24 États poursuivent l’administration Biden sur l'obligation vaccinale COVID des enfant et du personnel éducatifs - 1 Scandal
Social & Finance

24 États poursuivent l’administration Biden sur l’obligation vaccinale COVID des enfant et du personnel éducatifs


Les procureurs généraux de 24 États ont intenté une action en justice contre l’administration Biden pour contester les obligations en matière de vaccination contre le COVID-19 pour le personnel de l’éducation préscolaire, ainsi que les obligations en matière de port de masques pour les jeunes enfants.

Dirigée par Jeff Landry, procureur général de Louisiane, la plainte (pdf) soutient que les obligations concernant Head Start, le plus grand programme d’éducation précoce du pays, sont illégales et dépassent l’autorité statutaire du président Joe Biden.

Les obligations de Biden, émises le mois dernier, s’appliquent à tous les programmes préscolaires financés par le programme fédéral Head Start et concernent des centaines de milliers d’employés, de bénévoles et d’élèves préscolaires dans tout le pays. Il impose la vaccination du personnel, des bénévoles et des autres personnes en contact avec les élèves d’ici la fin du mois de janvier, ainsi que la pose de masques pour tous les adultes et enfants âgés de deux ans et plus.

Les obligations n’offrent aucune alternative aux vaccinations et, pour les personnes bénéficiant d’exemptions, aucun financement n’est prévu pour les tests réguliers. Il s’applique au personnel, qu’il travaille en personne ou à distance.

Le Département de la santé et des services sociaux fournit des fonds aux familles à faible revenu ayant des enfants d’âge préscolaire dans le cadre du programme fédéral Head Start.


L’action en justice fait valoir que l’obligation du président devrait entraîner la perte d’emploi de dizaines de milliers d’employés des agences Head Start et la fermeture ou la réduction de la capacité des programmes.

« Comme toutes ses autres tentatives illégales d’imposer des décisions médicales aux Américains, les ordres excessifs de Biden de masquer les enfants de deux ans et de forcer les enseignants à se faire vacciner dans nos communautés mal desservies coûteront des emplois et entraveront le développement des enfants« , a déclaré Jeff Landry, procureur général de la Louisiane, dans un communiqué mardi.

« S’il est promulgué, l’autoritarisme de Biden réduira les financements, les programmes et les services de garde d’enfants sur lesquels les familles qui travaillent, les mères célibataires et les personnes âgées qui élèvent leurs petits-enfants comptent désespérément. »

Les 24 États cherchent à bloquer l’obligation de l’administration Biden, arguant qu’elle est « arbitraire et capricieuse » et qu’elle viole la loi sur le contrôle du Congrès et le dixième amendement.

Selon l’action en justice, les exigences violent également l’exigence de notification et de commentaire de la loi sur la procédure administrative, la doctrine de la non-délégation, la doctrine de lutte contre la centralisation des pouvoirs, la clause de dépense et la loi de 1999 sur les crédits du Trésor et des administrations publiques.

« Les enfants de notre pays ont été confrontés à suffisamment de revers et de difficultés au cours des deux dernières années ; ils ne peuvent pas se permettre une autre attaque du gouvernement contre leur développement », a déclaré M. Landry.

« Mon bureau a eu beaucoup de succès en bloquant les obligations de Biden sur de nombreux Américains qui travaillent dur, et nous allons travailler sans relâche pour obtenir les mêmes victoires pour les tout-petits et les enseignants. »

La poursuite a été déposée par les procureurs généraux de la Louisiane, de l’Alabama, de l’Alaska, de l’Arkansas, de l’Arizona, de la Floride, de la Géorgie, de l’Indiana, de l’Iowa, du Kansas, du Kentucky, du Mississippi, du Missouri, du Montana, du Nebraska, du Dakota du Nord, de l’Ohio, de l’Oklahoma, de la Caroline du Sud, du Dakota du Sud, du Tennessee, de l’Utah, du Wyoming et de la Virginie occidentale.


Elle fait valoir que le personnel et les bénévoles quitteront probablement le programme Head Start en raison de l’obligation.


« Comme résultat naturel et prévisible, certains prestataires fermeront leurs portes et les enfants des familles à faible revenu dans les régions touchées n’auront pas accès à l’éducation préscolaire que le Congrès leur a garantie, et les enfants qui n’auront pas accès à l’éducation préscolaire passeront à côté d’années cruciales de développement », peut-on lire.

Elle cite également les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé selon lesquelles « compte tenu de la sécurité et de l’intérêt général de l’enfant et de sa capacité à utiliser un masque de manière appropriée », « les enfants âgés de 5 ans et moins ne devraient pas être obligés de porter des masques ».

La plainte cite l’infirmier pédiatrique Anthony Luczak, qui affirme qu’une obligation de port de masque pour les tout-petits peut entraîner des problèmes psychologiques et de santé.

Le « renforcement du port de masques en raison de la menace de pandémie est un renforcement de la peur qui déclenche directement un stress toxique dans la vie des enfants », a-t-elle déclaré.

Elle fait valoir que parce que le programme fédéral n’autorise pas clairement l’obligation, l’administration Biden « a agi ‘au-delà’ de son autorité constitutionnelle et statutaire. »

« En tant que mère, je suis très préoccupée par les dernières obligations fédérales imposées au personnel et aux élèves du programme Head Start – des enfants âgés d’à peine deux ans devront porter des masques et les enseignants seront contraints de se faire vacciner contre leur gré », a déclaré le Procureur Général de Floride Ashley Mood dans un communiqué. « Je me bats pour stopper ce dépassement fédéral, tout comme je me suis battue pour protéger les Floridiens contre les précédentes obligations illégales qui nous ont été imposées par le gouvernement fédéral. »

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il « ne permettra pas que les Texans soient contraints de se faire vacciner parce que le gouvernement fédéral leur donne un ultimatum pour choisir entre leur santé ou l’éducation préscolaire de leur enfant ».

« Ces obligations anticonstitutionnelles n’ont pas leur place dans notre pays, et elles ne sont pas les bienvenues ici au Texas », a-t-il déclaré.


The Epoch Times a contacté l’administration Biden pour tout commentaire.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021