AVC, cécité, fausses couches. Le rapport britannique sur les effets du vaccin - 1 Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

AVC, cécité, fausses couches. Le rapport britannique sur les effets du vaccin


Après que la population mondiale ait été transformée en “rats de laboratoire”, des rapports circulent sur les terribles effets secondaires de ces vaccins expérimentaux autorisés officiellement. Il va sans dire que ces rapports seront qualifiés de fake news sur les réseaux sociaux.

La liste des effets secondaires et des réactions indésirables aux vaccinations Corona s’allonge. Un rapport de l’Agence britannique de réglementation des médicaments (MHRA, un organisme qui autorise et supervise les médicaments au Royaume-Uni, similaire à l’Institut Paul Ehrlich en Allemagne) ajoute désormais la cécité et les fausses couches aux réactions déjà connues aux vaccins, telles que la douleur, la paralysie faciale et troubles sanguins.

Le rapport a été mis à jour le 11 février pour inclure les notifications d’effets indésirables suspectés depuis le début de la campagne de vaccination du 9 décembre jusqu’à la fin janvier.

Les responsables affirment que «plus de 110 000 personnes au Royaume-Uni sont décédées dans les 28 jours suivant un test coronaire positif». À titre de comparaison, environ quatre millions de personnes ont été testées positives, tandis que les colonies d’outre-mer (y compris Gibraltar, les îles Caïman et les Bermudes) ont contribué pour quelques milliers de cas. Cela se traduit par un taux de mortalité d’environ 2,5 pour cent, ce qui équivaut à peu près au taux de mortalité d’une grippe ordinaire .

Plus d’effets secondaires chez AstraZeneca Vaxzevria

Comme dans le cas du VAERS aux États-Unis, les Britanniques peuvent signaler les effets indésirables et les événements indésirables soupçonnés des vaccins dans le cadre de ce que l’on appelle le « carton jaune » et donner un «carton jaune» à un médicament. Selon le rapport du gouvernement, à la fin du mois de janvier, 9 262 367 personnes avaient reçu une vaccination et 494 206 personnes en avaient déjà reçu deux.


Au cours de la même période, un total de 32 139 cartons jaunes ont été collectés, avec plus de 100 000 réponses individuelles. Les premières notifications remontent au 9 décembre, premier jour des vaccinations.

Environ les deux tiers des notifications et près de 60 000 réponses individuelles dans le cadre du programme carton jaune concernent le vaccin Pfizer / BioNTech. À l’exception de 72 cas dans lesquels le fabricant n’a pas été spécifié , le reste revient à AstraZeneca. Bien que le vaccin Moderna soit également homologué au Royaume-Uni depuis le 8 janvier , il n’est pas mentionné dans le rapport du gouvernement.

La distribution des rapports entre les vaccins reflète approximativement les vaccins administrés.

Cependant, il est à noter qu’un rapport sur AstraZeneca contient en moyenne quatre réponses distinctes, tandis que pour Pfizer / BioNTech, il n’y a «que» environ 2,5 réponses sur chaque carton jaune.


Comme le calcule «dailyexpose.co.uk» , cela signifie qu’environ un vacciné sur 333 a signalé des effets secondaires ou des réactions indésirables. En réalité, cependant, il pourrait y avoir encore plus de cas «car certains n’ont peut-être pas été signalés dans le cadre du système des cartons jaunes».

Le fait qu’AstraZeneca provoque également des effets secondaires en Allemagne a également été récemment constaté par le service des urgences du district de Minden-Lübbecke. Après que les employés ont profité d’une offre de vaccination à court terme d’AstraZeneca – le vaccin n’est pas approuvé pour les personnes de plus de 65 ans – plusieurs employés se sont déclarés malades. «En conséquence, les services d’urgence n’étaient pas dotés d’un personnel optimal», a déclaré à l’époque le porte-parole du district, Florian Hemann, au « Westfalen-Blatt ». Les stations de sauvetage voisines et le DRK ont aidé.

Le règlement «carton jaune» comprend, en plus des effets secondaires et des réactions déjà connus des études vaccinales des fabricants, encore plus.

Effets secondaires des vaccins Corona

1. Déficience optique et cécité

Au total, les rapports comprenaient 1 280 affections oculaires. «Une déficience optique et une cécité (autres que le daltonisme)» sont apparues dans 53 rapports sur Pfizer / BioNTech [éd. note: voir page 8], ainsi que 26 cartons jaunes pour AstraZeneca [page 6] et un rapport sans nommer le vaccin [page 4]. Dans treize cas (5 Pfizer, 8 AstraZeneca), le rapport parle de cécité (complète) après vaccination.

2. Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Dans 43 cas (Pfizer / BioNTech 32 [page 31], AstraZeneca 11 [page 24]), des personnes atteintes (ou leurs plus proches parents) ont signalé des accidents vasculaires cérébraux suite à la vaccination par Pfizer. La mort subite des cellules cérébrales par manque d’oxygène en raison d’une interruption de l’approvisionnement en sang causée par un blocage ou une rupture d’une artère cérébrale est également connue sous le nom d’AVC. Dans sept cas – 3 après vaccination par Pfizer / BioNTech, 4 après vaccination par AstraZeneca – cela s’est terminé fatalement.

3. Avortement et fausse couche


En raison de données insuffisantes, ni Pfizer / BioNTech ni AstraZeneca et Moderna n’ont approuvé leurs vaccins pour les femmes enceintes. Les effets de la vaccination à l’ARNm sur la fertilité ou sur les mères qui allaitent sont également inconnus, ont-ils déclaré. Pour sa part, le gouvernement britannique a annoncé avant le début de la campagne de vaccination que «la grossesse doit être exclue chez les femmes en âge de procréer avant la vaccination [et] la grossesse doit être évitée pendant au moins deux mois après la deuxième dose».

Pourtant, le règlement carton jaune énumère huit [page 36] cas suspects de grossesse pour Pfizer / BioNTech et neuf [page 28] pour AstraZeneca. Environ la moitié de ces cas impliquent des «avortements spontanés» ou des fausses couches. Dans deux cas, des accouchements prématurés ou une rupture prématurée du sac amniotique sont survenus après la vaccination par AstraZeneca.

4. Paralysie faciale

Il y a également eu 107 troubles du nerf facial signalés après les vaccinations Pfizer / BioNTech, y compris paralysie, parésie et spasme. Suite aux vaccinations par AstraZeneca, 17 rapports ont été reçus à ce jour. Une paralysie dans d’autres parties du corps est survenue dans au moins 21 cas (Pfizer 15, AstraZeneca 5, non attribué 1). Dans la plupart des cas, les symptômes de paralysie avaient disparu après quelques jours.

5. Décès

Des décès ont également été signalés au Royaume-Uni dans la séquence temporelle des vaccinations. Les rapports comprenaient un total de 236 cas avec décès. Parmi ceux-ci, 141 sont explicitement répertoriés comme «décès»; tous les autres cas mentionnent un autre effet secondaire fatal. 76 cas concernent le vaccin Pfizer / BioNTech [p. 13], 64 cas à AstraZeneca [p. dix]. Un cas n’est pas attribué au vaccin [p. 6].

Parmi les décès, 15 cas de «mort subite» sont particulièrement notables (neuf chez Pfizer / BioNTech, six chez AstraZeneca), qui, selon «dailyexpose», «sont morts immédiatement après la vaccination».

Évaluation intermédiaire par l’agence gouvernementale britannique

À la lumière de ces chiffres, la MHRA déclare: «Une grande proportion des personnes vaccinées à ce jour dans le cadre de la campagne de vaccination sont très âgées et beaucoup d’entre elles auront également des conditions préexistantes.»

L’agence conclut donc que les deux vaccins ne soulèvent «aucun autre nouveau problème de sécurité». Tous les vaccins et médicaments ont «certains effets secondaires», mais dans le cas des vaccins Corona, ils sont «conformes aux attentes des essais cliniques».

Il continue en disant:

À la suite d’une exposition très étendue de la population britannique, aucun nouveau problème de sécurité n’est apparu dans les rapports reçus à ce jour, et pour les cas d’autres maladies signalés en association temporelle avec la vaccination, les preuves disponibles n’indiquent pas actuellement que le vaccin a causé la un événement.”

En revanche, la définition d’un «coronadode» qui signifie qu’une personne au Royaume-Uni «est définitivement décédée du COVID-19» s’applique jusqu’à 28 jours après un résultat de test positif.

Cette période est d’environ 10 à 14 jours plus longue que ce qu’il faut à une personne qui a été testée positive pour être officiellement considérée comme rétablie.

Info : https://www.globalresearch.ca/


Lire aussi :

Et le mythe des 100.000 morts du COVID apparut…


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021