Des citoyens américains seraient actuellement torturés à moins de 8 km de la Maison Blanche. - Scandal
A ne pas manquer Paroles de témoins

Des citoyens américains seraient actuellement torturés à moins de 8 km de la Maison Blanche.


Des citoyens américains sont torturés en ce moment. Détenus illégalement à DC-GITMO comme prisonniers politiques, ils sont torturés physiquement et psychologiquement.

Joseph D. McBride pour LinkedIn.com

Dites-moi… êtes-vous d’accord avec ça?

Comme la Gestapo le faisait dans l’Allemagne nazie, le gouvernement fédéral cible toute personne qui ose critiquer ses processus décisionnels, s’interroger sur ses motivations ou contester sa légitimité.

La députée Alexandria Ocasio-Cortez a fait part de son désir de mettre les partisans de Trump sur des listes.


La députée Ilhan Omar fait fréquemment des déclarations antisémites à une époque où les personnes juives sont régulièrement attaquées en public.

Des citoyens des États-Unis sont raflés et détenus dans des prisons fédérales en l’absence de procédure régulière pour avoir protesté contre leur gouvernement. Et les détenus de DC-GITMO sont torturés physiquement et psychologiquement sous la surveillance du président Biden. Aucune des personnes détenues à DC-GITMO n’est démocrate.

Se pose-t-on même la question de savoir si c’est politique…? Je ne pense pas. Mais pour toute personne qui a besoin d’une réponse à cette question. Notre réponse officielle est un retentissant “L’enfer oui”.

Mon nom est Joseph Daniel McBride, et je me fiche de vos opinions politiques.


Je représente Richard “Bigo” Barnett, aussi connu comme l’homme qui avait les pieds sur la table dans le bureau de la Présidente Pelosi le 6 janvier 2021. Je comprends que beaucoup d’entre vous désapprouvent les actions de Richard, et c’est normal. Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est votre consentement à sa torture, ou à la torture de n’importe quel insurgé du 6 janvier actuellement détenu à DC-GITMO.

Votre réaction au 6 janvier est valable. Certains d’entre vous ont peur, d’autres sont tristes, beaucoup d’entre vous sont en colère. Vos sentiments sont validés. Je comprends aussi ce que c’est que de vivre ce genre d’émotions.

En 2006, mon frère Anthony, un schizophrène paranoïaque, a été contraint de plaider coupable pour un crime qu’il n’avait absolument pas commis. Anthony a été condamné à quinze ans d’incarcération en conséquence. J’étais furieux, effrayé, le cœur brisé, et j’ai eu envie d’agir. J’ai décidé que je deviendrais avocat pour faire sortir Anthony de prison. Je suis allé à l’université à la fin de la vingtaine, puis à la faculté de droit, et je suis finalement devenue avocat. Je n’ai pas pu me mettre en position d’aider Anthony avant qu’il ne soit sorti de prison. Malgré tout, j’ai consacré ma carrière à me battre contre la machine qui l’a enfermé et a ruiné sa vie.

J’ai passé les cinq premières années de ma carrière juridique à défendre principalement des hommes noirs et latinos indigents dans la ville de New York. Pendant cette période, j’ai vu comment le bureau du procureur de Manhattan étiquetait astucieusement les accusés comme “récidivistes”, “criminels”,  “prédateurs”, “criminels violents”, etc.

Ces tactiques ont fonctionné à merveille, car lorsque vous réduisez votre concitoyen new-yorkais à une étiquette émanant d’un procureur, qui produit de la peur, déclenche l’anxiété et corrobore les stéréotypes, afin de l’envoyer en prison pour le bien de tous, cela semble être une excellente idée. À maintes reprises, j’ai vu des hommes noirs et latinos recevoir des peines de prison injustifiées simplement parce que les jurés avaient peur d’eux et/ou ne pouvaient pas comprendre les circonstances dont ils étaient issus.

Ces mêmes tactiques dangereuses et honteuses que le bureau du procureur du district de Manhattan utilise régulièrement contre les personnes noires et latinos sont maintenant utilisées par le ministère de la Justice contre les prisonniers du 6 janvier, pour des raisons infâmes.

Mais le plus troublant est que la même peur et le même manque de compréhension qui infectent les jurys de Manhattan ont maintenant infecté une foule d’avocats de la défense et de militants des droits de l’homme à l’esprit juste, rationnel et réfléchi. Des avocats qui, dans n’importe quelle autre circonstance similaire, auraient sans aucun doute critiqué férocement le gouvernement fédéral pour son abus de pouvoir, choisissent tout à coup de rester silencieux?


