Biotechnologie & Santé

CANADA: L’Ontario admet que 50 % des hospitalisations « COVID » ne sont pas dues au COVID


Le Dr Kieran Moore, médecin-chef de l’Ontario, a récemment expliqué que jusqu’à 50 % des « hospitalisations liées au COVID » ne sont pas dues au COVID. De nombreuses personnes qui se présentent pour d’autres problèmes dont le test est positif sont ajoutées au nombre d’hospitalisations COVID.

Le nombre de décès peut également être trompeur, car il n’est pas certain que des personnes soient décédées à cause de COVID, ou simplement avec COVID.


Comment peut-on continuer à nier que toutes les prétendues « désinformation » qui ont été censurées pendant des mois continuent de s’avérer vraies?

Comment se fait-il que les personnes en position d’autorité soient encore dignes de confiance?

Les hospitalisations et les décès liés au COVID tout au long de cette pandémie ont été signalés de manière inexacte. Cela a été clairement indiqué par les responsables de la santé du gouvernement tout au long de la pandémie dans plusieurs régions de la planète. L’un d’eux est en Ontario, Canada.

Le Dr Kieran Moore, médecin-chef de l’Ontario, l’a réaffirmé une fois de plus lors d’une conférence de presse tenue à la fin décembre. Elle a déclaré que les nombres d’hospitalisations COVID signalés quotidiennement par l’Ontario ne disaient pas toute l’histoire.

Elle a confirmé qu’environ 50 % des hospitalisations COVID représentent des personnes qui ne sont pas réellement là et qui souffrent de COVID, mais qui sont allées à l’hôpital pour autre chose, comme une jambe cassée, et qui se sont avérées positives. Le Toronto Sun a été l’un des rares médias à le souligner.

Brampton (une banlieue de la région du Grand Toronto) Le maire Patrick Brown a fait écho aux déclarations de Moore. Le 29 décembre 2021, CTV News Toronto a rapporté qu’il avait entendu un certain nombre de médecins dire que les chiffres des hospitalisations pour COVID pourraient ne pas nécessairement brosser un tableau précis de la situation actuelle dans la province.

Il a déclaré qu’environ 50% des personnes hospitalisées diagnostiquées avec COVID ont été admises pour une autre raison.

« Ils sont venus à l’hôpital pour une autre intervention et ont découvert par inadvertance qu’ils avaient du COVID, donc aucun symptôme. Donc, quelqu’un pourrait venir pour une intervention chirurgicale et parce que nous testons tous les patients pour COVID, ils le découvrent de cette façon. »

« Ensuite, ils figurent dans les données provinciales déclarées comme hospitalisation avec COVID, mais ils ne sont pas hospitalisés à cause de COVID. Je dirais que c’est un peu trompeur” – Patrick Brown, CTV News

Les hôpitaux seront désormais invités à filtrer ces chiffres pour présenter un décompte plus précis qui s’avérera inévitablement beaucoup plus bas.

Ce que nous faisons avec les tests en ce moment est quelque chose que nous n’avons jamais vu auparavant.

Imaginez tester chaque personne, y compris les personnes asymptomatiques qui ne vont même pas à l’hôpital, pour d’autres virus respiratoires courants, comme la grippe ou le VRS par exemple.

Imaginez générer un nombre de cas et tester toutes les personnes décédées de la grippe ou du VRS . Imaginez que ces chiffres soient ajoutés au nombre de décès. Quand avons-nous testé les victimes d’une crise cardiaque pour d’autres virus et ajouté cela au nombre de décès? Cela n’a jamais été fait, mais avec COVID, c’est le cas. Les chiffres seraient extraordinaires. Le VRS tue déjà des millions de personnes et a un taux d’infection universel. Il serait sans doute plus élevé que COVID.

Non seulement les « hospitalisations » de COVID ont été dépeintes de manière inexacte, mais les « morts » de COVID semblent également être dépeintes de manière inexacte. Sur son propre site Web, le gouvernement de l’Ontario déclare ce qui suit dans ses notes de bas de page (#7),

Tout cas marqué comme « fatal » est inclus dans les données sur les décès. Les décès sont inclus, que le COVID-19 ait été déterminé ou non comme une cause contributive ou sous-jacente du décès.

Cela a également été exprimé par Toronto Public Health dès juin 2020.

Cela signifie que certains décès, nous ne savons pas combien, qui sont survenus à la suite d’autre chose et non de COVID ont été ajoutés au nombre de décès COVID. Il existe ici un grand potentiel d’inflation trompeuse des chiffres.

La déclaration de Santé publique Ontario fait écho aux déclarations faites à plusieurs reprises par les agences et le personnel de santé publique du Canada. Selon Anna Miller, conseillère principale en communications du ministère de la Santé de l’ Ontario,

En raison de la façon dont les données sont enregistrées par les bureaux de santé dans les bases de données d’informations sur la santé publique, le ministère n’est pas en mesure de séparer avec précision le nombre de personnes décédées directement à cause de la COVID par rapport à celles qui sont décédées des suites d’une infection à COVID.

Aux États-Unis, les données du CDC montrent que 95 % des personnes décédées du COVID-19 ont eu au moins une comorbidité répertoriée comme cause de décès. La moyenne est de quatre comorbidités. Nous n’en savons pas assez pour dire avec certitude que ces personnes sont décédées à cause du COVID, ou si le COVID a contribué à leur mort. Dans certains cas, c’est probablement le cas, et dans d’autres, probablement pas. Qui sait? C’est le problème.

Il existe de nombreux exemples de ce type de données trompeuses dans plusieurs pays.

Le Dr Ngozi Ezike, directeur du département de la santé publique de l’Illinois, a  déclaré ce qui suit  lors de la première vague de la pandémie,

Si vous étiez en soins palliatifs et que vous aviez déjà eu quelques semaines à vivre et que l’on vous révélait également avoir COVID, cela serait compté comme un décès COVID, même si vous mourez d’une cause alternative claire, il est toujours répertorié comme un décès COVID . Ainsi, tous ceux qui sont répertoriés comme décès COVID, cela ne signifie pas que c’était la cause du décès, mais ils avaient COVID au moment du décès.

Ses déclarations ont créé beaucoup de controverse à l’époque. Il est également possible que le nombre de décès soit sous-estimé. Un article récent publié dans le European Journal of Epidemiology par le Dr John Ioannidis (l’un des hommes de la vidéo ci-dessous), suggère que dans de nombreux pays, les décès dus au COVID ont été sur-déclarés tandis que dans d’autres, ils peuvent avoir été sous-déclarés.

Une chose qui n’a certainement pas reçu une attention suffisante et une discussion appropriée sont les impacts catastrophiques des blocages. Les données montrent que les blocages à eux seuls ont tué plus de personnes que COVID. Vous pouvez approfondir cette discussion ici si vous êtes intéressé.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo du Dr Vinay Prasad , MD MPH, et du Dr John Ioannidis , professeur de médecine et d’épidémiologie à Stanford. Ils y expliquent à quel point il est compliqué de compter et d’attribuer les décès aux causes. La vidéo est programmée pour commencer à 56:38, car c’est là qu’ils commencent à discuter du nombre de morts. Cliquez simplement sur jouer.

The Pulse


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

Tous les effets du vieillissement ont une cause commune :

Le raccourcissement de vos télomères.  

L'Epitalon provoque la production par la glande pinéale d'une enzyme qui reconstruit donc rallonge les télomères....

www.epitalon-sante.com

 

1scandal.com © elishean/2009-2022


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.