A ne pas manquer Opinion

60% des israéliens vaccinés et tout d’un coup ils pètent les plombs…


C’est un sujet dont tout le monde va parler, chacun venant ajouter le grain de sel qui descend tout droit de la salière du Prêt-à-Penser viscéral émanant du pilotage automatique inconscient, mais personne ne va certainement oser aborder le problème autrement.

Je le fais.

L’escalade des tensions entre juifs et arabes en Israël prend des proportions jamais vues auparavant.

Hormis les hostilités entre Israël et le Hamas qui se sont intensifiées, les terribles affrontements entre Juifs et Arabes dans plusieurs villes ont fait des morts et des blessés. Il semble que contrairement à l’habitude, les israéliens répondent sans accords de l’état à la menace arabe qui pèse sur eux depuis très longtemps.

Personne n’a oublié, les attaques au couteau, les voitures bélier, et les multiples meurtres perpétrés par les activistes terroristes palestiniens. D’autre part, il y a toujours eu des tensions lors de manifestation pro-palestiniennes menées par les arabes israéliens. Même les invectives de certains députés arabes à la Knesset ont très largement agacé la population juive israélienne. Mais là, nous nous trouvons dans une situation nouvelle où la guerre civile pourrait avoir lieu.


A Acco, des émeutiers arabes s’en sont pris à un Juif, le blessant grièvement. Selon la police, le jeune homme a été victime de jets de pierres et de coups de bâton. Il a été transporté à l’hôpital, dans un état critique. Les émeutiers ont également vandalisé des biens juifs et incendié une voiture de police.

Dans la ville de Bat Yam, c’est un Arabe israélien qui a été victime d’un lynchage par un groupe de Juifs radicaux. L’homme a finalement été évacué à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv dans un état modéré.

Peu avant l’incident, des vidéos circulant sur internet montraient des dizaines de personnes criant “Mort aux Arabes” et se rassemblant près d’un restaurant. Certains d’entre eux ont brisé les fenêtres d’un magasin de glaces appartenant à un Arabe israélien.

La police a indiqué que les participants à cette marche avaient l’intention de se rendre dans le quartier de Jaffa, qui jouxte Bat Yam, dans le but d’en découdre avec ses habitants arabes. Les policiers sont intervenus à temps et ont dispersé les manifestants.

A Tibériade, un citoyen arabe a été légèrement blessé par un jet de pierre après avoir été pris dans une manifestation de Juifs radicaux. Un policier venu l’aider a également été légèrement blessé.

À Haïfa, dans le quartier de Wadi Nisnas, des citoyens arabes se sont rassemblés pour affronter des extrémistes de droite qui menaçaient de venir dans la région pour causer des dommages aux entreprises arabes. La police a dispersé la foule avec des grenades assourdissantes.

A Beer Sheva, des Juifs et des Arabes ont également tenté d’en découdre, mais en ont été empêchés par les forces de police.

Ces incidents interviennent au lendemain d’émeutes particulièrement violentes de la part d’Arabes israéliens dans la ville mixte de Lod, au cours desquelles trois synagogues et plusieurs magasins ont été incendiés.

Depuis 23 ans, la ville de Lod était “La ville judéo-arabe” d’Israël où régnait une paix sans accroc. Lod n’est pas en territoire palestinien, mais bien au pied de l’aéroport Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

Tout commence à Jérusalem.

Au cœur de la dispute: la propriété foncière de terres sur lesquelles sont construites plusieurs maisons dont les droits de propriété appartiennent à des juifs, mais dans lesquelles vivent quatre familles palestiniennes, soit une trentaine de personnes.


En début d’année, le tribunal de district de Jérusalem avait rendu une décision favorable aux familles juives qui revendiquent la propriété du terrain, mettant en avant l’achat de ces terres par des Juifs avant la création d’Israël en 1948.

Une petite communauté juive habitait dans la zone de l’actuel quartier de Cheikh Jarrah avant la guerre de 1948. Selon la loi israélienne, si des Juifs peuvent prouver que leur famille vivait à Jérusalem-Est avant la guerre de 1948, ils peuvent demander à ce que leur soit rendu leur “droit de propriété”.