Le traitement ultra-dur que les insurgés du 6 janvier subissent de la part du gouvernement américain est sans précédent et ne correspond pas du tout à la façon dont d’autres manifestants du Capitole ont été traités par le passé. Ne vous y trompez pas, ce n’est pas la première fois qu’un groupe de manifestants pénètre dans le Capitole, ni la première fois que des actes de violence ont lieu au Capitole. Cependant, c’est la première fois qu’un groupe de citoyens américains d’un parti politique est traqué, rassemblé et jeté en prison sans aucun procès par le parti politique actuellement au pouvoir.

Ne tombez pas dans le piège des insurgés

Le terme “insurrectionniste” n’est rien d’autre que de la propagande destinée à jeter une couverture de criminalité sur chaque personne qui s’est rendue au Capitole le 6 janvier, indépendamment de sa participation à un acte de violence. N’adhérez pas à ce faux récit. On vous appâte. C’est un fait qu’aucune personne du 6 janvier n’a été accusée d’insurrection, et que la grande majorité des personnes qui se sont rendues au Capitole le 6 janvier l’ont fait pacifiquement, malgré cela, chaque personne qui s’est rendue au Capitole ce jour-là a été qualifiée d’insurrectionniste ? C’est une erreur. Vous ne devez pas participer à ce genre de création de bouc émissaire.

La prolifération du terme “insurrectionniste” doit être considérée exactement pour ce qu’elle est, à savoir une tentative délibérée de déshumaniser et de faire des manifestants du 6 janvier des boucs émissaires, car il est beaucoup plus facile d’être volontairement aveugle aux violations flagrantes des droits de l’homme qui ont lieu à DC-GITMO, lorsque la personne violée est un “insurrectionniste”, par opposition à votre concitoyen américain. Ne croyez pas à cette fausseté. Vous, mon concitoyen américain, en savez beaucoup plus que ça !

Avocats de la défense et militants des droits de l’homme

Si vous n’avez pas dénoncé les violations de la constitution et des droits de l’homme qui ont lieu à DC-GITMO. Vous devez laisser tomber ce que vous faites et vous exprimer maintenant. Mettez votre politique de côté. Mettez votre ambition égoïste de côté. Mettez de côté votre peur de la critique. Faites un pas en avant, et parlez fort. Oui, c’est inconfortable, tant pis – parlez. Oui, c’est controversé, tant pis – parlez !

Parce que si vous tolérez ce traitement. Si vous ne le dénoncez pas. Alors vous vous retrouverez du mauvais côté de l’histoire. Et vous aurez trahi votre devoir sacré de dénoncer l’injustice partout, malgré les inconvénients, et en toute circonstance – quoi qu’il arrive.

“L’injustice quelque part est une menace pour la justice partout”. – Lettre d’une prison de Birmingham, Martin Luther King, 16 avril 1963.

Des citoyens américains sont torturés en ce moment même à moins de 8 km de la Maison Blanche. Détenus illégalement à DC-GITMO comme prisonniers politiques, ils sont torturés physiquement et psychologiquement.

Dites-moi… êtes-vous d’accord avec ça ?

Maintenant, je vais vous donner la réponse à cette question. Elle est la suivante :

“Le Parti cherche le pouvoir entièrement pour son propre intérêt. Nous ne sommes pas intéressés par le bien d’autrui ; nous ne sommes intéressés que par le pouvoir, le pouvoir pur. Vous comprendrez plus tard ce que signifie le pouvoir pur. Nous sommes différents des oligarchies du passé en ce sens que nous savons ce que nous faisons. Toutes les autres, même celles qui nous ressemblaient, étaient des lâches et des hypocrites. Les nazis allemands et les communistes russes étaient très proches de nous dans leurs méthodes, mais ils n’ont jamais eu le courage de reconnaître leurs propres motivations. Ils ont prétendu, peut-être même cru, qu’ils avaient pris le pouvoir sans le vouloir et pour un temps limité, et qu’au coin de la rue se trouvait un paradis où les êtres humains seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas comme cela. Nous savons que personne ne prend le pouvoir avec l’intention de l’abandonner. Le pouvoir n’est pas un moyen, c’est une fin. On n’établit pas une dictature afin de sauvegarder une révolution ; on fait la révolution afin d’établir la dictature. L’objet de la persécution est la persécution. L’objet de la torture est la torture. L’objet du pouvoir est le pouvoir. Maintenant vous commencez à me comprendre.” -George Orwell, 1984

Que Dieu sauve les États-Unis d’Amérique.

Sincèrement,


Joseph D. McBride, Esq.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021