A ne pas manquerSocial & Finance

Comment l’Europe a systématiquement transformé les Caraïbes en paradis fiscal

L'hypocrisie est à son comble !

Les pays des Caraïbes, en dehors de leurs emplacements pittoresques et de leurs destinations touristiques attrayantes, sont probablement les paradis fiscaux les plus connus au monde.

Aujourd’hui, les Caraïbes sont presque devenues synonymes de paradis fiscaux. Cependant, qui est responsable du fait que les Caraïbes deviennent le lieu où des personnes ou des entreprises puissantes et riches trouvent encore des moyens d’échapper au système afin de réduire leurs factures fiscales ?

La réponse est l’Europe.

L’Europe place des paradis fiscaux dans les Caraïbes

Les paradis fiscaux sont des pays qui offrent des taux d’imposition extrêmement bas aux multinationales géantes et aux riches particuliers pour les aider à éviter les impôts dans leur pays d’origine, où ils paieraient traditionnellement une somme plus juste.

Ainsi, les paradis fiscaux sont utilisés par des personnes ou des entreprises fortunées pour échapper aux impôts qu’elles doivent payer. Les pays paradis fiscaux ont également des règles et des lois laxistes contre le blanchiment d’argent.

Les investissements dans ces pays sont sûrs et à peine divulgués. Investir ou exploiter une entreprise à partir d’un pays paradis fiscal n’est pas un crime, mais les pays paradis fiscaux sont vulnérables aux activités de blanchiment d’argent. Des organismes de réglementation tels que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Government Accountability Office des États-Unis surveillent les pays paradis fiscaux.

Deux fois par an, les pays européens se réunissent pour décider quels pays en dehors de l’UE vont figurer sur la soi-disant « liste noire », une liste des plus grands paradis fiscaux au monde. La menace d’être ajouté à la liste noire des paradis fiscaux est censée dissuader les pays d’offrir des taux d’imposition bas comme avantage pour les entreprises.

Cependant, dans la lutte mondiale contre la corruption, des pays des Caraïbes comme Trinité-et-Tobago sont mis sur liste noire, ce qui est gravement discriminatoire.

Kenneth Mohammed, sur The Guardian , écrit comment l’UE s’est retournée contre certains des pays économiquement les plus faibles du monde pour exercer leur supériorité.

Les 17 pays figurant sur la liste noire fiscale de l’UE comprenaient : la Barbade, la Grenade, Guam, Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago, etc. Aucun pays européen n’a été répertorié ; ils ont tous obtenu un laissez-passer gratuit.

Le Tax Justice Network, dans un rapport de 2020, a révélé que les abus fiscaux des multinationales et des particuliers coûtaient aux pays 427 milliards de dollars par an en pertes de revenus. 

Les cinq juridictions les plus responsables, a-t-il déclaré, étaient le territoire britannique d’outre-mer des îles Caïmans, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Luxembourg et les États-Unis. Les entreprises de services professionnels ont créé pendant des années un refuge au Royaume-Uni pour l’argent sale.  

Tous les pays figurant sur les listes noires européennes sont petits et relativement sous-développés ; la plupart sont des territoires ou d’anciennes colonies européennes avec de petits PIB. Le montant d’argent blanchi à travers ces pays est infime par rapport à celui des villes blanchissant de l’argent en Europe. Par exemple, Trinité-et-Tobago, qui figure sur la liste noire, a des procédures longues et rigoureuses juste pour ouvrir un compte bancaire. Même l’achat d’une carte SIM nécessite une pièce d’identité avec photo et un justificatif de domicile. 

Ainsi, la facilité avec laquelle l’argent peut être intégré dans ces pays et déplacée entre les institutions financières est bien moindre que dans les centres financiers européens tels que Londres.

Mais, il est plus facile de pénaliser ces petits pays en développement car ils sont économiquement faibles, sans impact matériel sur l’Europe L’UE ne dépend pas de ces pays pour le pétrole et le gaz, l’alimentation ou la technologie. Mais les mettre sur liste noire nuit à leurs économies car les sociétés internationales déplacent leurs échanges ailleurs. Ajoutez à cela la diminution et le vieillissement des populations, le Covid, les dommages éternels des ouragans et du changement climatique… Le résultat est un aggravation de la dette, des dévaluations monétaires et une croissance négative.

Donc, en conclusion, les paradis fiscaux dans les Caraïbes sont de construction européenne. Les paradis fiscaux de l’UE et les listes noires d' »argent sale » discriminent les petits pays faibles des Caraïbes et d’autres pays pauvres tout en laissant les pays occidentaux s’en tirer. 

Des pays européens comme le Royaume-Uni, la Suisse ou les Pays-Bas, un pays où une enquête parlementaire a révélé que des milliards de dollars sont blanchis et que l’évasion fiscale coûte des milliards de dollars en manque à gagner ne sont pas répertoriés. Les listes noires de l’UE sont des outils d’intimidation économique et d’hypocrisie.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.