Le Comté de Maricopa sous le joug d'une enquête pour refus de présentation de preuves - Scandal
Politique

Le Comté de Maricopa sous le joug d’une enquête pour refus de présentation de preuves


Le sénateur d’État de l’Arizona Sonny Borrelli a demandé officiellement au procureur général Brnovich d’enquêter sur le non-respect par le comté de Maricopa des assignations à comparaître devant le législateur.

En vertu de la loi SB 1487, introduite par l’ancien sénateur d’État Andy Biggs, Brnovich est tenu de répondre à cette demande et d’enquêter sur la violation par le comté des assignations à comparaître. Si une loi est violée, le comté doit résoudre la violation dans les 30 jours ou le trésorier doit retenir les revenus partagés de l’État du comté, de la ville ou du village.

Jordan Conradson, du Gateway Pundit, s’est entretenu avec le sénateur d’État de l’Arizona, Sonny Borrelli, après son annonce.

Conradson : Que se passe-t-il ensuite ?

Borrelli : Le procureur général ouvrira une enquête et déterminera si le comté est en violation de la loi, je veux dire, les superviseurs du comté, sont allés en session exécutive et vous savez consciemment pris la décision de ne pas se conformer aux citations à comparaître et de retenir certaines informations qu’ils sont censés avoir également des enregistrements des jetons matériels et des mots de passe, parce que c’est ce que vous avez besoin pour exécuter une élection…


Évidemment, ils devraient être les seuls à avoir ces éléments… Mais, de par leur propre aveu ou par omission, ils ont ont révélé n’avoir pas organisé l’élection, c’est en fait un fournisseur tiers qui a organisé l’élection.

Nous avons le droit d’examiner ces machines et de nous assurer qu’elles ne sont pas corrompues, qu’il n’y a pas de logiciel non autorisé, qu’elles ne sont pas connectées à Internet, ce genre de choses.

Et ils refusent d’obtempérer et vous savez que c’est une violation de l’assignation à comparaître, c’est un délit de classe 2, donc l’Attorney General, prendra une décision et s’ils ne sont pas en conformité avec la loi, on leur dira qu’ils ont 30 jours pour y remédier.

Ou il conseillera ou ordonnera au trésorier de l’État de retenir 10 % de leurs revenus partagés par l’État jusqu’à ce qu’ils se conforment. Bien sûr, s’ils choisissent de contester cette décision devant les tribunaux, ils iront directement devant la Cour suprême, sans passer par les tribunaux inférieurs. Donc, c’est une autre chose qui pourrait arriver, mais ils ne se conforment pas et ils peuvent également être, je crois qu’ils peuvent être accusés d’un délit de classe 2.


Vous savez, cela rétablit la confiance dans l’élection, mais défier les assignations du Sénat et prendre littéralement la posture de Jack Sellers. C’est vraiment déplacé, non professionnel.

Le président Fann a été très diplomatique et très professionnel tout au long de ce processus et pour eux, adopter ce type de position et d’arrogance n’est pas seulement un défi au Sénat et à la législature de l’État, mais un défi aux électeurs, les électeurs ont le droit de contrôler leurs élections.

Ils ont le droit d’examiner comment ils sont gouvernés en premier lieu. C’est une partie du premier amendement. Ils ont aussi droit à des élections libres et équitables, c’est inscrit dans la Constitution, et à une protection égale devant la loi. Alors, qu’ils nous défient, eux les électeurs, en montrant de l’arrogance et du manque de respect, en faisant preuve d’irrespect et en diminuant leur droit de regard, c’est vraiment consternant et c’est tout simplement déplacé. C’est aussi simple que cela.

Ils devraient honorer leur serment d’office comme nous essayons tous de le faire, notre serment d’office est ce qu’il est, et nous verrons à partir de là ce que le procureur général fera.

Conradson : C’est vrai, Jack Sellers se moque des volontaires qui essaient de sauver nos élections, c’était votre réponse à cela. Alors attendez-vous que le procureur général Brnovich réponde à votre déclaration?

Borrelli : Oui, j’attends son équipe, je sais qu’elle a été prévenue de l’arrivée de la déclaration. Nous verrons combien de temps cela prendra, cela devrait être une évidence pour eux d’examiner la loi, c’est assez simple et sec. La violation d’une assignation du Sénat est un délit de classe 2. Et jusqu’à quel point il veut aller et à quelle vitesse il veut aller, nous le découvrirons dans les deux prochains jours.

La décision que le comté a prise lors de cette session exécutive et qu’ils ont présentée devant le conseil et ont voté pour défier nos assignations, alors c’est une évidence et ce n’est pas fait en secret, ils ont tout fait en public.


Ils ont dit publiquement qu’ils n’allaient pas se conformer aux citations à comparaître, avant la date limite. Donc, évidemment, vous avez un certain type d’intention malveillante.

Conradson : Pensez-vous que le comté va répondre à ce qui s’est passé aujourd’hui?

Borrelli : Je l’espère. J’espère qu’ils vont se conformer. pour que nous puissions terminer l’audit. C’est l’un des casse-têtes que nous devons examiner, nous devons vérifier les machines. Après tout, ils viennent juste d’acheter de nouvelles machines. Donc, le secrétaire d’État vient de décertifier cet équipement. Donc, par conséquent, ils ne devraient pas avoir à s’inquiéter. C’était juste une sorte d’amusement, jetons-y un coup d’oeil, je ne peux pas le casser, il a été décertifié. C’est incroyable.

Tout ce qu’ils disent, continuez à leur donner de la corde, ils continuent à se pendre. Comme ils disent, si votre ennemi se suicide, laissez-le tranquille, mais nous espérons qu’ils se soumettent, nous ne voulons pas jeter les gens en prison, je veux dire, regarder le comté, si c’est relié à Internet.

D’accord, s’ils savaient quelque chose à l’avance, c’est un crime, ils devraient être tenus pour responsables. Mais s’ils ne le savaient pas, et qu’ils essaient juste, vous savez, de couvrir leurs arrières. Ils n’étaient pas au courant et ils essaient juste de limiter les dégâts, de venir à la table et de parler. Mais ils ne font pas ça, ils s’enfoncent, et ils agissent, et la dissimulation est pire que le crime.

Conradson : C’est exact, donc une fois que nous aurons ces routeurs, mots de passe, journaux Splunk, porte-clés, tout ce que le comté s’est battu jusqu’à la mort pour nous cacher, quand pensez-vous que nous verrons un rapport final sortir?

Borrelli : Tout dépend parce qu’il y a environ 3-4 jours pour qu’ils passent en revue toutes ces machines et fassent leur analyse technique et ce genre de choses. Cela prend une semaine ou deux.

Vous savez, il y a encore d’autres éléments que le président du Sénat Fann a demandé dans la requête FOYA, nous voulons les enveloppes de vote, nous voulons nous assurer que nous faisons la vérification des signatures, tout cela…

Les audits sont une fonction normale du gouvernement et le comté est en violation de la loi en ne respectant pas les exigences du Sénat de l’Arizona.

Le procureur général Brnovich doit maintenant prendre les mesures nécessaires le plus rapidement possible. Voyons s’il y a une action derrière ses belles paroles.


Source Gateway Pundit Aug 2021


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021