Les familles palestiniennes ont fait appel de la décision auprès de la Cour suprême, qui devait tenir une audience pour débattre de la question lundi, qui, hasard du calendrier, est aussi “la journée de Jérusalem,” qui commémore la conquête de la ville par Israël en 1967.

L’annonce de l’expulsion des familles a suscité un tollé aussi bien chez les Palestiniens qu’à l’international, les alliés arabes d’Israël et les États-Unis ayant exprimé leur inquiétude à ce sujet. Les Palestiniens et leurs défenseurs accusent les lois israéliennes de chercher à “judaïser” Jérusalem-Est.

Les affrontements de lundi ont eu lieu devant la mosquée Al Aqsa , dans la vieille ville de Jérusalem.

Les Palestiniens ont jeté des pierres sur la police anti-émeute israélienne, qui a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.


Les forces de police israéliennes ont déclaré que des milliers de Palestiniens s’étaient barricadés sur les lieux avec des pierres et des cocktails Molotov en prévision d’un affrontement lors d’une marche juive prévue lundi pour marquer la Journée de Jérusalem.

Le sort de Jérusalem-Est est au cœur du conflit israélo-palestinien, et les deux parties revendiquent leur droit sur cette ville. Israël considère la ville entière comme sa capitale, et les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la future capitale d’un futur État indépendant.

De nombreux Palestiniens voient la fête israélienne : Journée de Jérusalem comme une provocation. De ce fait, la police israélienne a décidé d’interdire aux Juifs de se rendre au complexe du Mont du Temple pendant les commémorations de cette Journée de Jérusalem.

Mais toutes ces raisons, ne font que corroborer un problème latent.

Au début du Ramadan, des affrontements nocturnes ont éclaté entre la police et les Palestiniens qui protestaient contre les barrières de sécurité situées à l’extérieur de la porte de Damas, dans la vieille ville de Jérusalem, qui les avaient empêchés de s’y rassembler pendant la nuit.

Mais les affrontements ne se sont pas limités à Jérusalem et des heurts ont également été enregistrés dans la ville de Haïfa, dans le nord d’Israël, et près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie.

Conclusion:

Les tensions sont extrêmement vives en Israël ces derniers jours entre Juifs et Arabes, dans le sillage du millier de roquettes tirées depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien depuis trois jours.

Les tensions avec Gaza sont habituelles, mais la guerre civile qui émerge entre israéliens juifs et israéliens arabes ne l’est pas du tout. Que se passe-t-il, tout d’un coup, dans la tête des gens?

Les vaccins ARNm ne font que préparer une dictature numérique qui permettra de surveiller et pirater les pensées et émotions.

Le Dr Charles Morgan, expert en neurobiologie de l’Université de Yale, de la DARPA et de la CIA, a parlé de la capacité de modifier l’ADN à des fins de contrôle de l’esprit.

« Pourquoi auriez-vous un système numérique alors que vous pouvez avoir un système ADN? », demande-t-il.

Le Dr Morgan est assez explicite lorsqu’il révèle :

« Les cellules peuvent être conçues pour des activités et des objectifs spécifiques. Les cellules peuvent être placées stratégiquement. Elles peuvent être contrôlées à distance. »

La nouvelle technologie permet à ses contrôleurs « d’activer les choses dans le cerveau des autres ».

Le vaccin à ARNm est un tout nouveau type qui modifie l’ADN de notre corps et reproduit et contrôle notre corps.

Le Dr Morgan révèle qu’ils peuvent désormais stocker et cacher des images et des films dans l’ADN et des bactéries, il dit également que seulement 1 gramme d’ADN humain peut stocker l’équivalent de 7 milliards de iPADS.

Il dit que les informations et les images peuvent également être stockées dans des bactéries sur le corps humain qui peuvent ensuite être placées dans un plat et lorsque ces mêmes bactéries se reproduisent, leur progéniture sera également codée avec les mêmes informations.


Il dit également qu’il est possible de programmer une cellule et de la diriger pour cibler n’importe quelle partie du corps, y compris le cerveau qui peut alors également être reprogrammé et contrôlé à partir d’une force extérieure.

Cela signifie que le vaccin Covid-19 peut contenir la technologie de contrôle mental à distance qui pousserait une population à réagir comme elle ne l’avait jamais fait auparavant.

Pensez y avant de porter des jugements….


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021