Australie: Une femme policier démissionne pour ne plus tabasser des innocents - Scandal
Paroles de témoins

Australie: Une femme policier démissionne pour ne plus tabasser des innocents


Une femme officier de la police de Victoria, qui a servi pendant 16 ans, a démissionné pour protester contre l’utilisation de la police pour faire respecter les règles du Covid-19, déclarant dans une interview qu’une « grande majorité » de ses collègues partageait ses sentiments.

Le sergent principal par intérim Krystle Mitchell est apparu sur la chaîne The Discernible Interviews sur YouTube vendredi, vêtue de son uniforme bleu foncé, et a révélé qu’elle avait été « troublée » par la manière dont les autorités de l’État avaient utilisé les ressources policières pendant la pandémie.

La police de l’État de Victoria a été chargée de veiller à ce que les habitants de l’un des États les plus peuplés d’Australie respectent les restrictions en matière de confinement et d’endiguer les manifestations illégales contre les règles sanitaires et les obligations de vaccination, qui tournent souvent à la violence et donnent lieu à de nombreuses arrestations et accusations de brutalité policière. Melbourne, la capitale de l’État de Victoria, détient le record mondial du plus long confinement.

Mitchell, qui travaillait avec le commandement de l’égalité des sexes et de l’inclusion, a déclaré que « tous mes amis policiers qui travaillent en première ligne et souffrent chaque jour en appliquant les directives du CHO (Chief Health Officer), auxquelles la grande majorité ne croit certainement pas et qu’ils ne veulent pas faire appliquer ».

Les forces de l’ordre « effrayaient les gens de la communauté », et elle-même se sentait mal à l’aise lorsqu’elle rencontrait des agents dans la rue alors qu’ils n’étaient pas en service et portaient des vêtements civils, a-t-elle avoué.

Selon Mme Mitchell, certains comportements brutaux de la police pendant la pandémie pourraient s’expliquer en partie par l’approche répressive adoptée par le premier ministre de Victoria, Daniel Andrews.


« Je pense que la raison, ou le problème, pour lequel les policiers se sentent peut-être plus encouragés à agir comme ils le font par rapport à ces actions plus dures, c’est à cause des messages de Dan [Andrews] », qui dit aux forces de l’ordre ce qu’elles doivent faire « quotidiennement », a-t-elle déclaré.

« Les conséquences de ma présence ici aujourd’hui, c’est que je vais démissionner de la police de Victoria, à la fin de cet entretien, car les conséquences de mon coming out public entraîneraient mon licenciement », a annoncé Mitchell.

« Je ne peux plus remédier en mon âme et conscience à la façon dont mon organisation, pour laquelle j’aime travailler, est utilisée et aux torts que cela cause à la réputation de la police de Victoria et … à la communauté. »

La police de Victoria a confirmé que Mme Mitchell avait été l’un de ses agents, mais a souligné que ses commentaires ne reflétaient en aucun cas l’opinion de l’ensemble de la force.



Traduction de RT par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres


































1scandal.com © elishean/2009-2021