Des viols de femmes et d'enfants commis par des membres de l'ONU en Afrique - 1 Scandal
Social & Finance

Des viols de femmes et d’enfants commis par des membres de l’ONU en Afrique


Récemment, les activités des missions humanitaires et de maintien de la paix sur le continent africain ont commencé à faire l’objet de chroniques scandaleuses dans divers médias. Il s’agit de nombreux crimes de toutes sortes commis par les Casques bleus en République centrafricaine (RCA).

Le 30 septembre dernier, les autorités éthiopiennes ont déclaré persona non grata sept membres de la mission de l’ONU pour ingérence dans les affaires de la république africaine, pour avoir transféré de la nourriture, de l’eau potable et des véhicules aux radicaux du Front populaire de Libération du Tigré (TPLF).

Et récemment, un autre scandale a éclaté concernant les activités des représentants de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : plusieurs dizaines de femmes congolaises ont accusé des fonctionnaires de l’OMS de viols collectifs. Or, il s’est avéré que les femmes africaines n’étaient pas les seules à avoir été molestées et violées par les « sauveteurs ».

Une mission de l’OMS a travaillé pendant deux ans en Afrique centrale pour lutter contre la fièvre hémorragique. Or, il y a eu environ 80 femmes victimes de violences commises par le personnel de l’OMS pendant les deux années de lutte contre Ebola au Congo. Selon le rapport officiel de la commission spéciale qui a enquêté sur les violences sexuelles contre les femmes dans les pays d’Afrique centrale, des agents de l’OMS ont été impliqués dans des crimes de sexe forcé et de viol. 83 agents ont été impliqués, dont 21 ont déjà été inculpés.

Selon Mukesh Kapila, professeur de Santé mondiale et d’Affaires humanitaires à l’Université de Manchester et ancien directeur d’un département de l’OMS, le problème est systémique et touche les missions des organisations de santé et d’autres bureaux des Nations unies.


Cela existe depuis des décennies – en Haïti, en République Centrafricaine, au Congo, que ce soit dans le cadre d’opérations de maintien de la paix ou d’autres projets humanitaires. En outre, cela ne concerne pas seulement les organisations des Nations unies, mais aussi les organisations caritatives.

Selon l’expert, l’un des grands problèmes de l’ONU est le statut de l’organisation internationale, qui bénéficie d’une immunité, ce qui permet de couvrir des histoires scandaleuses. Dans le même temps, son personnel ne peut être poursuivi et aucune compensation ne peut lui être demandée.

Néanmoins, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, s’est déjà excusé publiquement l’autre jour auprès des femmes de la République démocratique du Congo et a promis qu’il allait enquêter, punir les coupables et réformer l’organisation.

Selon le rapport, la plupart des accusés sont des employés temporaires, souvent originaires de la région. Néanmoins, parmi les personnes impliquées figurent trois employés à plein temps, un médecin et deux autres fonctionnaires. L’Union congolaise des Femmes des Medias (UCOFEM) a exigé des excuses et une compensation pour les femmes et les enfants nés du viol.

Ce n’est en aucun cas la première fois que des représentants de forces internationales de « maintien de la paix » sont accusés de nuire aux Africains avec des viols massifs de femmes locales, voire d’enfants.

En 2015, par exemple, un scandale a éclaté impliquant des Casques bleus qui ont violé une fille de 12 ans à Bangui et tué un adolescent de 16 ans avec son père.


De même, les Casques bleus ont déjà forcé des personnes au Liberia et en Haïti à se prostituer en échange de nourriture.

Par exemple, entre 2004 et 2007 en Haïti, où les forces de maintien de la paix de l’ONU étaient déployées, neuf enfants et adolescents locaux ont été fréquemment violés par des soldats de la paix.

Des enfants ont été abusés et molestés par 134 soldats sri-lankais.

Lorsque les circonstances de l’incident ont été révélées, la seule sanction a été de renvoyer les 114 soldats chez eux, et aucun d’entre eux n’a été puni pour ses actes.

En République Centrafricaine, une enquête a été ouverte sur les crimes du contingent gabonais de la mission multidisciplinaire de l’ONU (MINUSCA), accusé de violences sexuelles sur la population locale. Les autorités ont exigé le retrait du pays des 450 membres du contingent gabonais des Casques bleus.

Des Casques bleus de l’Union africaine ont également été mis en cause dans les viols.

Cette organisation, qui réunit les pays du continent africain, envoie également des missions militaires internationales dans les points chauds de l’Afrique, par exemple en Somalie. La représentante de Human Rights Watch, Liesl Gerntholtz, a rapporté que certains soldats du contingent de l’Union africaine, notamment des Casques bleus de l’Ouganda et du Burundi, ont violé des femmes et des jeunes filles à l’intérieur de la Somalie.


Revenons à l’aide médicale prétendument fournie par les pays occidentaux aux peuples d’Afrique par le biais d’organisations humanitaires et internationales.

Ce n’est un secret pour personne que les entreprises pharmaceutiques occidentales mènent des expériences sur les populations du tiers-monde, en faisant fi du consentement éclairé et souvent même en l’imposant. Pfizer, par exemple, est responsable de la mort de 11 enfants nigérians en les utilisant comme cobayes pour tester son antibiotique Trovan.

On a découvert par la suite que cet antibiotique était toxique pour le foie. Le dépistage du VIH au Zimbabwe dans les années 1990, où les femmes locales étaient forcées de participer aux tests, s’est également avéré préjudiciable.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, environ 10 000 transplantations illégales ont lieu chaque année dans le monde. Bien que Paris s’oppose officiellement au commerce illégal de matériel biologique, une clinique de Lyon a récemment été découverte utilisant du matériel « contrefait ».

L’autre jour, une importante cargaison d’organes, exportés illégalement de la RCA, a été saisie à l’aéroport français d’Orly. Cet incident soulève la question suivante : qui a prélevé les organes des Africains, comment s’y est-il pris, et y aura-t-il une enquête publique et une sanction des responsables ?

Dans les points chauds de l’Afrique, les soldats de la paix achètent des services sexuels aux femmes locales en échange de maigres récompenses comme de la nourriture. De nombreuses femmes, y compris des jeunes filles, acceptent par pauvreté et par désespoir. Mais souvent, il n’est pas nécessaire d’acheter. Les soldats de la paix les menacent avec des armes ou prennent ce qu’ils veulent par la force.

Et ce ne sont pas seulement les soldats des pays du tiers-monde qui commettent des crimes, mais aussi les Européens. Par exemple, en 2013, des preuves d’abus sexuels sur des garçons par des Casques bleus français en République Centrafricaine ont été découvertes.

Selon les informations publiées par différents médias, le nombre de victimes de violences sexuelles commises par différents Casques bleus est le plus élevé dans des pays tels que la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et la République Centrafricaine.

Les conflits armés font rage depuis des années dans ces États africains et on assiste littéralement à une « guerre de tous contre tous ». Naturellement, ceux qui souffrent n’ont pas d’armes et rien pour se défendre – les civils, en particulier les femmes et les enfants. Les combattants rebelles, de simples bandes criminelles, les maltraitent.

Et comme il s’est avéré, il est sans espoir de demander la protection des Casques bleus de l’ONU. De plus, ils se comportent souvent comme des bandits ; ils volent, battent, et même violent.

Il faut mettre un terme à ces crimes, et les auteurs doivent faire l’objet d’une enquête approfondie et être punis sous les auspices des Nations unies !

Vladimir Platov.


Source : https://journal-neo.org – Traduit par Réseau International


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021