Avant la Nasa envoyaient de simples êtres humains sur la Lune, aujourd'hui elle précise le genre et la race - 1 Scandal
Information

Avant la Nasa envoyaient de simples êtres humains sur la Lune, aujourd’hui elle précise le genre et la race


La NASA débarquera “la première personne de couleur”, en plus de la première femme sur la Lune, dans le cadre de son programme Artemis, a déclaré Steve Jurczyk, l’administrateur par intérim de l’Agence spatiale américaine.

L’administration du Président Biden vient de soumettre au Congrès une proposition de budget de 24,7 milliards de dollars décrivant ses priorités en matière de dépenses discrétionnaires pour l’exercice 2022. Le budget proposé comprend une augmentation de financement pour la NASA qui soutiendra la mission de retour d’échantillons martiens, la science du climat et le programme Artemis. Dans un communiqué, Steve Jurczyk, l’administrateur par intérim, a également révélé que l’agence allait amener “la première personne de couleur sur la Lune“.

Il y a deux ans, sous la direction du Président Trump, la NASA s’était déjà engagée à « faire atterrir la première femme sur la surface lunaire dans les cinq ans ».

À ce jour, seules douze personnes ont déjà marché sur la Lune – tous des Américains et tous des hommes blancs.

Suite à cette nouvelle annonce, Steve Jurczyk a souligné un objectif « conforme à l’engagement du président Biden » visant à « poursuivre une approche globale pour faire progresser l’équité pour tous ».


Jeanette Epps

Jeanette J. Epps, née le 2 novembre 1970 à Syracuse (New York), est une astronaute de la National Aeronautics and Space Administration (NASA), sélectionnée en 2009.

Dans une interview (2017), elle raconte qu’elle vient d’une famille nombreuse de condition simple, que ses parents n’avaient pas dépassé le niveau baccalauréat et qu’elle doit à sa sœur jumelle d’avoir été stimulée dans la poursuite de ses études.

Jeanette Epps est diplômée du Le Moyne College et de l’université du Maryland (master de science en 1994, et doctorat en ingénierie spatiale, en 2000). En 2016, elle reçoit un doctorat honoris causa en « lettres humanistes » (“Human Letters”) de la part du Le Moyne College.

Pendant sept ans, de 2002 à 2009, elle exerce à la Central Intelligence Agency (CIA) en tant que spécialiste du renseignement technique. En août 2009, elle est intégrée au vingtième groupe d’astronautes de la NASA.


Le 4 janvier 2017, alors qu’Epps fait partie de l’équipage de réserve des expéditions 54 et 55 de la Station spatiale internationale (avec le Russe Sergueï Prokopiev et l’Allemand Alexander Gers. Mais le 4 janvier 2018, la NASA annonce qu’Epps sera remplacée par sa compatriote Serena M. Auñón-Chancellor, sans donner la moindre explication à ce remplacement, ce qui n’est pas sans susciter la curiosité de la presse.

Jeanette Epps elle-même ne commente pas son éviction, mais deux semaines plus tard, dans un message posté sur Facebook, son frère, Henry Epps, indique qu’elle est probablement due à des réactions racistes de la part des officiels de la NASA.

A cette réaction, ceux-ci répondent laconiquement par une déclaration au Washington Post : « la diversité et l’inclusion font partie intégrante du succès de la mission à la NASA, (…) nous avons un corps d’astronautes diversifié qui reflète cette approche.”

Il semble donc que ce soit les officiels de la NASA qui devraient être remplacés…!

Néanmoins, en 2019, en compagnie de cinq autres astronautes, Epps participe au programme de formation CAVES (en)9 organisé par l’ESA, simulant les exigences de l’exploration de terrains inconnus, tels que ceux attendus sur la Lune et Mars. Elle est la deuxième femme à participer à ce programme, après sa collègue Jessica Meir, trois ans plus tôt.

Le 25 août 2020, soit trois mois après que les Américains aient réussi à envoyer à nouveau des hommes dans l’espace par leur propres moyens (vol SpaceX Demo-2), la NASA annonce que Epps est rajoutée à l’équipage prévu pour participer au deuxième vol habité du vaisseau Starliner, programmé l’année suivante. Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, prend spécialement la parole dans un tweet pour qualifier cette décision d’ « ajout fantastique ».

Stephanie Wilson

Elle est sélectionnée par la NASA comme candidate astronaute en avril 1996. Wilson commence à travailler au Centre spatial Lyndon B. Johnson en août 1996. Après avoir complété deux années de formation et d’évaluation, elle est qualifiée pour une mission de vol en tant que spécialiste de mission. Elle a d’abord été affecté à des tâches techniques dans le Bureau de la Direction générale des opérations de la station. Elle a ensuite servi au contrôle de mission en tant que communicateur principal avec des équipages en orbite. Après son travail de contrôle de mission, elle a été affecté à des tâches techniques au Bureau Direction générale des opérations de la navette impliquant les moteurs principaux, le réservoir externe et le fusées de poussées.


Wilson a voyagé sur trois missions de la navette. La mission STS- 121, Wilson a volé à bord en tant que spécialiste de mission. Elle a également volé sur la mission STS -120 qui a livré le module de connexion Harmony (station spatiale internationale) à la Station spatiale internationale. En avril 2010, Wilson a volé comme spécialiste de mission STS- 131.

En décembre 2020 elle est sélectionnée pour faire partie de l’équipe Artemis. Elle fait donc partie des neuf astronautes qui sont susceptibles de devenir la première femme à marcher sur la Lune.

Yvonne Cagle

Yvonne Cagle a été membre du Groupe d’astronautes 16 (en 1996). Elle est actuellement affectée au Johnson Space Center‘s Space and Life Sciences Directorate.

Guion Bluford

Mae Jemison

Ronald McNair

Ronald Erwin McNair est un astronaute américain, né le 21 octobre 1950 et mort le 28 janvier 1986 (à 35 ans) lors de l’explosion de la navette Challenger.

Michael P. Anderson

Michael Phillip Anderson est un astronaute et lieutenant-colonel américain né le 25 décembre 1959 et décédé le 1er février 2003 dans la catastrophe de Columbia.

Robert Henry Lawrence

Robert Henry Lawrence, Jr., né le 2 octobre 1935 à Chicago et mort le 8 décembre 1967 sur la Edwards Air Force Base, est un pilote de l’armée de l’air américaine et un aspirant-astronaute américain. Il est considéré comme le premier astronaute afro-américain, bien qu’il soit mort accidentellement avant d’être allé dans l’espace.

Effectivement, Joe Biden va apporter de grandes améliorations…

Maintenant ce ne sont plus des femmes ou des hommes qui vont aller dans l’espace, ce seront des gens de couleur ou des gens sans couleur, ou peut-être des gens semi-colorés…?… qui vont aller à la rencontre des GRIS…!


Et c’est ce genre d’absurdités qui fait la une des médias! De la désinformation, et rien d’autre. Ils sont en train de provoquer la séparation entre les individus.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021