A ne pas manquer Politique

Biden est refusé à l’entrée au Pentagone


L’homme qui se fait appeler président des États-Unis, Joseph R. Biden, s’est vu refuser l’entrée au Pentagone vendredi, a appris Real Raw News.

Peu de temps après avoir rencontré des législateurs démocrates pour discuter d’une législation plus restrictive sur le contrôle des armes à feu, Biden s’est rendu à Arlington, en Virginie, pour défendre les mérites de son retrait prévu de toutes les forces armées américaines d’Afghanistan. Il avait également cherché à convaincre les dirigeants militaires que la décision de l’Iran d’enrichir à 60% le plutonium de qualité militaire ne menaçait pas les intérêts américains, a déclaré une source administrative s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Mais Biden n’est jamais arrivé à l’intérieur.

Selon notre source, la police du Pentagone, qui fait partie de l’Agence de protection des forces du Pentagone, a stoppé Biden et son équipe de services secrets dans leur élan, les informant qu’ils avaient l’ordre permanent d’empêcher les membres de l’administration Biden – y compris Biden – d’entrer dans le bâtiment. Ces ordres incluaient apparemment l’usage de la force mortelle.

“Biden a demandé à savoir qui avait donné l’ordre, trébuchant sur ses mots, et on lui a répondu que la directive venait directement du général David H. Berger, commandant du corps des Marines des États-Unis et membre de haut rang des chefs d’état-major interarmées.

Lorsque Biden a demandé à parler au président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, on lui a dit que Milley – un partisan de Biden – n’était plus en charge”, a déclaré notre source.

Biden, ajoute notre source, est devenu belliqueux, déclarant qu’en tant que président des États-Unis, il avait un accès illimité à toutes les propriétés fédérales, y compris le Pentagone. Il a alors donné l’ordre à ses trois agents de sécurité de “résoudre le problème”.


La police du Pentagone a sorti ses armes de poing, selon notre source.

“La force de protection du Pentagone a dit aux agents des Services Secrets qu’ils faisaient une erreur. Qu’il y avait plus d’une centaine de personnes à l’intérieur prêtes à les soutenir en cas de problème. Les Services Secrets n’ont rien voulu savoir et ont dit à Biden qu’il devrait forcer l’entrée lui-même, s’il en avait envie”, a déclaré notre source.

De plus, Biden aurait murmuré une phrase incroyable : “Je parie que ce bâtard est à l’intérieur”.


Nous ne pouvons que deviner à qui il faisait référence, mais RRN pense qu’il s’agissait de nul autre que Donald J. Trump.


Bien que cela semble peu probable, nous devons nous rappeler que le président des chefs d’état-major interarmées Mark Milley s’est opposé à la présidence de Trump et a été l’un des rares chefs militaires de haut rang à soutenir la prétendue victoire de Biden en 2020.

Il est possible que le général Milley ait été renversé et que le général du corps des Marines David Berger ait pris le commandement des chefs d’état-major interarmées.

RRN fournira des mises à jour dès qu’elles seront disponibles.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021