Biden vient de déclarer la “guerre” à des millions de propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi - Scandal
Social & Finance

Biden vient de déclarer la “guerre” à des millions de propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi


Joe Biden avait promis de le faire et il a finalement tenu parole. Aujourd’hui, le président des États-Unis, qui souffre d’un déclin cognitif, a signé un certain nombre de décrets prétendument conçus pour “réduire la violence armée”, mais en réalité destinés à détruire le deuxième amendement et la Déclaration des droits.

Dans le processus, comme l’écrit Robert Wheeler sur The Organic Preppe, Biden a transformé de nombreux Américains en criminels d’un coup de stylo.

Les détails sont encore en train d’émerger quant à ce que les décrets signifient pour les droits des armes à feu, mais nous sommes conscients de certaines des ramifications.

Biden a signé 6 décrets relatifs aux armes à feu :

1.) Renforcement de la réglementation sur les “armes fantômes”.

Les armes fantômes sont bien sûr les étiquettes que les libéraux utilisent pour décrire les armes à feu artisanales (parce que “nous gagnerons par des slogans”) qui sont généralement assemblées à partir de pièces montées et percées avec des machines-outils. De ce fait, elles n’ont souvent pas de numéro de série, de sorte qu’il est plus difficile pour le gouvernement de pouvoir les tracer. Il est légal de construire une arme à feu à domicile ou dans un atelier et il n’existe aucune obligation fédérale de vérification des antécédents. Mais M. Biden entend mettre un terme à cette situation, en déclarant que son administration “mettra un frein à la prolifération des armes dites ‘fantômes’”.


“Ce sont des armes à feu qui sont faites maison. Construites à partir d’un kit qui comprend des instructions sur la façon de terminer l’arme à feu. Vous pouvez acheter le kit. Elles n’ont pas de numéro de série. Donc, quand ils apparaissent sur une scène de crime, ils ne peuvent pas être tracés. Et les acheteurs ne sont pas obligés de passer la vérification des antécédents pour acheter le kit. Pour fabriquer l’arme. Par conséquent, n’importe qui, du criminel au terroriste, peut acheter ce kit en 30 minutes à peine et assembler une arme”, a expliqué M. Biden.

Biden veut que ces armes soient traitées comme des armes à feu dans le cadre de la loi sur le contrôle des armes. Il fait valoir qu’en vertu de cette loi, les pièces clés des kits de fabrication d’armes à feu devraient être numérotées pour permettre leur traçabilité et qu’il faudrait également vérifier les antécédents des personnes qui achètent ces kits.

La Maison Blanche a déclaré :

Nous sommes confrontés à un problème croissant : des criminels achètent des kits contenant presque tous les composants et les instructions pour terminer une arme à feu en 30 minutes à peine et utilisent ces armes à feu pour commettre des crimes. Lorsque ces armes à feu sont retrouvées sur des scènes de crime, elles ne peuvent souvent pas être retracées par les forces de l’ordre en raison de l’absence de numéro de série. Le Département de la Justice publiera une proposition de règle pour aider à mettre fin à la prolifération de ces armes à feu.

2.) Évaluer le “problème de la violence armée” d’une “manière axée sur les données”.

Le Département de la Justice publiera un rapport annuel sur le trafic d’armes à feu. Selon la déclaration officielle de la Maison Blanche :


En 2000, le Bureau des alcools, tabacs et armes à feu (ATF) a publié un rapport résumant les informations relatives à ses enquêtes sur le trafic d’armes à feu, qui est l’une des façons dont les armes à feu sont détournées vers le marché illégal où elles peuvent facilement se retrouver entre les mains d’individus dangereux. Depuis la publication du rapport, les décideurs politiques des États, des collectivités locales et de l’État fédéral se sont appuyés sur ses données pour mieux déjouer les circuits courants de trafic d’armes à feu. Mais il y a de bonnes raisons de penser que les canaux de trafic d’armes à feu ont changé depuis 2000, notamment en raison de l’émergence des ventes en ligne et de la prolifération des “armes fantômes”. Le Département de la Justice publiera un nouveau rapport complet sur le trafic d’armes à feu et les mises à jour annuelles nécessaires pour donner aux décideurs politiques les informations dont ils ont besoin pour aider à lutter contre le trafic d’armes à feu aujourd’hui.

