A ne pas manquerParoles de témoins

Enquête sur le meurtre de la journaliste d’Al Jazeera

Alors que les États-Unis ouvrent une enquête sur le meurtre de la journaliste d’al Jazeera, Pierre Rehov nous livre son enquête, en exclusivité

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré lundi que le ministère américain de la Justice avait ouvert une enquête sur le meurtre de la journaliste arabo-américaine d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh.

Un porte-parole du ministère de la Justice n’a pas fait de commentaires, et aucun détail n’était disponible quant à savoir si une enquête avait commencé ou pourrait commencer et ce qu’elle impliquerait, ni quelles en seraient les implications.

Réagissant à la nouvelle, le reporter de guerre Pierre Rehov a donné à Israel247.org et Dreuz.info, en exclusivité, l’accès à son reportage sur la mort de Shireen Abu Akleh. Son film, qui n’a encore jamais été publié, est le résultat de 4 mois d’une enquête minutieuse dans les territoires de l’Autorité palestinienne, et auprès d’experts internationaux.

Pour rappel, Pierre Rehov avait déjà enquêté sur l’affaire al Dura, et démontré qu’Israël était hors de cause.

Son reportage démontre, preuves à l’appui, témoignages à l’appui, experts à l’appui, que les soldats israéliens ne pouvaient matériellement pas, n’ont pas tué la journaliste. Leur position ne le permettait pas. Il a fouillé le passé des « témoins » avancés par « l’enquête » de CNN : tous sont des propagandistes arabes.

Avant de vous laisser découvrir le film, dans sa version sous-titrée en français, quelques remarques importantes que vous n’apprendrez qu’ici :

  • Le gouvernement de coalition de Yair Lapid, parce qu’il était composé d’islamistes et d’extrémistes de la gauche israélienne, le Meretz, a refusé de coopérer avec Pierre Rehov, ce qui a compliqué mais pas empêché son enquête.
  • Les hauts gradés de l’armée israélienne, probablement parce que ce sont des hommes de gauche, issus du parti socialiste Havoda, ont eu le même réflexe et adopté la même position que pour l’affaire al Dura : « si les Arabes le disent, ce doit être vrai », et ont hâtivement reconnu qu’Israël était « peut-être » responsable de la mort de la journaliste.

Les multitudes d’interviews de dirigeants de l’armée israélienne au cours des ans montrent qu’ils défendent certes de manière efficace l’Etat d’Israël et ses citoyens, mais ils le font à contrecœur, « parce qu’ils n’ont pas le choix ». Cela ressort à chaque fois lorsqu’un dossier de dimension internationale comme celui-ci, ou l’affaire al Dura il y a 22 ans, tient la Une des médias.

  • Presque au même moment que Shireen Abu Akleh, un journaliste de l’Autorité palestinienne, Nidal Agbaria, a lui aussi été tué. Le monde n’en a pas parlé. Pourquoi ? Parce que les juifs étaient hors de cause : il a été tué par des Arabes.
  • En fait, depuis 1990, 2658 journalistes ont été tués dans le monde, dans l’exercice de leurs fonctions. Aucun d’entre eux n’a eu la couverture de Shireen Abu Akleh : les juifs ne pouvaient pas être mis en cause, alors ça n’intéressait personne.

Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Lien vers le blog de l’enquête de Pierre Rehov : liesandtears.com/fr/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.