A ne pas manquerPolitique

Biden songe à transférer à l’Ukraine des bombes à fragmentation interdites au niveau international

CNN soutient que les armes interdites sont acceptables si c'est pour la bonne cause ! Demain les tortures style inquisition vont devenir normales "pour la bonne cause" ... On est en pleine guerre de religion ...

Il ne s’agit pas de The Onion, mais de CNN, qui a produit un rapport complet soutenant que les armes interdites au niveau international sont acceptables si elles sont données à l’Ukraine pour la « bonne cause » de la lutte contre la Russie…

« Ces derniers mois, les responsables et les législateurs ukrainiens ont exhorté l’administration Biden et les membres du Congrès à fournir à l’armée ukrainienne des ogives à sous-munitions, des armes interdites par plus de 100 pays mais que la Russie continue d’utiliser avec un effet dévastateur en Ukraine. »

MAIS, écrit le média grand public :

 « pour l’Ukraine, les armes à sous-munitions pourraient répondre à deux problèmes majeurs : le besoin de plus de munitions pour les systèmes d’artillerie et de roquettes que les États-Unis et d’autres pays ont fournis, et un moyen de combler la supériorité numérique de la Russie en matière d’artillerie. »

Et ne tenez pas compte des « restrictions légales » et de la probabilité accrue de tuer des civils innocents…

CNN poursuit :

« L’administration Biden n’a pas retiré cette option de la table comme dernier recours, si les stocks commencent à diminuer dangereusement. Mais des sources affirment que la proposition n’a pas encore fait l’objet d’un examen approfondi, en grande partie en raison des restrictions statutaires que le Congrès a imposées à la capacité des États-Unis de transférer des armes à sous-munitions. »

« Ces restrictions s’appliquent aux munitions dont le taux de munitions non explosées est supérieur à 1 %, ce qui augmente la perspective qu’elles présentent un risque pour les civils », admet ensuite la publication, avant de noter :

« Le président Joe Biden pourrait passer outre cette restriction, mais l’administration a indiqué aux Ukrainiens que cela était peu probable à court terme. »

Les sources de CNN ont également souligné qu’à ce stade, le président Biden n’a pas rejeté d’emblée le transfert potentiel des armes à sous-munitions. Toutes les « options » continuent d’être sur la table… au mépris des interdictions internationales et des directives relatives aux droits de l’homme, apparemment.

Des centaines de ces petites bombes sont libérées et dispersées avant de toucher le sol lorsque des munitions à fragmentation sont larguées

Très tôt après l’invasion russe du 24 février, l’armée russe a été accusée d’utiliser des bombes à fragmentation interdites, ce qui lui a valu une condamnation internationale – y compris de la part de responsables et de médias américains.

Selon un examen historique des bombes à fragmentation dans We Are the Mighty, les bombes à fragmentation tuent sans discrimination, et leur utilisation généralisée dans de nombreux conflits du 20e et du début du 21e siècle a finalement conduit à un traité international interdisant leur utilisation par les États-nations…

« Les armes à sous-munitions sont des explosifs qui explosent dans l’air, dispersant des bombettes ou des sous-munitions sur une vaste zone pour détruire plusieurs cibles simultanément. Elles étaient couramment utilisées avant qu’un traité interdisant l’utilisation des bombes à sous-munitions ne soit formulé en 2008. Des milliers de vies civiles ont été perdues en raison de la nature de ces bombes. Bien que de nombreux pays se soient opposés au traité à l’époque, la majorité a eu son mot à dire, et l’utilisation de ces bombes est désormais illégale. »

« Lorsque le traité sur les armes à sous-munitions est entré en vigueur, il a marqué un énorme progrès dans la protection des civils pendant et après une confrontation militaire.

Cet accord international interdit totalement les armes à sous-munitions et impose aux États membres l’obligation de nettoyer les régions polluées par les restes d’armes à sous-munitions dans les dix ans (après la convention), de démanteler leurs stocks dans les huit ans et d’aider les victimes. »

« …Les bombes d’une arme à sous-munitions peuvent frapper n’importe où et n’importe qui. Cela rend les bombes à fragmentation particulièrement dangereuses pour les vies innocentes. Lorsqu’une bombe à fragmentation est lancée d’un avion, seule l’ogive principale explose sur les cibles spécifiées. Les petites bombes, qui se séparent automatiquement de la bombe principale, peuvent atterrir n’importe où. »

Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.