3.) Le Département de la Justice, dans un délai de 60 jours, publiera une proposition de règle pour clarifier quand un dispositif commercialisé comme une orthèse de stabilisation transforme effectivement un pistolet en un fusil à canon court soumis aux exigences de la Loi nationale sur les armes à feu.

“Le tireur présumé de la tragédie de Boulder le mois dernier semble avoir utilisé un pistolet avec une attelle de bras, qui peut rendre une arme à feu plus stable et plus précise tout en restant dissimulable”, déclare la Maison Blanche.

4.) Le Département de la Justice publiera, dans les 60 jours, un modèle de législation “drapeau rouge” pour les États.

D’après la Maison Blanche :

Les lois de type “drapeau rouge” permettent aux membres des familles ou aux forces de l’ordre de demander une ordonnance du tribunal interdisant temporairement aux personnes en crise d’accéder aux armes à feu si elles présentent un danger pour elles-mêmes ou pour les autres. Le Président demande instamment au Congrès d’adopter une loi nationale appropriée sur le “drapeau rouge”, ainsi qu’une législation incitant les États à adopter leurs propres lois de type “drapeau rouge”. Dans l’intervalle, la législation modèle publiée par le Département de la Justice facilitera la tâche des États qui souhaitent adopter des lois de type “drapeau rouge”.

5.) L’administration investit dans des interventions communautaires contre la violence fondées sur des preuves.

Les interventions contre la violence communautaire sont des stratégies éprouvées pour réduire la violence armée dans les communautés urbaines par des moyens autres que l’incarcération. Parce que les villes du pays connaissent un pic historique d’homicides, l’administration Biden-Harris prend un certain nombre de mesures pour donner la priorité aux investissements dans les interventions contre la violence communautaire.

L’American Jobs Plan propose un investissement de 5 milliards de dollars sur huit ans pour soutenir les programmes d’intervention contre la violence communautaire. L’un des éléments clés des stratégies d’intervention contre la violence communautaire consiste à mettre les individus en contact avec des formations professionnelles et des opportunités d’emploi.

Le Département américain de la santé et des services sociaux organise un webinaire et une boîte à outils pour informer les États sur la manière dont ils peuvent utiliser Medicaid pour rembourser certains programmes communautaires d’intervention contre la violence, comme les interventions contre la violence en milieu hospitalier.

Cinq agences fédérales apportent des changements à 26 programmes différents afin de diriger le soutien vital vers les programmes communautaires d’intervention contre la violence le plus rapidement possible. Ces changements signifient que nous pouvons commencer à augmenter les investissements dans les interventions communautaires contre la violence en attendant que le Congrès s’approprie des fonds supplémentaires.

6.) Le président va nommer David Chipman au poste de directeur du Bureau des alcools, du tabac et des armes à feu.

Selon la Maison Blanche :

L’ATF est l’agence clé pour l’application de nos lois sur les armes à feu, et elle a besoin d’un directeur confirmé afin de faire son travail au mieux de ses capacités. Mais l’ATF n’a pas eu de directeur confirmé depuis 2015. Chipman a servi à l’ATF pendant 25 ans et travaille maintenant à faire avancer les lois de bon sens sur la sécurité des armes à feu.

Il convient de noter que Chipman a joué un rôle important dans la dissimulation de l’attentat d’Oklahoma City et du premier attentat du World Trade Center et qu’il joue maintenant un rôle encore plus important dans la guerre contre les citoyens américains.

Comme le rapporte Ben Unruh, le fondateur et vice-président exécutif de la Second Amendment Foundation, Alan M. Gottlieb, a déclaré :

“Personne de l’administration Biden ne nous a contactés, ni aucune autre organisation de défense des droits, à ma connaissance, ce qui clarifie certainement l’approche de Biden en matière de réglementation des armes à feu”, ajoutant qu’”il est entré en fonction en parlant d’unité, mais il vient de déclarer la guerre à des dizaines de millions de propriétaires d’armes respectueux de la loi qui n’ont commis aucun crime.”

