A ne pas manquerBiotechnologie & Santé

70% des médecins en 1939 avaient épousé l’idéologie NAZIE… ça recommence!


Une vidéo de Francis Lalanne… qui présente de quelle façon l’histoire se répète…

Les nazis n’ont jamais perdu la guerre, ils sont simplement restés dans l’ombre, attendant le moment de pouvoir remettre en route leur agenda diabolique. Et ils sont en train de le faire… pour le Quatrième Reich…

Michel Cymes a enquêté sur les atroces expériences des médecins nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.


Son livre : « Hippocrate aux enfers », est une lecture aussi éprouvante qu’importante pour la mémoire collective.

A la question : « Ce que vous expliquez, c’est que les médecins nazis ne faisaient pas que suivre les ordres… »

Il répond :

« C’était des gens qui étaient probablement prédisposés. Au procès de Nuremberg, l’un d’eux a dit qu’il n’était plus un médecin civil, qu’il était devenu un soldat, et ce qu’il a fait pendant la guerre, il ne l’aurait jamais fait en temps normal. Il y avait un endoctrinement certain, la volonté de faire de la race aryenne la race prédominante dans le monde, de sauver des soldats allemands… Après, c’est très difficile, mais au fil de mes recherches, je me suis aperçu que chacun avait ses raisons personnelles d’entrer dans l’horreur.

Le plus célèbre, Josef Mengele, n’avait pas les mêmes motivations que Sigmund Rascher, il y avait probablement des sadiques parmi eux, comme Herta Oberheuser à Ravensbrück, la seule femme du livre. C’est compliqué car, quand vous êtes médecin, vous avez cette impression de toute-puissance sur la vie et la mort des gens. Notre métier est de les guérir mais, qu’on le veuille ou non, il y a ce sentiment de pouvoir sur des gens qui viennent vous confier leur vie. Des médecins criminels qui ont basculé, il y en a eu ailleurs, comme le Dr Petiot. Mais dans l’esprit de certains, ça bascule de façon terrifiante.

La plupart de ces hommes, à part ceux qui se sont suicidés ou qui ont été tués, ont fini leur vie tranquillement. C’est ce qu’il y a de plus terrible dans cette histoire, on se met à la place de ceux qui ont appris que certains de leurs proches avaient servi de cobayes.

Certains de ces médecins ont continué à exercer, d’autres ont été recrutés par la Nasa, par les Soviétiques à de très hauts postes…« 


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.