Information

BIG TECH aime les Nazis maintenant


Facebook renverse sa position sur le « bataillon Azov » néo-nazi précédemment censuré de l’armée ukrainienne, lui permettant désormais d’être loué au milieu de l’invasion russe.

Comme toutes les grandes plateformes technologiques de gauche et leurs pom-pom girls démocrates, Facebook est dirigé par des hypocrites monumentaux qui choisissent et choisissent leur camp sur des questions basées non sur une boussole morale mais plutôt sur l’opportunisme politique.

Par exemple, la plateforme a régulièrement interdit et censuré la personnification et le culte nazis, ce qui, bien sûr, la plupart des gens conviennent que c’est une bonne chose. Mais après que la Russie a envahi l’Ukraine la semaine dernière, Facebook a fait marche arrière et fait une « exemption étroite » – encore une fois, à des fins politiques.

Comme le rapporte The National Pulse , la plateforme « annule l’interdiction faite aux utilisateurs de faire l’éloge du bataillon néo-nazi Azov d’Ukraine, précédemment inclus dans la politique de la plateforme sur les individus et les organisations dangereuses, au milieu de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ».

Selon des notes internes de la plateforme, qui censure régulièrement le contenu conservateur grand public, Facebook « autorisera les éloges du bataillon Azov lorsqu’il loue explicitement et exclusivement son rôle dans la défense de l’Ukraine OU son rôle au sein de la Garde nationale ukrainienne ».

Parmi les exemples de discours publiés en interne que Facebook va maintenant accepter, citons « les volontaires du mouvement Azov sont de vrais héros, ils sont un soutien indispensable à notre garde nationale » ; « Nous sommes attaqués. Azov défend courageusement notre ville depuis 6 heures » ; et « Je pense qu’Azov joue un rôle patriotique pendant cette crise », a noté The Intercept, qui est le point de vente qui a obtenu les mémos de l’entreprise.

« Pour le moment, nous faisons une petite exception pour les éloges du régiment Azov strictement dans le contexte de la défense de l’Ukraine, ou dans leur rôle au sein de la Garde nationale ukrainienne », a expliqué un porte-parole de la société mère de Facebook, Meta.

« Mais nous continuons d’interdire tout discours de haine, tout symbolisme haineux, l’éloge de la violence, l’éloge générique, le soutien ou la représentation du régiment Azov, et tout autre contenu qui viole nos normes communautaires », a ajouté le porte-parole, dans une déclaration à Business. Insider, selon The National Pulse.

Le changement de politique intervient après des années de forte censure des articles exposant ou critiquant le Parti démocrate et ses principaux acteurs. 

Twitter, par exemple, a littéralement bloqué les articles avant les élections de 2020 exposant Joe et Hunter Biden comme étant des mécènes corrompus de l’Ukraine et de la Chine, et a verrouillé le journal qui en faisait état – le New York Post – hors de son compte.

Pendant ce temps, les plateformes de médias sociaux interdisent également la critique des grandes sociétés pharmaceutiques, du Parti communiste chinois et de toute opinion « inacceptable » et de toute science légitime concernant la pandémie de COVID-19 et les vaccins – mais soudain, Facebook autorisera les éloges d’une unité militaire ukrainienne qui est connu pour son « ultranationalisme de droite pur et dur et l’idéologie néo-nazie omniprésente parmi ses membres », a noté The Intercept.

Le National Pulse ajoute :

Le premier commandant du bataillon Azov, qui a marché et s’est entraîné au combat en portant des symboles du Troisième Reich, était l’ancien parlementaire ukrainien Andriy Biletsky, qui a affirmé que l’objectif national de l’Ukraine était de « mener les races blanches du monde dans une dernière croisade… contre les Untermenschen [sous-humains] dirigés par les Sémites.

Une vidéo récente publiée par la Garde nationale d’Ukraine montrait également un soldat d’Azov trempant des balles dans de la graisse de porc tout en lançant l’avertissement suivant : « Chers frères musulmans, dans notre pays, vous n’irez pas au paradis. Vous ne serez pas admis au paradis. Rentrez chez vous, s’il vous plaît. Ici, vous rencontrerez des problèmes. Merci de votre attention, au revoir.

La décision de Facebook intervient alors que le gouvernement de Vladimir Poutine refuse de montrer aux Russes ordinaires ce qui se passe réellement en Ukraine.

« L’assaut total de la Russie contre la vérité s’est intensifié cette semaine, avec la principale station de radio indépendante du pays, Echo de Moscou, réduite au silence, et le site Web d’une chaîne de télévision indépendante en streaming, TV Rain, bloqué, car les deux diffuseurs ont refusé de se faire l’écho du gouvernement. que l’invasion russe de l’Ukraine n’est pas une guerre », selon The Intercept dans un rapport séparé.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.