Le sénateur Tom Cotton (Républicain-Arkansas) a résumé les choses succinctement dans une déclaration sur les médias sociaux.

“Le président Biden veut laisser les criminels violents en liberté mais prendre les armes des citoyens respectueux de la loi”.

* * *

Comme Zachary Stieber d’Epoch Times l’a détaillé plus tôt, l’administration du président Joe Biden prend des mesures pour mettre fin à la prolifération des armes dites fantômes et pousser les États à adopter une législation sur le “drapeau rouge”.

“Assez, assez, assez”, a déclaré Biden, un démocrate, lors d’un événement au Rose Garden avant d’annoncer les décrets.


Il a également affirmé que les ordonnances qu’il signera n’auront aucune incidence sur le droit des Américains de posséder des armes à feu en vertu du deuxième amendement.

Biden demande au Département de la Justice de publier, dans les 30 jours, une proposition de règlement visant à freiner la propagation des armes dites fantômes, c’est-à-dire des armes fabriquées à partir de kits à monter soi-même.

Au cours des deux prochains mois, le ministère publiera également une proposition de règlement déclarant un support de stabilisation qui transforme un pistolet en un fusil à canon court et publiera un modèle de législation de type “drapeau rouge” pour les États.

Ces lois permettent aux membres de la famille ou aux forces de l’ordre de demander à un tribunal d’interdire à une personne de posséder une arme à feu si celle-ci présente un danger pour elle-même ou pour autrui.

Trois autres actions annoncées par l’administration sont :

  • l’investissement dans les “interventions communautaires contre la violence”, qui vise à freiner la flambée des meurtres et des fusillades observée l’année dernière ;
  • le lancement de la publication d’un rapport annuel sur le trafic d’armes à feu ;
  • et la nomination de David Chipman, ancien conseiller du groupe de défense du contrôle des armes à feu Everytown for Gun Safety et actuel conseiller de Giffords, une organisation qui dit œuvrer pour mettre fin à la violence armée, au poste de directeur du Bureau of Alcohol, Tobacco, and Firearms (ATF). L’ATF est une agence fédérale qui vise à prévenir l’utilisation illégale et le trafic d’armes à feu, entre autres efforts.

Ces nouvelles annonces marquent la première vague de mesures exécutives sur les armes à feu que la Maison-Blanche avait promis de prendre à la suite des récentes fusillades de masse de Boulder, dans le Colorado, et d’Atlanta, en Géorgie.

Le conseiller politique principal du Giffords Law Center, David Chipman, prend la parole lors d’une audience de la commission judiciaire de la Chambre des représentants sur les armes d’assaut, au Capitole, à Washington, le 25 septembre 2019. (Andrew Harnik/AP Photo)

Biden continue d’exhorter le Congrès à adopter une loi pour réduire la violence armée, a déclaré l’administration, mais lui et d’autres responsables “n’attendront pas que le Congrès agisse pour prendre ses propres mesures – entièrement dans le cadre de l’autorité de l’administration et du deuxième amendement – pour sauver des vies.”

Biden a déclaré lors d’une conférence de presse après la fusillade de Boulder le mois dernier que le Congrès devrait interdire les armes dites d’assaut et les chargeurs à grande capacité, faisant référence à un projet de loi qu’il a contribué à faire adopter en tant que sénateur en 1994 et qui a fait exactement cela pendant 10 ans.

Une étude financée par le Département de la Justice a conclu que les résultats de cette interdiction, qui a expiré en 2004, étaient “mitigés”. Une étude de la RAND Corporation sur les politiques de restriction des armes à feu a déclaré qu’il n’y avait “aucune preuve concluante de l’effet des interdictions des armes d’assaut sur les fusillades de masse”.

