Politique

Biden déploie sa machine de guerre


« Nous devons nous attendre à une guerre nucléaire ».

Ce qui ressemble à un gros titre datant de l’apogée de la guerre froide est aujourd’hui une déclaration tirée du rapport annuel du commandement stratégique américain.

En charge des forces nucléaires américaines, les généraux des Etats-Unis considèrent la guerre nucléaire avec la Russie et la Chine comme une possibilité “dans le spectre actuel des conflits”.

Dans le même temps, 28.000 soldats de 26 nations se déploient sous la direction des États-Unis en Europe de l’Est, à la frontière sud avec la Russie, dans le cadre des manœuvres “Defender Europe 2021”, qui se dérouleront du 1er mai au 14 juin.

L’Allemagne ne se contente pas de participer à cet exercice de grande envergure, qui peut littéralement être considéré comme un pistolet braqué sur la poitrine de la Russie, mais sert avant tout de zone de déploiement pour les autres pays de l’OTAN et notamment pour les États-Unis. Mais quel est le contexte politique du déploiement ordonné par Biden en Europe ?

Volodymyr Zelensky – un belliciste dos au mur

A Kiev, le président Zelenskyj bat à nouveau le tambour pour une reconquête du Donbass.


En 2014, lorsque l’Occident a organisé un coup d’État contre le président sortant Ianoukovitch et a commencé à organiser des pogroms contre la population russe dans l’est et le sud-est du pays pour forcer une guerre avec la Russie, non seulement la Crimée mais aussi certaines parties du Donbass se sont séparées suite à un soulèvement populaire.

L’accord de Minsk qui a suivi a établi un cessez-le-feu entre l’Ukraine et les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk à l’est. Outre le retrait des armes lourdes de la région frontalière et un échange de prisonniers, Kiev s’est engagé à réviser sa propre constitution et à accorder aux deux États de l’Est une autonomie qui conduirait à terme à leur réadmission dans l’Ukraine.

Mais la réalité est loin de ce qui est écrit dans l’accord de Minsk: chaque jour, de pauvres gens meurent dans le Donbass sous les tirs d’artillerie et, plus récemment, de drones des soldats de Kiev. Plus récemment, un enfant de cinq ans y a été tué par des drones. Même un amendement constitutionnel contenant l’autonomie promise ne s’est pas concrétisé jusqu’à présent.

La marionnette de Washington à Kiev, Volodymyr Zelenskyj, a quelque chose de tout à fait différent en tête: ce comédien télégénique qu’est Zelenskyj était devenu célèbre en tant qu’artiste de cabaret, il veut maintenant “résoudre” le conflit dans le Donbass avec l’aide de l’OTAN, comme il l’a déclaré début avril.

L’Ukraine ne peut plus attendre d’être acceptée dans l’alliance militaire occidentale, a-t-il déclaré, elle veut aussi rejoindre l’UE. Car sur le plan politique, il a désespérément besoin de succès: depuis son écrasante victoire électorale, il a déçu ses électeurs.

Ainsi, pour 42% des Ukrainiens, il a été la grosse déception de 2020, ne pouvant ni lutter contre la corruption dans le pays, ni mettre en œuvre la paix promise.

La crise du coronavirus a encore aggravé la situation économique de l’Ukraine.

Les scandales tels que les allégations de corruption à l’encontre du fils du président américain Hunter Biden, qui font passer l’Ukraine pour un bordel et une colonie américaine, font le reste.

L’Ukraine est plus dépendante que jamais de l’aide financière de l’Occident, et pas seulement dans le secteur de l’armement. Il perd également de plus en plus de partisans dans le pays même, dont récemment l’oligarque Ihor Kolomojskyj. Par suite, une nouvelle flambée de la guerre lui conviendrait parfaitement.

Les officiers de l’armée ukrainienne s’efforcent également depuis des mois d’obtenir un soutien pour une guerre contre l’Est. L’armée ukrainienne, disent-ils, est prête, surtout après sa mise à niveau avec des drones et d’autres matériels de guerre provenant de l’Ouest.

En clair, au lieu de la paix et du retrait des armes, cela signifierait l’expulsion et le génocide.


Mais lorsque, en réponse, Moscou a massé des troupes à la frontière avec l’Ukraine et en Crimée, Zelenskyi s’est attiré les foudres du public. Soudain, l’Ukraine a été menacée par la Russie. Le président ukrainien a alors imploré l’Occident de lui venir en aide. Ce faisant, il a fait le jeu du nouveau chef de guerre à Washington.

Car depuis l’investiture du nouveau président américain, le ton des Etats-Unis contre la Russie s’est durci.

Si Hillary Clinton ne pouvait expliquer sa défaite face à Donald Trump que par le fantasme de “l’ingérence russe dans l’élection présidentielle”, Biden a également eu recours à cet argument non prouvé pour alimenter la peur de la Russie aux États-Unis.


