A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

Big Tech investit des milliards dans la récolte du sang des enfants


On croirait que cette info est tout droit sorti d’un film de science-fiction, mais c’est absolument vrai : les oligarques de la Big Tech aux États-Unis et à l’étranger investissent des milliards dans la recherche qui leur permettra de vivre et de gouverner éternellement en grâce à une «fontaine de jouvence» fictive, même s’ils doivent pour cela récolter le sang des enfants pour y parvenir.

En fait, l’élite ne cache même pas ce qu’elle essaie de faire :

“La firme espagnole Grifols a contribué à déclencher un désordre sans précédent, l’année dernière, quand elle, et d’autres entreprises, ont offert près du double du prix courant pour les dons de sang pour un essai de traitement COVID-19”, a rapporté le magazine Newsweek.

L’essai a cependant échoué et la société basée à Barcelone espère maintenant extraire quelque chose de bien plus précieux du plasma de jeunes volontaires : un ensemble de molécules microscopiques qui pourraient inverser le processus de vieillissement lui-même.

Grifols a conclu un accord de 146 millions de dollars cette année pour acheter Alkahest, une entreprise lancée par Tony Wyss-Coray, un neuroscientifique de l’Université de Stanford, qui, avec Saul Villeda, a révélé dans des articles de recherche publiés en 2011 et 2014 que le sang de jeunes souris pouvait aider à restaurer  les fonctionnalités du cerveau des souris âgées.

La découverte a ensuite conduit à un nouveau domaine d’étude appelé geroscience qui «cherche à comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires qui font du vieillissement un facteur de risque majeur et un facteur de maladies courantes chez les personnes âgées», ont déclaré les National Institutes of Health.

Au cours des six dernières années, Alkahest a trouvé plus de 8.000 protéines dans le sang qui présentent un certain potentiel en termes de ralentissement ou d’inversion des signes du vieillissement.


Ses efforts et ceux de Grifols ont abouti à au moins six essais de phase 2 achevés ou en cours pour traiter un large éventail de maladies liées à l’âge, y compris la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

Vous pouvez déjà voir où cela se dirige : l’objectif, bien sûr, est d’utiliser le sang des jeunes pour aider à percer les secrets du vieillissement afin que le processus puisse être arrêté et même inversé.

«Leur objectif est de pirater le processus de vieillissement lui-même et, ce faisant, de retarder ou d’éviter l’apparition de nombreuses maladies les plus associées au vieillissement», rapporte le magazine Newsweek.

Mais, quel sera le coût de ce processus?

Est-ce que seuls les super-riches, les 2%t les plus riches du monde, pourront se le permettre?

Cela restera-t-il classifié si les chercheurs débloquent le secret en raison des dizaines de milliards de dollars générés chaque année par les industries de la santé et des cosmétiques pour le rajeunissement?

Et enfin: ce traitement ne sera-t-il disponible que pour ceux qui sont au pouvoir?

Les réponses à ces questions et à d’autres sont vitales car, apparemment, les chercheurs sont sur le point de faire des découvertes.

Auparavant, «les personnes travaillant sur les maladies ne pensaient pas que le vieillissement était modifiable», a déclaré à Newsweek Felipe Sierra, un directeur aujourd’hui à la retraite de la Division de la biologie du vieillissement à l’Institut national du vieillissement.


«C’est en fait ce que disent de nombreux livres médicaux : le principal facteur de risque de maladie cardiovasculaire est le vieillissement, mais nous ne pouvons pas changer le vieillissement, alors parlons de cholestérol et d’obésité. Pour la maladie d’Alzheimer, le vieillissement est le principal facteur de risque – mais parlons de l’accumulation dans le cerveau de protéines bêta-amyloïdes. Maintenant, cela commence à changer. »

Avant la pandémie COVID-19, les investisseurs investissaient des milliards pour financer ces entreprises de biotechnologie. Et maintenant, le gain est proche.

«Vous n’avez aucune idée du nombre de personnes intéressées à investir de l’argent dans la longévité», dit Nir Barzilai, directeur fondateur de l’Institute for Aging Research de l’Albert Einstein College of Medicine de l’Université Yeshiva, ainsi que le fondateur de l’une des sociétés de biotechnologie, qui a déclaré à Newsweek. «C’est des milliards de dollars.»


Adénochrome

L’Adrénochrome est un composé d’adrénaline qui a fait l’objet de plusieurs études dans les années 1950 et 1960 et plusieurs hypothèses sont nées à ce sujet.

Le sacrifice du sang a longtemps fait partie des rituels de nombreuses civilisations. Vu que l’Adrénochrome est un composé qui est produit dans le corps humain quand l’adrénaline s’oxyde, la collecte d’Adrénochrome serait-elle un sérum d’immortalité?


Plusieurs rumeurs circulent supposant que des enfants sont torturés et sacrifiés pour récolter l’Adrénochrome produit dans leur cerveau.

Une victime potentielle est terrorisée, augmentant ainsi la quantité d’adrénaline qui circule dans son corps et l’Adrénochrome est ensuite recueilli avec une seringue à l’arrière de son cou et de sa colonne vertébrale. La substance vaudrait des milliards de dollars.

Institutionnaliser la récolte de sang et stimuler la guerre pour augmenter la quantité d’adrénaline, sont donc deux manières très rapides de recueillir cette substance miracle hors de prix.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021