Une clôture de fortune entoure le parking à l’extérieur de l’épicerie King Soopers où une fusillade a eu lieu un jour plus tôt à Boulder, au Colorado, le 23 mars 2021. (David Zalubowski/AP Photo)

Les démocrates ont rapidement salué les actions de l’administration Biden sur les armes à feu, y compris la nomination prévue de Chipman.

“Il s’agit de l’action exécutive la plus importante sur la violence armée depuis une génération. Ces actions constituent un modèle de courage et de force que le Congrès doit maintenant égaler”, a déclaré le sénateur Richard Blumenthal (Démocrate-Connecticut) dans un tweet.

“L’action sur les armes fantômes protégera contre les armes artisanales intraçables qu’aucun propriétaire d’armes respectueux de la loi ne voudrait avoir”, a-t-il ajouté.

Everytown for Gun Safety et ses réseaux de base, Moms Demand Action et Students Demand Action, ont également applaudi ces actions.

“Chacun de ces recours exécutifs va commencer à s’attaquer à l’épidémie de violence armée qui fait rage et à concrétiser la promesse du président Biden d’être le président le plus fort de l’histoire en matière de sécurité des armes à feu”, a déclaré le président d’Everytown, John Feinblatt, dans un communiqué.

Lateif Dickerson manipule certains de ses fusils dans son siège d’instruction sur les armes à feu à Jersey City, N.J., le 25 mars 2021. (Spencer Platt/Getty Images)

Biden a eu du mal à trouver de l’intérêt pour les propositions de restriction des armes à feu au Congrès, en particulier au Sénat, où les démocrates conservent une faible majorité uniquement grâce au vote de la vice-présidente Kamala Harris.

La police se rassemble sur les lieux d’une fusillade survenue dans l’après-midi le long de la rue Ludlow dans le quartier de Lower Manhattan à New York, dans un contexte de hausse continue des fusillades dans la ville, le 30 mars 2021. (Spencer Platt/Getty Images)

Au cours de la pandémie, les ventes d’armes à feu ont atteint des niveaux record, les Américains cherchant à se protéger contre la hausse de la criminalité et les conditions dramatiquement modifiées.

Christopher Herrmann, professeur adjoint à la John Jay College of Criminal Justice de la City University of New York, a déclaré le mois dernier à l’Epoch Times que certaines nouvelles lois ou réglementations, telles que les lois sur le drapeau rouge, pourraient contribuer à réduire le nombre de fusillades et de meurtres à l’avenir.

Mais Lisa Dadio, directrice du Center for Advanced Policing de l’université de New Haven, a déclaré que ces mesures ne seraient d’aucune utilité car la plupart des personnes qui commettent ces crimes ne se procurent pas leurs armes légalement.

Les républicains et les groupes qui disent se battre pour protéger les droits du deuxième amendement ont déclaré qu’ils s’opposaient à ce que fait l’administration Biden.

“Le président Biden veut laisser les criminels violents en liberté mais prendre les armes des citoyens respectueux de la loi”, a déclaré le sénateur Tom Cotton (Républicain-Arkansas) dans une déclaration sur les médias sociaux.

Le premier vice-président de Gun Owners of America, Erich Pratt, a déclaré que le groupe “s’oppose de tout cœur au contrôle anticonstitutionnel des armes à feu menacé aujourd’hui par le président Biden – des restrictions telles que les attaques contre les armes à feu artisanales et équipées de bracelets et les soi-disant ordres de confiscation d’armes à feu de type ‘drapeau rouge’”.

“Joe Biden sait qu’il ne peut pas battre les propriétaires d’armes à feu au Congrès. Au lieu de cela, il contourne le processus législatif pour imposer sa propre vision tyrannique par décret exécutif”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement fédéral aura du mal à faire respecter les règles jugées incompatibles avec les lois de l’Arizona.

Le gouverneur Doug Ducey, un républicain, a signé cette semaine un projet de loi qui interdit aux forces de l’ordre d’appliquer toute loi ou règle du gouvernement américain “incompatible avec toute loi de l’Arizona concernant la réglementation des armes à feu”.


Source : Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021