82 % des femmes enceintes vaccinées contre le covid au cours des 1er et 2ème trimestres ont fait une fausse couche - Scandal
Biotechnologie & Santé

82 % des femmes enceintes vaccinées contre le covid au cours des 1er et 2ème trimestres ont fait une fausse couche


Une nouvelle recherche publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) a révélé par inadvertance que jusqu’à 82% des femmes enceintes qui sont « vaccinées » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) finissent par faire une fausse couche.

Intitulé « Résultats préliminaires de l’innocuité des vaccins contre l’ARNm Covid-19 chez les personnes enceintes », le document affirme avec ses mots qu’il n’y a « aucun signal de sécurité évident chez les [femmes] enceintes qui ont reçu des vaccins Covid-19 ».

Cependant, un tableau publié dans le cadre de l’étude montre que la grande majorité des femmes enceintes qui se font injecter ne finissent jamais par accoucher d’un bébé vivant.

L’étude a spécifiquement examiné les injections d’ARNm (ARN messager) de Pfizer-BioNTech et Moderna, qui sont les deux injections de virus chinois les plus largement administrées dans le pays.

De manière trompeuse, la recherche affirme de manière plus évidente que seulement 13,9% de toutes les «grossesses terminées» se terminent par une fausse couche, même si ce point de données inclut les femmes qui n’ont pas été vaccinées avant d’avoir atteint la seconde moitié de leur grossesse.


La façon dont le papier est présenté donne l’impression qu’il n’y a pas de problèmes avec les injections. Il faut un œil attentif pour examiner de plus près les données, ce qu’a fait un chercheur britannique en oncologie pour arriver à une conclusion bien différente.

“Les chercheurs ont inexplicablement intégré les avortements spontanés du premier trimestre – avant et y compris 20 semaines – dans la grossesse terminée / les pertes dans son ensemble – 104 [fausses couches] sur 827 grossesses”, aurait-elle écrit à deux éminents médecins britanniques.

“Cependant, puisque l’objectif était de découvrir si la vaccination Covid avait des effets indésirables aux différents trimestres, les auteurs des papiers NEJM auraient dû déduire les 700 femmes qui n’ont été effectivement vaccinées qu’au troisième trimestre du total de 827, ne laissant que celles vaccinées au cours des 20 premières semaines, soit 127 femmes à figurer dans cette partie du tableau 4. »

Un établissement médical ment à propos de fausses couches, d’avortements spontanés causés par des injections de virus chinois

Ainsi, le « taux réel » de fausses couches spontanées chez les femmes qui ont été vaccinées dans les 20 premières semaines de leur grossesse n’est pas de 12,6 %, mais plutôt de 82 %, car 104 des 127 grossesses ont été perdues après l’injection.

Bien que cela ait été admis en très petits caractères dans l’étude, un total de 700 participants à l’étude, soit 84,6%, ont reçu leur première dose éligible d’un vaccin contre la grippe de Wuhan au cours du troisième trimestre.

Ainsi, un total de 96 avortements spontanés sur 104, soit 92,3%, se sont produits avant 13 semaines de gestation.



“Donc, les preuves sont en fait présentes dans l’étude du NEJM, mais complètement déformées dans la manière dont les données ont été présentées en général”, prévient l’oncologue britannique.

Avant que les vaccins contre la grippe Fauci ne deviennent une chose, le taux de fausses couches au premier trimestre se situait entre 10 et 26%. Faire grimper ce taux à 82% après l’injection pour la grippe de Wuhan représente “une incidence plus de trois fois supérieure aux avortements spontanés directement liés aux vaccins à ARNm”, a écrit l’oncologue.

« Donc, oui, il y a un énorme drapeau rouge [contre] la vaccination des femmes enceintes ici. »

Une autre personne qui a contacté Life Site News l’a confirmé, indiquant que sa perception des données contenues dans l’étude est qu’elles ne correspondent pas à l’affirmation associée selon laquelle les vaccins contre la grippe de Wuhan sont sûrs et efficaces pour les femmes enceintes.

“C’est clairement un mensonge et une évidence pour presque tout le monde”, aurait écrit cette personne.

«En supposant que les 127 femmes restantes étaient enceintes avant 20 semaines, cela laisse un taux de fausses couches de 82 pour cent (104 sur 127). C’est comme dire qu’il y avait 700 hommes et 127 femmes étudiés et que seul un petit pourcentage est tombé enceinte. Eh bien, dès le début, 700 n’auraient pas pu tomber enceintes en premier lieu », a-t-elle ajouté.


Plus d’articles sur la tromperie continue entourant la sécurité et l’efficacité des injections de virus chinois (et leur absence) peuvent être trouvés sur ChemicalViolence.com .


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021