leur carrière dans l’armée.

L’ordre de Wormuth est le point culminant d’une directive du secrétaire à la Défense Lloyd Austin le 25 août qui a ordonné à toutes les branches de l’armée de s’assurer que les militaires se fassent vacciner rapidement .


“Pour défendre cette nation, nous avons besoin d’une force saine et prête “, a écrit Austin dans la note d’août. « Après une consultation minutieuse avec des experts médicaux et des dirigeants militaires, et avec le soutien du président, j’ai déterminé que la vaccination obligatoire contre la maladie à coronavirus est nécessaire pour protéger la Force et défendre le peuple américain. »

Mercredi 17 novembre, le ministère de la Défense (DOD) a réitéré la position d’Austin et de l’administration sur les mandats de vaccins pour les troupes. Un porte-parole du département a déclaré que le secrétaire avait le pouvoir « d’établir une exigence de préparation médicale qui s’applique aux membres de la Garde nationale », ajoutant que le non-respect de cette exigence « pourrait compromettre leur statut dans la Garde nationale ».

L’Oklahoma continue de résister au mandat de vaccination de la Garde nationale

La question de la vaccination des soldats du pays a atteint son paroxysme ces derniers jours alors que le gouverneur de l’Oklahoma, Kevin Stitt, s’est opposé à l’ordre du président Joe Biden d’exiger la vaccination de tous les employés fédéraux, y compris les troupes et la Garde nationale.

Stitt a ordonné à l’adjudant général de son État, Thomas Mancino, de dire aux membres de la Garde nationale de l’Oklahoma qu’ils n’avaient pas besoin de se conformer au mandat de vaccination.

« Cette politique n’est pas anti-vaccin. Moi et le gouverneur sommes tous les deux vaccinés », a déclaré Mancino dans un communiqué. « J’encourage tous nos membres de l’Oklahoma Guard à se faire vacciner s’ils choisissent de le faire. Nous voulons éduquer et informer nos soldats et aviateurs afin qu’ils puissent prendre une décision éclairée concernant le mandat du vaccin DOD. »

Stitt a ensuite demandé directement à Austin de suspendre le mandat de vaccination de la Garde nationale de l’Oklahoma. Selon la lettre de Stitt au secrétaire, le mandat de vaccination forcerait environ 10 pour cent de la force à démissionner ou à être lâchés par la garde.



D’autres données indiquent qu’environ 11 % des gardes nationaux aériens de l’Oklahoma et 60 % des gardes nationaux de l’armée ne sont pas vaccinés. Si ces données sont correctes, la Garde nationale de l’État serait tellement paralysée qu’elle serait incapable de répondre à des menaces importantes pour l’État.

La Garde nationale de l’Oklahoma n’est pas la seule section des forces armées à avoir une partie importante qui reste non vaccinée. Selon les données fournies par le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Terence Kelley, seulement 77 pour cent de l’armée – service actif, réserve et garde nationale – sont totalement ou partiellement vaccinés.

La plupart de ceux qui ne sont pas vaccinés appartiennent à la Garde nationale. Les données montrent que seulement 51,84 pour cent de la Garde nationale de l’armée sont entièrement vaccinés. Cela signifie que sur les 329 709 gardes nationaux de l’armée servant dans les 50 États, Washington, DC et les territoires américains, environ 158 000 ne sont toujours pas vaccinés.

Si le gouvernement fédéral insiste sur son mandat imprudent de vaccins pour les forces armées, les résultats seraient catastrophiques et pourraient mettre l’Amérique en grave danger.


Les sources de cet article comprennent :
DefenseOne.com
FoxNews.com
TheHill.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021