A ne pas manquerPolitique

Comment Macron va s’en sortir en jouant la carte « Israël/Palestine »…

Quand il n'y a plus rien à faire et que l'état est acculé, il lui reste encore les "juifs" pour s'en sortir... Ce n'est pas une nouveauté.


Alors qu’Israël pleure de nouveau ses morts sous le regard quasi indifférent des médias, Macron appelle Israéliens et Palestiniens à négocier. D’un autre coté, il donne l’investiture à une candidate qui affirme que les sionistes contrôlent les médias français… (et pas lui…!). Et pour finir, il attend les Législatives pour donner la place de premier ministre à Jean Luc Mélenchon. Tous les ingrédients sont réunis pour focaliser les français sur le sujet « état palestinien » et faire oublier le reste…

Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi à des négociations entre Israéliens et Palestiniens.

« Vous connaissez mon attachement profond à Israël. La proximité entre nos deux pays s’enracine dans la richesse des liens humains qui nous unissent, en particulier grâce aux Français d’Israël qui font vivre au quotidien notre relation. Vous pouvez compter sur moi pour la renforcer sur tous les plans, y compris au niveau européen. Au premier chef, dans notre lutte commune contre le terrorisme, qui vient encore une fois de vous frapper si durement. Et je présente toutes mes condoléances, à toute la Nation et aux familles », a-t-il déclaré dans un message vidéo enregistré à l’occasion des célébrations du 74ème anniversaire de l’Indépendance de l’Etat d’Israël.

« La sécurité d’Israël est au cœur de notre partenariat. Face au regain de tensions à Jérusalem ces dernières semaines, je tiens à saluer les efforts engagés pour éviter une escalade. Je veux aussi saluer l’engagement d’Israël et de nos partenaires arabes qui ont donné naissance aux Accords d’Abraham. Ils contribuent à la stabilité et à la paix. Ils doivent être renforcés et élargis. Ils doivent aussi ouvrir la voie à un dialogue politique direct entre Israël et les Palestiniens, pour répondre aux aspirations légitimes de chacun, à la souveraineté et à la sécurité », a ajouté le chef de l’Etat.

« Je souhaite enfin vous dire que le combat contre l’antisémitisme est, et restera pour moi, une priorité absolue. Aujourd’hui encore il se manifeste, en France comme dans trop de pays. C’est une situation que nous n’accepterons jamais, car quand on s’en prend aux Juifs, on s’en prend à la République, on s’en prend à la France. Je l’ai rappelé le 12 mars dernier au Président Herzog, présent à mes côtés sur les lieux de l’attaque de l’école Ozar Hatorah, à Toulouse. Voilà les quelques mots que je voulais échanger avec vous. Je vous souhaite, à toutes et tous, une belle fête de l’Indépendance, et acceptez mon amitié personnelle et l’amitié de la France », a-t-il conclu.

Néanmoins, l’essayiste Zineb El Rhazoui (ex Charlie Hebdo) devrait être investie comme candidate « Renaissance » (ex-LREM) dans la 9e circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest).

Zineb El Rhazoui est connue pour ses positions anti-israéliennes dont certaines relèvent de clichés antisémites comme celui des Juifs qui contrôlent les médias.

« L’arène journalistique française est fortement et largement dominée par le courant sioniste », a-t-elle affirmé dans un entretien à un média algérien.

« La couverture médiatique de la question palestinienne, que nous trouvons dans les principaux médias français, est souvent une couverture sioniste et injuste. D’ailleurs, avant Charb, le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo était Philippe Val : un sioniste avec qui je n’ai pas travaillé », a-t-elle ajouté.

Quand à Jean Luc Mélenchon, il a clairement donné son avis sur la question :

Christophe Castaner, président du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale, avait de son côté estimé à l’époque que

« Jean-Luc Mélenchon rêve d’importer le conflit qui se passe actuellement entre Israéliens et Palestiniens pour générer du désordre » dans notre pays.

La nouvelle Union de la Gauche s’entend au moins sur un sujet :

Le candidat de l’Union populaire Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel, celui des « Jours heureux », et Yannick Jadot qui dit « changeons » expriment avec persistance leur soutien au peuple palestinien et à la solution à deux États, position classique de la France depuis des décennies.

Jean-Luc Mélenchon défend ainsi l’application pleine et entière des résolutions de l’O.N.U. qui prévoient notamment la création d’un Etat Palestinien viable dans les frontières de 1967 (avec Jérusalem Est pour capitale), et le droit au retour des réfugiés palestiniens expulsés en 1948, et qui se voient refuser depuis cette date le droit de revenir sur leur terre.

Jean-Luc Mélenchon, qui demande en outre des condamnations au plus haut sommet de l’État pour « la spoliation de biens palestiniens et l’expulsion de nombre d’entre eux par Israël », s’est engagé depuis 2013 – alors avec le Front de gauche – dans le soutien à la plateforme Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS).

Il semble que la France se dirige vers un nouvel objectif de destruction de l’état juif, avec le soutien d’une bonne partie de la population. 


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.