De plus, le 15 avril de cette année, Joe Biden a même fait déclarer l’état d’urgence aux États-Unis parce que le service de renseignement extérieur russe, le SWR, aurait été coupable d’une attaque informatique contre les États-Unis. Cette décision a été suivie de l’expulsion de dix diplomates russes et de l’interdiction de négocier des obligations d’État russes.

Lorsque, dans le même souffle, Biden souligne qu’il ne cherche pas une escalade avec la Russie, mais veut seulement “réagir de manière appropriée”, cela ne peut être compris que comme une farce.

Une crise diplomatique mise en scène

Cette action a entraîné le début d’une crise diplomatique entre l’Occident et la Russie. En Europe également, les États-Unis instrumentalisent leurs alliés pour exercer une pression accrue sur la Russie. L’explosion d’un dépôt de munitions en 2014 a soudainement été utilisée par Prague comme une occasion d’expulser le personnel de l’ambassade russe de la République tchèque.

Dans une réaction en chaîne de “solidarité”, des diplomates russes ont également été expulsés dans les trois États baltes et en Roumanie. Moscou ne s’est pas laissé faire et a répondu à son tour en expulsant sept diplomates de l’UE.

Le point culminant de l’escalade occidentale contre la Russie et ses alliés a finalement été la planification d’une tentative d’assassinat contre le président biélorusse Loukachenko, qui a pu être empêchée par les services russes et biélorusses.

Poutine déjoue l’attentat de la CIA contre le président Biélorusse

Le point commun de toutes ces provocations est le fait qu’elles proviennent de l’Occident et sont dirigées contre la Russie. Tout cela ne présage rien de bon pour les futures relations entre la Russie et l’Europe, qui, elle, est devenue un champ de bataille potentiel entre les États-Unis et la Russie et qui demeure dominée par les États-Unis en matière de politique étrangère.

Un déploiement sous le signe de la grande réinitialisation

Globalement, on peut affirmer que les actions et la rhétorique de l’alliance occidentale sous la direction de Joe Biden sont devenues de plus en plus vociférantes et menacent actuellement de dépasser toutes limites.

D’un côté, nous voyons un secrétaire américain à la défense transsexuel, un président américain dégringolant des escaliers et lançant des accusations non prouvées d’ingérence dans les élections et dans les affaires américaines.

Ce qui semble complètement ridicule à première vue est cependant étayé par des mesures percutantes du côté occidental: les récentes déclarations sur la possibilité d’une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine, les expulsions de diplomates russes, le déploiement de l’OTAN dans le sud-est de l’Europe et en mer Noire, ainsi que la tentative d’assassinat d’Alexandre Loukachenko sont autant de quasi-déclarations de guerre contre la Russie qui n’ont pas encore été suivies d’une escalade totale, ce que nous devons avant tout aux nerfs d’acier de Vladimir Poutine et à la retenue de la Russie.

Tout cela se déroule sur fond de Great Reset. Deutsche Stimme a consacré un numéro séparé à ce sujet – qui, dans les affaires intérieures des États occidentaux, impose des mesures toujours plus totalitaires de restructuration de la société sous le couvert de la politique ‘’covidiste’’; dans le domaine de la politique étrangère, cela signifie une confrontation toujours plus vive avec des puissances altermondialistes comme la Chine, l’Iran, mais surtout la Russie.

L’Allemagne a beaucoup d’enjeux dans ce conflit. L’enjeu n’est pas seulement le gazoduc Nord Stream 2, qui revêt une importance considérable pour la sécurité énergétique du pays, mais l’existence même du peuple allemand.

En octobre 2020, l’armée de l’air allemande s’est entraînée à larguer des bombes nucléaires américaines sur le territoire allemand dans le cadre de l’exercice “Steadfast Noon”. Sachant que les bellicistes du Pentagone et leurs marionnettes à Kiev travaillent à une escalade ouverte avec la Russie et que l’Occident est apparemment prêt pour la guerre nucléaire, une seule mauvaise décision peut conduire à l’anéantissement nucléaire de l’Allemagne et de l’Europe, comme aux beaux jours de la guerre froide.


Dans le contexte des développements actuels, il est d’autant plus important que nous ne nous laissions pas atteler à la charrette de Washington, mais que nous nous prononcions inébranlablement pour un retrait de l’OTAN et pour la paix en Europe.

Maintenant que les Verts, la gauche et même une grande partie de l’AfD sont attachés au traité de l’Atlantique Nord et au transatlantisme, c’est la seule tâche de l’opposition nationale de mener une authentique politique de paix pour un futur monde multipolaire.

Par Alexander Markovics


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci





1scandal.com © elishean/2009-2021