En Biélorussie on danse sans confinement - Scandal
Social & Finance

En Biélorussie on danse sans confinement


Le vilain Président de la Biélorussie, qui n’a pas voulu la dictature sanitaire pour son pays, vous souhaite une bonne année en dansant !

Le président de la Biélorussie, Alexander Loukachenko, a organisé un bal pour les fêtes de fin d’année 2020, sans masque, sans distanciation sociale, sans hystérie du COVID.

Le président Loukachenko a organisé ce bal “pour la jeunesse” dans la capitale biélorusse, Minsk.
Après qu’il a été réélu en août avec une majorité de 80 %, les médias menteurs, qui répètent sans cesse que la fraude électorale n’existe pas pour Biden, ont fait une exception pour Loukachenko en prétendant que son élection était frauduleuse.

Tandis que vous êtes contraints à vivre en vous étouffant sous les masques, interdits de fêtes, obligés de rester éloignés de ceux que vous aimez sous peine de répression, Loukachenko a offert un bal dans une atmosphère de totale liberté.

Pourquoi le peuple biélorusse a-t-il conservé sa liberté tandis que vous vivez dans une dictature sanitaire?


Pour la même raison qui fait que les médias traînent la réputation de Loukachenko dans la boue…

Le président Alexander Loukachenko a refusé l’offre de 92 millions de l’OMS pour imposer des mesures d’urgence sanitaire dans son pays (confinement, fermeture de l’économie, masques, distanciation sociale, couvre-feu, quarantaine, …).

Après quoi le FMI, Fonds Monétaire International, et la Banque Mondiale ont monté les enchères : 940 millions de dollars pour fermer son pays, comme l’Italie.

Le 19 juin 2020, le président biéolorusse a tenu une réunion dans laquelle il expliquait qu’il jugeait ces conditions inacceptables.


Loukachenko a aussi eu cette phrase qui en dit long sur l’insanité des mesures sanitaires :


Plutôt mourir debout sur ses pieds que de vivre à genoux.

Redisons-le pour ceux qui n’auraient pas encore compris : le masque, la distanciation sociale et la soumission au confinement ne sont pas un signe de “responsabilité”, mais de LÂCHETÉ.

Sans parler de la bêtise qui fait croire n’importe quelle information aisément démontée par quelques recherches sur Internet, dès lors qu’elle est relayée par des “autorités” et des médias “officiels”, alors qu’il est évident qu’ils sont tous achetés, corrompus, autant dire criminels.


Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021