A ne pas manquer Social & Finance

Abus sexuels en série dans les bases militaires hébergeant des enfants migrants


L’administration Biden héberge désormais des enfants migrants non accompagnés sur des bases militaires au Texas et en Californie. Certaines de ces bases sont en proie depuis des années à des plaintes pour abus sexuels en série, l’une d’elles comptabilisant le plus grand nombre de plaintes du pays.

Au cours des premiers mois de 2021, la crise des migrants à la frontière américano-mexicaine a explosé. En raison des politiques des administrations Obama et maintenant Biden, beaucoup de ces migrants, en particulier les mineurs non accompagnés, restent logés dans des « centres de débordement ».

Malgré les promesses de changer cette politique, l’administration Biden a pris la mesure sans précédent d’héberger désormais des milliers de ces mineurs non accompagnés sur des bases militaires américaines, une décision surprenante qui n’a pratiquement pas attiré l’attention des médias grand public.

Actuellement, les mineurs non accompagnés sont hébergés dans deux bases militaires au Texas et une en Californie. Si la décision d’héberger des enfants et des adolescents dans ces bases a fait l’objet d’une couverture médiatique, les journalistes n’ont guère cherché à approfondir les problèmes de ces bases particulières, dont certaines sont connues pour leurs conditions d’insalubrité extrêmes ou pour avoir permis à des « violeurs en série » de servir sur ces bases pendant des années, malgré les nombreux signalements de leurs crimes aux responsables des bases.

L’une de ces bases a le taux le plus élevé d’agressions sexuelles parmi toutes les bases interarmées du Département de la Défense.


De plus, le réseau informatique de l’armée américaine s’est toujours classé parmi les meilleurs fournisseurs d’accès à Internet pour le trafic de pornographie enfantine, ce qui montre bien que les bases militaires, et en particulier celles-ci, sont inappropriées pour des enfants.

Le fait que les responsables américains refusent de dire combien d’enfants sont envoyés dans ces bases est également préoccupant.

En outre, ces bases n’ont pas encore publié de photos des endroits où les mineurs sont détenus et ont même interdit aux soldats de ces bases de photographier les zones où les enfants sont détenus.

Ces dernières années, avant le pic actuel de gravité de la crise frontalière, des milliers d’enfants migrants qui ont été placés dans ce système de « centres de débordement » et de centres de détention ont été « perdus » par le gouvernement et certains ont signalé des actes d’abus physiques et sexuels dans ces installations. La réunification de ces enfants avec leur famille peut prendre des mois ou des années et, pour beaucoup, elle n’a pas lieu du tout.

Aujourd’hui, avec l’ouverture de ces bases militaires spécifiques à ces enfants non accompagnés, il semble évident que ces nouveaux enclos gérés par l’armée risquent d’être encore plus dangereux et ne constituent guère une solution à la situation actuelle à la frontière sud des États-Unis.

Les bases du Texas : Fort Bliss et la base interarmées de San Antonio

Le sergent d’État-major Randall Hughes a été autorisé à servir à Fort Bliss pendant plus de dix ans, bien que les dirigeants de la base le considéraient comme un « violeur en série ». source : US Army Photo

Fort Bliss et la base interarmées de San Antonio, au Texas, sont toutes deux devenues célèbres pour leurs allégations d’abus sexuels inquiétantes et fréquentes, éclipsées seulement par une autre base militaire du Texas – Fort Hood.


La base aérienne de Lackland, qui fait partie de la base interarmées de San Antonio, a vu 62 cadets alléguer que plus de 30 instructeurs de formation de la base les avaient abusés sexuellement d’une manière ou d’une autre. Les chiffres de la base sont probablement beaucoup plus élevés étant donné que la plupart des cas d’abus sexuels ne sont pas signalés dans les forces armées.

Dans le cas de Fort Bliss, la base a compté dans ses rangs des criminels sexuels particulièrement odieux qui étaient connus des dirigeants de la base depuis des années et qui ont été autorisés à continuer leur service et se sont attaqués à d’autres soldats, à leurs conjoints et même à leurs propres enfants.

Camp Roberts

Après que des enfants migrants aient commencé à être envoyés dans les bases du Texas, le Pentagone a annoncé le 3 avril que le Camp Roberts, en Californie, avait été approuvé pour accueillir des enfants migrants non accompagnés.

Bien qu’il ne soit pas connu pour son taux élevé de crimes sexuels comme les bases du Texas, Camp Roberts a longtemps connu des problèmes sanitaires et environnementaux majeurs, tout comme Fort Bliss et la base interarmées de San Antonio.


Pourquoi confier à ces bases des enfants vulnérables?


Pourquoi cette omerta sur les abus sexuels? Et surtout, pourquoi avec l’administration Biden, le nombre des ces enfants ont tellement augmenté… Serions-nous sur la piste d’un réseau pédophile visant à alimenter une clientèle de plus en plus demandeuse? Cela a-t-il un raport avec les rituels sataniques et la consommation d’adénochrome?

Cet article ne nous le dit pas…

Origine de l’article , traduit par Réseau International


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021