Biotechnologie & Santé

Des scientifiques découvrent du matériel génétique suggérant que le COVID provient d’un laboratoire chinois


Des scientifiques hongrois qui étudient un variant unique du COVID-19 ont découvert du matériel génétique qui suggère que la souche a été examinée dans un laboratoire chinois, ce qui renforce la théorie de la fuite en laboratoire.

Les chercheurs « ont trouvé des traces d’un variant unique du coronavirus en examinant l’ADN d’un sol provenant de l’Antarctique qui avait été envoyé à la société Sangon Biotech à Shanghai », rapporte le Daily Mail.

Du matériel génétique provenant de hamsters chinois et de singes verts a également été découvert, « ce qui pourrait suggérer que le virus était examiné en laboratoire, en utilisant soit les animaux eux-mêmes, soit leurs cellules », selon le rapport.

Le vicomte Ridley a déclaré que ces preuves étayent la théorie selon laquelle le virus s’est échappé accidentellement ou a fui délibérément du laboratoire de Wuhan.

La présence de « trois mutations clés [du COVID] » est caractéristique des premières séquences du virus, selon le vicomte Ridley.

Cette découverte contredit les affirmations selon lesquelles le virus serait passé naturellement de l’animal à l’homme.

Pendant près d’un an, la théorie de la fuite en laboratoire a été rejetée par les médias traditionnels et les « vérificateurs de faits » comme une théorie du complot raciste.

Il est apparu par la suite que le Dr Peter Daszak, président de l’EcoHealth Alliance, un groupe qui entretient des liens étroits avec le laboratoire de Wuhan pour ses recherches fonctionnelles, a remercié le Dr Anthony Fauci d’avoir écarté la théorie de la fuite en laboratoire au début de la pandémie.

Il a ensuite lancé une campagne de pression par le biais d’une lettre publiée par The Lancet afin de forcer la communauté scientifique à ne pas considérer le laboratoire comme une source potentielle de l’épidémie.

Daszak a également été chargé par Facebook de « vérifier les faits » (censurer) les informations liées à l’hypothèse, tandis que Google, qui via YouTube a également censuré les informations sur la théorie, a également financé les recherches de Daszak sur le virus.

M. Daszak était également l’enquêteur principal de l’enquête de l’Organisation mondiale de la santé qui a déterminé, trois heures après avoir visité le laboratoire de Wuhan en février 2021, qu’il n’y avait pas de fuite, en se basant uniquement sur la parole des chercheurs sur place.

Comme nous l’avons souligné l’année dernière, l’un des principaux experts en maladies infectieuses de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le premier « patient zéro » du COVID était « probablement » un employé du laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan.

Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.